Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 15:31

 

real-steam-01.jpg

 

 

Quand on est une fille et qu'on craque sur Hugh Jackman...

Quand on aime les jeux vidéos, les transformers et l'univers de la boxe, la compétition, on a de grandes chances d'apprécier ce film ! J'ai hésité à le voir au cinéma. A l'époque, la bande annonce ne m'a pas convaincu. Et puis, j'ai eu l'occasion de le voir alors why not !

 

Dans un futur proche, la boxe a évolué pour devenir un sport high-tech. Charlie Kenton, un ancien boxeur, a perdu toute chance de remporter le championnat depuis que les humains ont été remplacés sur le ring par des robots d’acier de 900 kilos et de 2,40 m de haut. A présent, il n’est plus qu’un manager minable qui utilise des robots bas de gamme fabriqués à partir de pièces de récupération. Il gagne juste assez pour survivre d’un combat à l’autre. Lorsque Charlie touche le fond, il accepte à contrecœur de faire équipe avec son fils Max, qu’il a perdu de vue depuis des années, pour construire et entraîner un champion. Dans l’arène où tous les coups sont permis, les enjeux sont plus élevés qu’ils ne l’ont jamais été. Contre toute attente, Charlie et Max ont une chance, une seule, de faire leur grand retour…

 

Dans Real Steel, traduisez cela par Gants d'Acier, les boxeurs humains ont été rapidement remplacés par des machines. C'est ainsi que Charlie Kenton est tombé dans l'oubli. Collectionneur de dettes, il va sans scrupule, jusqu'à monnayer l'adoption de son fils. On découvre que ce dernier  est le portrait craché de Charlie, un lui miniature, mais qui ne se défile pas quand les choses deviennent difficiles.

 

Max passe l'été avec son père qu'il nomme par son prénom - distance dans le rapport père/enfant - et entre dans l'univers de la robotique. Par un hsard supra-chanceux, Max fait la rencontre d'Atom, un petit robot qui n'a pas de faculté au combat. C'est ce robot qui permettra à l'enfant de retrouver son père et inversement.

 

Le scénatio tient très bien la route, les acteurs sont persuasifs et les effets spéciaux en jettent plein la vue. Je n'ai pas vu le temps passer !

 

Quand je dis que le regard chien battu fonctionne à merveille !(Il faut voir le film pour comprendre!)

 

real-steam-02.jpg


Serait-ce l'avenir des jeux vidéos de combat ? Chaque robot est commandé par manette, commandes vocales ou système shadows.

 

 

real-steam-03.jpg

 

 

 

Découvrez les secrets de tournage du film sur le site AlloCiné.

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 16:27

De nouveau un livre qui vient compléter ma collection brussolienne. Débuté mercredi, je l’ai terminé cette après-midi : la lecture aura décidément était très rapide. Encore une fois !

 

a-l-image-du-dragon.gif


Il y a ceux que la pluie tue…et ceux qu’elle ressuscite. Ceux qui meurent entre les mâchoires des dragons et ceux qui dorment du sommeil de la roche pour oublier le feu du désert. Il y a les dieux-nains dont les manipulations insensées ont créé deux races ennemies. Enfin, il y a Boa, l’écuyère muette, et Nath, le chevalier à l’armure molle… Mais la route des sables est souvent pleine de surprises, même pour ceux qui ne craignent pas la mort…

 

Ce sont ces quelques mots qui m’ont convaincu de lire l’ouvrage que j’avais mis dans ma PAL depuis un sacré bout de temps ! Enfin… Je crois bien que je vais me faire tous les Brussolo ! Ici, de l’ Heroic-fantasy. J’apprécie quand un auteur crée un monde et le présente de façon qu’on croirait presque qu’il soit réel. L’auteur nous présente deux peuples antagonistes qui vivent périodiquement sur la même planète, au rythme de deux saisons, celle de la pluie et celle du soleil.

 

J’adore le début : Ils étaient dix. Dis jeunes hommes en armure noire agenouillés dans le sable brûlant du désert. Nath n’avait pas besoin de tourner la tête pour les compter. Il connaissait parfaitement leur nombre puisqu’il était l’un d’eux.

C’est un récit très court et c’est bien dommage. La fin, ne m’a pas plût. Choix de l’auteur, certes, qui a préféré une fin ouverte, que l’on peut penser optimiste. Mais, cela reste frustrant, quand on s’approche de la fin et qu’on se demande comment celle-ci va se dénouer en si peu de temps… puisque le nombre de pages se restreint… Réponse, c’est à nous de la penser ! Arf…

 

Malgré cet inconvénient, j’ai retrouvé la patte de Serge Brussolo, ce qui me fait toujours autant plaisir. Même si je suis à peu près sûre que c’est toujours le même processus dans chacun de ses ouvrages. Il y a toujours cette histoire principale bouleversée par la rumeur, des faux semblants : (par exemple) Nath appartient au peuple des Hydrophobes, qui comme son nom l’indique craint l’eau. Il est envoyé en mission sainte dans le domaine des Dragons, leurs ennemis jurés, c’est en tout cas ce qu’il croit…

 

Je n’ai pas souvent de questions pour les auteurs mais ce livre en a fait naître ! J’espère que vous aurez l’occasion de lire cet ouvrage. L’auteur mentