Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 19:06

                                            

                                               ...la voix des anges...

 

A l'occasion d'un compte-rendu critique sur les arts de la renaissance italienne que j'ai dû fournir  à partir de ma lecture d'une nouvelle de Balzac, j'ai découvert les castrats.


C'était des chanteurs ayant subi une castration avant la puberté, afin de conserver le registre aigu de leur voix enfantine. On appelle castrat le type de voix obtenu après cet opération qui consistait non pas en l'ablation des parties masculines mais à sectionner le cordon spermatique ou faire un retrait des testicules. (mouais, ça fait froid dans le dos tout ça)

 

L'âge d'or des castrats, vedettes idolâtrées de l'opéra, se situe entre 1600 et 1800. Au XVIII, le Pape Clément XIV interdit cette pratique. Est-ce à cause du malaise de la castration ou la crainte de l'encouragement ? Dans tous les cas, aujourd'hui il n'existe plus de castrats.

 

Mais, parmi les chanteurs lyriques, il existe des contre-ténor. Voici Philippe Jaroussky qui à ma connaissance a reçu quatre victoires de la musique lyriques. Sa voix est exceptionnelle. Les castrats chantaient-ils ainsi ? 

 

 

Philippe Jaroussky - Vivaldi aria

 

et puis d'autres :

 

Tristesse de Gabriel Fauré Guillaume Delpech

Duo AVE LYRA Leandro Marziotte (contre-ténor)

  Klaus Nomi. Cold Song

 

Le castrat Farinelli. Nostalgie d´une voix perdue. Part I
Le castrat Farinelli. Nostalgie d´une voix perdue. Part II

(là vous tombez directement sur un américain dont je n'ai plus le nom)

Le castrat Farinelli. Nostalgie d´une voix perdue. Part III

Le castrat Farinelli. Nostalgie d´une voix perdue. Part IV

 

 

 

Un site qui raconte tout bien, il m'a beaucoup aidé pour comprendre ces deux siècles : 


CASTRATS
le corps du délit ou la beauté qui dérange
 

 

 

Sinon je vous recommande la lecture de Sarrasine de Balzac, c'est un conte fantastique de 60 pages, qui se lit très vite et que vous pouvez trouver à 1,50 euros. Personnellement, ça m'a permis de renouer avec l'auteur qui m'avait traumatisé avec son Père Goriot ^-^

 

 

J'espère vous avoir transmis mon engouement pour ce lyrisme. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Caliope - dans MUSIQUE
commenter cet article

commentaires

mirelie 20/01/2011 22:10


Bonjour Caliope, ce conte me tente beaucoup. Peut être me sera-t-il source d'inspiration
Bisous


Hazel 13/12/2010 20:38


Bonjour,

Souvenez-vous : vous avez participé, en été 2009 au Concours du Hangar... eh bien pour cette période de fêtes c'est reparti ! Pour cette fin d'année, nous avons choisi pour thème La Naissance, pour
marquer le début proche de la nouvelle année et surtout de la nouvelle décennie. Et nouveauté cette fois-ci : c'est un double concours puisqu'il est littéraire mais aussi pictural (peinture, photo,
tableau, dessin, BD, etc.), et vous pouvez participer aux deux concours ! Vous pouvez nous envoyer vos participations jusqu'au 28 décembre minuit via le formulaire de contact du site ou bien à
l'adresse mail suivante : contact@le-hangar.com

Nous vous rapellons par ailleurs que le Hangar publie régulièrement des chronique littéraires, cinématographiques et musicales ainsi que des dossiers artistiques mais surtout VOS créations (textes,
séries de photos, projets artistiques, etc.) vous pouvez par conséquent nous envoyer vos chroniques et oeuvres quand bon vous semble.

Nous vous attendons donc sur le Hangar, http://le-hangar.com !

Bien à vous,

Hazel, du Hangar.


Lina Carmen 08/12/2010 16:58


Bonjour Caliope !
C'est très intéressant tout ça, merci beaucoup d'enrichir notre culture. J'aime beaucoup les chants lyriques, c'est si beau !
alors comme ça tu as été traumatisée par le père Goriot ? Moi j'avais aimé.
Bisous
Lina


La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher