Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 11:29

 

Pain-cacahuete-fraise.jpg

 

Je suis incapable de me souvenir de l'année... 2006 ou 2007. J'avais fait la connaissance d'une américaine à l'université. Elle était perdue et cherchait son chemin. Nous sommes rapidement devenues amies. Hélas, je n'ai plus de nouvelles. Si un jour je pouvais la revoir...

 

Curieusement, cette année là, mon niveau d'anglais s'est hautement amélioré !

 

Un jour, elle a tenu a me faire goûter un sandwich typiquement américain. Jamais je n'aurai eu l'idée d'associer du beurre de cacahuètes et de la confiture de fraise. Il faut dire aussi que du beurre de cacahuète, je n'en consomme pas autant que le mythique pot de Nutella !

 

Celui qu'elle m'avait fait était spécial. En effet, la confiture de fraise était "non-sucré" et donc, il y avait un équilibre parfait entre la cacahuète et la fraise.

 

Des années plus tard, j'ai cherché à renouveler l'expérience mais j'ai vite été écoeuré par la confiture de fraise et le beurre de cacahuètes trop sucré. Aujourd'hui, il semble que j'ai trouvé les bons éléments.

 

Deux marques que j'ai testé et qui me plaisent :

 

Beurre de cacahuètes - Nicaragua - ETHICABLE  "commerce équitable" 350gr  acheté dans un Carrefour dans le rayon Produits du monde.

Peannut Butter - DUERR'S - sans morceaux acheté dans un Carrefour market dans le rayon Produits du monde.

 

Je me méfie du rayon où il y a les pâtes à tartiner car il me semble que les beurres de cacahuètes y soient davantage plus sucré.

 

Pour la confiture de fraise, elle est quelconque.

 

 

Comment se faire un joyeux sandwich presque made in USA ?

 

1° Prendre deux tranches de pain de mie, d'une baguette, dans mon cas d'un pain au lait.   

2° L'ouvrir sur la longueur.  

3° Enduire un côté de beurre de cacahuètes et l'autre de confiture de fraise.  

4° Refermer et déguster !


 

Bonne appétit !

 

Repost 0
Published by Calie - dans CUISINE
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 11:20

 

 

La découverte de ce restaurant gastronomique s’est faite par  hasard.

Avec mon ami, nous étions partis à Boulogne-Sur-Mer pour visiter l’aquarium Nausicaa et pensions manger des moules frites en bord de mer, pour le trip ! J’ai tout de suite été attirée par la devanture de ce restaurant : façade noire, écriture blanche. Cadre gris/noir/et un beau orange pour casser le sombre.

La carte indiquait de bons plats et des moules à toutes les sauces avec vue panoramique sur le port. Je crois que c’est ça qui m’a vraiment appelé à convaincre mon ami d’aller dans ce restaurant. Et…nous n’avons pas été déçus !

Le rez-de-chaussée fait office de brasserie, l’étage de restaurant. La déco m’en a mis plein la vue et nous avons été installé près d’une grande baie vitrée. Finalement, nous avons opté pour autre chose que les moules. J’ai pris un dos de cabillaud en croûte de parmesan accompagné de pâtes. Souvent, je demande un pichet d’eau et j’arrive à reconnaître les bons restos par rapport à ça. Si l’eau à un goût de merde…enfin de tuyauterie, c’est mauvais signe. Ici, pas de goût !

Le plat arrive. L’une des serveuses nous apporte les sauces ketchup, mayonnaise et samouraï dans des grandes seringues en plastique. J’adore cette petite touche originale ! 

Mon plat est simplement divin. Le poisson cuit comme il faut, l’alliance avec le parmesan très gourmand, la sauce très bonne, les pâtes sublimes. Je craque !

Au niveau du dessert, j’ai opté pour une coupe de deux boules de glaces faites maison : caramel au beurre salé Bailey’s et chocolat au lait. Eh ben, on le sent tout de suite quand c’est fait maison. C’était vraiment délicieux.

Je me suis un peu renseignée, car Boulogne-Sur-Mer, c’est assez loin de Lille. Cependant, il y a un restaurant Fleur de Sel de même qualité près de Dunkerque. Voici le Site. J’ai déjà hâte d’y retourner !


A Dunkerque, en regardant le menu ou la carte qu'on y propose, je trouve que c'est moins abordable que celui qu'on a fait. Vraiment moins. Mais la qualité y est, c'est quasi sûr !

Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 10:54

 

Le-palais-de-chine.jpg

 

 Si vous habitez la région du Nord ou que vous y passez, je vous conseille un restaurant traditionnel et gastronomique chinois, le Palais de Chine. Il est situé rue de Tourcoing, à Mouscron en Belgique.

 

Laissez-moi vous dire que je n’étais pas très rassurée quand nous y sommes allés. Faire tant de kilomètres (environ trente)  pour manger chinois en ayant pour seul référence un :  « On m’a dit qu’il était bon. » Hum, oui… Mais, il y a bon et bon on est d’accord. Le bon qui passe partout, le bon qui se laisse manger et le bon qui emmène les papilles au septième ciel.


Dès notre arrivée, j’ai été impressionné par l’aspect décoration. Intérieur rouge, piliers encerclés de dragons chinois, aquarium, tables bien mises. Nous avons serrés les mains de la femme du Chef et nous sommes installés.


D’abord, j’ai trouvé un peu désagréable l’un des serveurs qui n’arrêtait pas de venir nous demander si nous avions choisi. Il faut dire que la carte est très copieuse ! J’ai fini par choisir à la carte pour environ 16 euros, en entrée : soupe et raviolis de poulet ; en plat : émincés de poulet dans son demi-ananas ; et dessert : une liqueur de litchi.


Mon frère a pris en entrée des nems aux crevettes. Je sens bien que la prochaine fois, j’en prendrai. A part celles de ma mère, je n’en ai jamais goûté d’aussi bonnes ! On sent la fraîcheur du plat. Pas de réchauffé ou de surgelé cette fois-ci.


Le serveur qui s’occupait de nous était aux petites attentions. Dès que nos verres étaient vides, ils venaient nous les remplir. Lorsque les plats sont arrivés, il nous a servi.

 
Ce qui m’a drôlement étonné, c’est qu’avant que les plats ne soient disposés sur la table, il a amené une plaque en fer sous laquelle chauffaient deux bougies. La plaque était très chaude et c’était pour conserver la chaleur des plats. Bien vu !

 
J’ai adoré mon plat. L’émincé de poulet (qui avait le goût de poulet) dans le demi-ananas. Très bon mariage gustatif. J’ai réussi à tout manger malgré que ce fût copieux et quand je sais le prix, 9,50 euros, je me dis que ça vaut vraiment le coût.

 
Au niveau du dessert, j’avais envie de quelque chose de typique donc vl’à la liqueur. Je m’attendais à un petit verre et bah non, j’ai eu le droit à la quantité d’une moitié de verre de vin. Quand à mon frère il a pris un Irish Saké Coffee. C’était extraordinaire. Fait dans les règles de l’art puisqu’on pouvait voir toutes les couches de ce café alcoolisé.

 
A la fin, on n’est simplement pas déçu de faire chanter le porte-monnaie puisqu’on en a eu  pour notre argent, lol. Et en sortant, on a qu’une hâte, du jour où on y remettra les pieds.

 

 

Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 14:17

 

Comme je l'ai annoncé hier sur facebook, ocloc 2 je viens de me réveiller et j'ai sorti The HAT afin de laisser le Hasard choisir qui recevra le premier tome de Witchling.

 

 

 

 

Et c'est... *roulement de tambour*....

 

 


 

Résultat concours Witchling

 

 

Vampilou qui remporte le livre !

 

 

Bravo Vampilou !

 

 

Note : dans l'espoir de bousculer un peu mon blog, je prévois un autre concours très prochainement, il y aura plusieurs gagnants et plusieurs lots à gagner. Suivez-bien mon actualité !

 

 

**********************************************************************************************************

Salut à tous ! Comment se passe vos vacances estivales ? Les miennes, pas trop mal ! J'oeuvre pour mon avenir... je fimote aussi et je prends très au sérieux mon rôle de secrétaire au sein de l'association Attention Chorale de Jeunes dans laquelle je suis bénévole depuis bientôt 3 ans. Mais trêve de bavardage !

 

J'ai envie de me séparer de quelques livres qui s'ennuient dans ma bibliothèque. Enfin j'imagine qu'ils s'ennuient, car depuis que je les ai terminés et rangés , je n'éprouve pas vraiment le besoin de leur faire prendre l'air... Et donc, le besoin de les sortir... Et donc, suite à un concours auquel je viens de participer dans le but de faire découvrir un super auteur, je me suis dit "Et pourquoi je ne ferai pas pareil moi aussi" (Merci Danica ;-) 

 

Je vous propose pour commencer (eh oui, il y en aura sûrement d'autres... Le Cri du Loup de Patricia Briggs, Vampire et Célibataire de Mary Janice Davidson...) :

 

1 Witchling

 

 

Nous sommes les sœurs D’Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents de la CIA d’Outremonde. Être une fée dans votre monde confère bien des avantages : nous sommes plutôt bien perçues, contrairement à nos congénères un peu moins, disons… sexy.
Malheureusement, notre ascendance nous joue parfois des tours. Quand elle panique, ma sœur Delilah se transforme en chat. Menolly, elle, est un vampire qui tente de s’adapter à sa condition. Quant à moi ? Je suis Camille… une sorcière. Sauf que ma magie est aussi imprévisible que la météo, et ça, mes ennemis vont l’apprendre à leurs dépens !

 

Pour plus d'infos : go sur le site Milady - Witchling.

En bon état et en prime, une surprise de mon cru !

 

 

 

 

Si vous êtes comme moi, vous enchaînerez facilement les prochains tomes... Pauvre de vous d'avance ! (niark niark niark, huit tomes jusqu'à maintenant)

 

Pour remporter ce livre, c'est très simple :

1 - Aimez et partagez la page facebook de mon blog - Lien -

2 - Indiquer votre participation dans un commentaire sous cet article, afin que je sache qui vous êtes. Si votre nom facebook est différent, dîtes-le moi également. Je prendrai en compte seulement les commentaires de plus de 10 mots !

2 bis - pour ceux qui n'ont pas facebook : je vous invite à relayer l'information sur votre blog.

J'accepte les participations OUTRE-MER et une seule par foyer.

 

Vous avez jusqu'au 26 août inclu.


Ensuite, le Hasard fera son office, par le biais du programme The Hat !

 

Bonne Chance !


Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 12:43

 

 

 

logo-lille-palais-b1.png

Jours d'ouverture :
Lundi : 14h - 18h.
Du mercredi au dimanche : 10 h - 18h.
Place de la République 59000 Lille

 

Bientôt deux ans que je vis dans la métropole lilloise, presque deux ans que je passe et repasse devant l'architecture du Palais Beaux arts sans penser à pousser ses portes. C'est chose faite maintenant grâce à la venue de mon petit frère, licencié es arts.

 

Fichtre, j'ai oublié mes fiches dans la sacoche de mon frère mais nous avons commencé par le premier étage où se situe les peintures organisées dans un ordre chronologique. Puis, sommes allés au rez-de chaussée voir les céramisques et enfin l'exposition temporaire sur le thème de Babel.

 

Pas déçue du tout ! Il faut aller voir ce musée si vous êtes dans le coin. Le tarif n'est pas trop cher et on peut bien y passer une après-midi à découvrir des tas de choses.

 

 

Mademoiselle-de-Lambesc-et-son-frere.jpg

 

 

Description de la toile :  Jeanne-Louise de Lorraine, fille du comte de Brionne (1711-?) sous la figure de minerve destinant son frère Charles-Louis de lorraine (futur comte de Brionne) (1725-1761) au métier de la guerre


Cette peinture de Nattier m'a plu par ses couleurs et aussi (oui je suis une fille et je l'assume) à cause de sa "jambière" à tête de lion.

 

 

 

Carolus-duran-la-femme-au-chien.jpg

 

On ne peux qu'admirer la finesse de peinture de Carolus-Duran, portraitiste français de la haute société de la Troisième République. J'ai flashé sur les couleurs magnifiques qui ressortent sur la peinture et le détail de la fourure. Je croirais presque ressentir la douceur de la matière. Cette peinture s'appelle : La Dame au chien.

 

 

 

100_1625.JPG

 

Les statues ont l'air toutes plus vraies que nature. Et si, en vérité, elles n'étaient pas de vraies chef d'oeuvres de pierre mais des êtres humains pétrifiés par le regard de Méduse ?

J'ai adoré les détails de cette statue, regardez la finesse des doigts, la stature élancée de la création ? N'est-ce pas tant réel ?

 

 

100_1637.JPG

 

Napoléon. Il existe de nombreuses peintures le concernant. Mon frère me faisait la réflexion qu'en vérité, Bonaparte était tout petit. A peine 1m60, plus petit que moi. Cette statue elle, est gigantesque ! Les détails de la cape et du vêtement sont impressionnants !

 

Je me retiens de vous dévoiler toutes les beautés de ce Palais beaux-arts et passe maintenant à l'exposition temporaire : des oeuvres rassemblées autour du mythe de Babel. Là encore, bien des oeuvres surprenantes qui nous fait réfléchir.

 

100_1668.JPG

 

Impressionnante, cette tour de Babel constituée de 15000 livres par le plasticien allemand Jakob Gautel.

 

Extrait de la voix du nord du 5 mai 2012 "Pour la Nuit des musées,Jakob Gautel et le palaisdes Beaux-Arts proposent,ce soir, aux visiteurs, dese muer en artistes. Chacun,en apportant un livre, pourra participer à l'échafaudage de la tour de Babel."

 

J'ai beaucoup aimé cette exposition temporaire qui nous invite à l'ascention vers les sommets du savoir, de l'histoire, de l'architecture. De toutes choses en faites...

 

A voir donc !

 

Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 12:24

 

 

Voilà une exposition que je ne voulais pas manquer. Merci donc à mon gentils et sympathique frère de m'avoir accompagner, car c'est le genre d'expo où c'est mieux de ne pas être seul.


Ça se passait à la Gare Saint-Sauveur de Lille, depuis le 11 mai jusqu'au 12 août. (Edit, l'expo est allongée jusqu'au 2 septembre, profitez-en !)

 

Je trouvais intéressant le concept de mêler art et sport. Tous les jeux auxquels j’ai participé étaient en fait des œuvres d’arts ! Mais comment passer du jeu à l’œuvre ?


Pourquoi choisir entre faire du sport et visiter une exposition artistique quand on peut faire les deux ? Escalader une citation philosophique par exemple.


Il y avait trois types d’œuvres à disposition : œuvre à regarder, œuvre à jouer librement et œuvre à jouer avec un accompagnement d’un médiateur.

 

Pour les photos, voyez avec google car sur les miennes apparaissent mon frère et moi et je ne tiens pas à vous faire partager nos mines :-D Mais voici quelques exemples des oeuvres d'art à jouer auxquelles nous avons participer. Cliquez sur les noms des créateurs, ils vous emmèneront sur leur site.



LILIAN BOURGEAT
– Dispositif pour lancer des ballons de basket
Cette installation invite le spectateur à s’exercer au basket pour un shoot de 3 points…avec des feuilles de papier et une corbeille. Le spectateur croit pouvoir jouer de l’œuvre, alors qu’au final, c’est l’œuvre qui se joue de lui.

 

--> On découvre très vite à travers ses oeuvres que c'est un spécialiste du surdimensionnement des objets du quotidien.

 

LAURENT PERBOS – Ping Pong Pipe Sauvetage
Au premier plan, le sport, revisité au travers d’étonnants relookages. Deux tables de tennis de table, l’une cylindrique, l’autre gondolée et suspendue : que devient le jeu quand son support est transformé ?

 

--> Ce n'était pas une mince affaire de jouer sur ses tables de ping pong déformée. Après un ou deux échanges réussi, ça devient calvaire ! Mais très amusant !



REMY BOSQUERE – Practice
Une nouvelle installation dérivée du mini-golf, populaire loisir estival. En hommage ironique à quelques grandes œuvres de l’histoire de l’art, les neuf parcours de cette installation constituent autant de voies initiatiques permettant à chacun, sur un mode participatif et généreux, de relire les règles du jeu mais plus encore d’inventer les règles de l’art.

 

--> Pas compliqué, taper dans la balle. Mais quand des objets se mettent en travers de notre parcours... des répliques d'animaux empaillés, si ce n'en étaient pas ? Une reproduction de Blanche-Neige, un ventilateur en marche qui fait repousse la balle, un socle qui tourne...

 

SAMUEL BIANCHINI – Temps Libre
Un plan fixe sur un beau et vaste paysage – plateau et falaise se jetant dans la mer bleue sous le soleil. Un peu perdu dans le paysage, en bas de l’image, deux aires de jeu d’un magnifique green de golf. Lorsque le spectateur crie ou produit des sons, ceux-ci sont amplifiés et filtrés afin de créer un écho. En l’absence de son, seuls quelques rares golfeurs s’animent ; mais en réponse aux sons, d’autres golfeurs apparaissent et s’activent.

CANDICE GRAS – Lost
Marcher, courir, mais vers ou ? Quelle direction emprunter ?

 

 

 

Si cette exposition passait près de chez vous, je vous la recommande ! Les enfants, comme les adultes apprécieront.

 

Ne ratez pas les prochains évènements de la

Gare Saint-Sauveur

Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 23:19

 

noussommeslanuit.jpg

(Et Nora, elle n'apparaît pas sur l'affiche, trop nul ! Quand on sait qui appartient au trio de base...)

 

Dans les films de vampire, je tire Dennis Gansel et j’obtiens Nous sommes la nuit, un drame-épouvante et horreur avec Karoline Herfurth, Nina Hoss et Jennifer Ulrich. Ces noms ne doivent pas vous dire grand-chose, sauf le dernier, si vous êtes passés sur mon billet au sujet de La vague.


Dennis nous présente trois vampiresas : Louise, la chef ; Charlotte ; actrice au temps du cinéma muet des années vingt et Nora, vampirisée lors d’une rave party (je crois me souvenir). Ces trois démones ont toutes un tempérament différent. A première vue, elles semblent mener une vie de rêve et de luxe, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.


Une nuit, Léna, jeune femme de vingt-ans marginale qui vit de larcins pénètre dans un club underground. Elle fait la rencontre de Louise qui tombe instantanément amoureuse de la jeune fille et la mort. La jeune voleuse découvre rapidement les avantages que lui procure sa vie désormais éternelle. Dans une infinie liberté, le luxe et la volupté deviennent son quotidien dans un enchaînement de fêtes et de soirées. Mais Lena comprend rapidement que la soif de sang qu'elle partage avec ses nouvelles amies à un prix...


Le passage de la renaissance en tant que vampire est très beau. Léna se coule dans un bain ; ses cheveux perdent leur couleur noire et recouvrent leur teinte naturellement rousse ; ses tatouages et ses plaies s’effacent. On est très loin de la vampirisation de Louis par Lestat où il se tort de douleurs jusqu’à la mort pour renaître ensuite.

 

noussommeslanuit2.jpg


Parallèlement, un jeune inspecteur de police - joué par Max Riemelt, s’entiche de Léna qui la trouve évidemment changé. La première fois qu’il la rencontre, il la prend tout bonnement pour un garçon ! Moi aussi, j’aurai pu me tromper.


Les vampiresas de Dennis Gansel n’échappent pas aux règles : craignent le soleil, s’abreuvent de sang, aiment la vitesse… On découvre qu’il n’existe cependant pas de vampire homme car les femmes s’en sont débarrasser. « Ils étaient trop bruyants, trop cupides et trop stupides. » Louise a cependant une tendance pour l’amour homosexuel, Charlotte est nostalgique du passé et d’humeur mélancolique et Nora, me fait penser à une éternelle adolescente.
Aucune d’elles ne parvient à réaliser son réel désir.


Louise n’est pas complète. Pour qu’elle soit heureuse, il lui manque quelque chose et elle croit que Léna l’aidera par présence. Mais la jeune femme ne parvient pas à se faire à cette vie luxueuse. Elle est trop attachée à sa condition humaine. Elle ne supporte pas de les voir tuer des innocents, s’amuser avec leur proie.


Charlotte vit dans le passé, en visionnant les pellicules de son premier film. Louise l’a transformé peu de temps après alors qu’elle était mère d’une petite fille. Toute sa vie d’immortelle, elle aura pensé à sa fille qu’elle n’aura jamais élevée. Vampire malgré elle.  J’adore ce personnage.

 

noussommeslanuit3.jpgSon style ne reflète pas celui des années 2000 !


Nora ne peut s’enticher d’un homme sans se maîtriser et lui arracher la carotide. Elle semble heureuse la plupart du temps mais on comprend que ce n’est qu’un masque, puisqu’elle cache au fond d’elle une haine pour le prédateur qu’elle est devenue.


Vous vous doutez bien que la venue de la nouvelle vampire va bouleverser leur vie.

 

Au niveau de la fin, les deux dernières minutes, je suis sceptique. Si vous l’avez vu, pouvez-vous me dire ce que vous en pensez ? Mais à part ces deux minutes, j'ai apprécié le film qui m'a fait passer un bon moment.

 

Pour voir la bande-annonce, par ici.

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 22:17

 

La vague
Avant même de visionner ce film, je savais que ce serait probablement un coup de cœur. Je l’ai découvert par le biais d’Allociné, après avoir regardé « Nous sommes la nuit » production du même réalisateur : Dennis Gansel.

Clair que le thème n’est pas le même, voyez donc : En Allemagne, aujourd'hui. Dans le cadre d'un atelier, un professeur de lycée propose à ses élèves une expérience visant à leur expliquer le fonctionnement d'un régime totalitaire. Commence alors un jeu de rôle grandeur nature, dont les conséquences vont s'avérer tragiques.

J’ai eu l’agréable surprise de retrouver deux acteurs communs aux deux films : Max Riemelt et Jennifer Ulrich.  

 

la vague2

Rainer Wenger, premier cours, demande ce qu'est l'autocratie, le sujet de son cours qui durera une semaine. Autocratie = une autorité absolue, synonyme de despotisme, autoritarisme, tyrannie, absolutisme.

 

Rainer Wenger, l’instigateur du projet ne se rend pas compte, à aucun moment que son atelier a pris de l’envergure. Même si sa femme vient le mettre en garde, ça papote en salle des profs et Rainer n’a de toute façon, jamais été bien vu.

En une semaine, plusieurs vies tournent au vinaigre. Les élèves et leur professeur s’individualisent. Les différences s’atténuent jusqu’à ne plus paraître. Karo, jeune et brillante lycéenne qui rêve de partir en Espagne pour une année d’étude joue le rôle du paria. Elle refuse de suivre ses camarades et est finalement rejetée par eux. Le projet prenant de l’ampleur, elle tente de dénoncer ce mouvement. Elle sera plus tard rejointe par son petit ami, Marco.

 la vague 2


Karo est mise de côté par ses camarades car elle refuse de jouer le jeu de se vêtir d'un haut blanc pendant le cours de Wenger. Elle en paiera le prix : l'exclusion.

 

Parallèlement, on observe un élève, joué par Frederick Lau – et qui a reçu le prix d'interprétation masculine pour son second rôle – ayant un profil psychologique particulièrement instable. Les quelques secondes qui le montre attablé avec ses parents dénotent une famille rigide et froide. Il trouve dans ce projet un moyen de s’affirmer. Enfin, ses nouveaux amis peuvent compter sur lui, aussi lorsque la vague doit s’arrêter, c’est le drame.

D’après une anecdote sur Allociné, un professeur d’histoire qui a réellement existé aurait pratiqué cette expérience de totalitarisme sur ses élèves et les effets auraient été quasiment les mêmes que dans le film.

La fin est absolument géniale. Wenger doit mettre un terme à sa classe, parce que non seulement, c’est la fin de la semaine et donc la fin de l’atelier mais surtout, parce que ce mouvement, la Vague a dépassé les limites d’un simple cours. Commencé avec une trentaine d’élèves, c’est dorénavant une grande partie du lycée qui le suit. Comme on peut le voir sur l'affiche.

 

la vague 1

 

Je ne vais pas vous la raconter, je préfère vous laisser la découvrir. J’adore la respiration qu’on entend, succédé d’un silence musical, où tout est au ralenti. Les gens s’observent. Incompréhension totale. La situation a dépassé tout le monde et même moi, car je n’avais pas pressenti cette fin-là. 

 

la vague 3

 

La fin n’est pas totalement tragique. Lorsqu’on voit Karo pardonner à sa meilleure amie qui se rend compte de tout le négatif qui a découlé de cette semaine, on peut penser que ce sera la même chose pour tous ces élèves qui ont suivi la vague.

 

la vague logo

 

Un film à noter dans votre liste de films à voir !

 

 

Voir la bande-annonce, par ici.

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 15:36

 

Affiche Hell

 

 


Autrefois, il donnait la vie. Maintenant, le soleil a transformé la terre entière en un désert aride et sans vie de son impitoyable rayonnement. Seul celui qui se protège de son aveuglante lumière a une chance de survivre. C’est le cas de Marie qui fait route vers les montagnes avec sa petite soeur Léonie et Philippe dans une voiture obscurcie pour protéger du rayonnement : là-bas, il devrait y avoir de l’eau ! Sur le chemin, elles ramassent Tom, qui se révèle un parfait mécanicien et bientôt indispensable. Peut-on cependant lui faire confiance ?
L’atmosphère est moite, étouffante et les force à être constamment en alerte.  Les provisions s’épuisent rapidement, le carburant aussi. La tension monte dans le petit groupe. Les quatre voyageurs seront ensuite attirés dans une embuscade où commence alors le combat pour la survie.

 

____________________________

 

 

 C’est souvent au hasard qu’on fait de bonnes découvertes. Eh donc, j’ai visionné ce film appartenant à trois catégories : science-fiction, horreur/épouvante et thriller. Oui, c’est toujours la même histoire, que ce soit à cause des zombies ou d’un virus, on découvre à travers les protagonistes un monde déserté de population humaine, presque, où le but est de survivre.


Je suis allée glaner quelques infos sur Allociné, au passage, j’ai vu les commentaires négatifs des gens. Ce film serait une pâle copie de La Route (je ne connais pas) et le scénario aurait mérité des scènes plus trash. Pour ma part, le trash ne me dit rien. Je préfère la subjectivité. Certaines allusions ou objets laissent clairement deviner les choses et c’est suffisant pour créer l’horreur.


Hell est le premier court métrage (86 minutes) de  Tim Fehlbaum. Eh bien, bravo monsieur. Je pensais que Hell signifiait Enfer, traduction de l’anglais. Eh en fait, cela vient de l’allemand qui signifie Lumineux. Pour le coup, on aurait pu garder la traduction de l’anglais. En effet, nos protagonistes qui font route vers un éden si je peux dire, tombent dans un piège et dès lors, il est question de trouver une échappatoire.  


Le scénario est tout à fait crédible et les acteurs jouent plutôt bien.  Difficile de ne pas trop en dire sur ce film, je préfère vous laisser avec la bande-annonce pour vous faire une idée.

 

hell1

 

Vers la bande annonce --->

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 08:55

 

mini-cakes-dattes-lardons.jpg

 

A l'occasion du pique-nique annuel de la team ACDJ de Lille (ma chorale adorée), j'ai eu envie de préparer des petites gourmandises salées. J'étais partie sur la recette des madeleines pruneaux-lardons de mon livre Apéro Dinatoire reçu dernièrement (Immb)  mais en voyant le prix et le contenant des paquets des pruneaux, j'ai opté pour des dattes. Je ne savais pas trop le résultat que donnerait cette modification. Qui ne tente rien à rien ! Verdict, ça a été une tuerie ! Wooooahhhh !!!

 

Voici la recette, pour 30 mini gourmandises :

 

10 dattes à morceller (c'est un peu chiant, ça colle !! mais on s'y fait)

100 gr de lardons-allumettes

3 oeufs

60 gr de parmesan râpé

120 gr de farine

1 sachet de levure chimique

100 gr de beurre doux

 

1° Préchauffez le four à 180°C (Th.6)

 

2° Dans une jatte, tamisez la farine et la levure.

 

3° Battez les oeufs dans un saladier. Ajoutez le parmesan et mélangez. Incorporez le mélange farine-levure.

 

4° Faire fondre le beurre puis ajoutez-le à la préparation. (Quel bonheur d'utiliser de nouveau un micro-onde pour faire fondre chocolat/beurre. Petit déjeuner, réchauffer des plats. Oui, j'ai vécu 11 mois sans et ça me manquait trooop !!!)

 

5° Taillez les dattes et incorporez-les à la pâte ainsi que les lardons. Optez pour une spatule, c'est plus simple.

 

6° Saisissez-vous de vous mini moules (ou pas...) beurrez-les. J'utilise du beurre fondu et un pinceau en silicone. Répartissez la pâte dans les empreintes.

 

7° Enfournez pour faire cuire 10-12 min. Quand les mini cakes sont cuits, ils sont légèrement dorés.

 

8° Laissez refroidir avant de démouler.

 

Eh là, il ne reste plus qu'à les déguster !

 
Repost 0
Published by Calie - dans CUISINE
commenter cet article

La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher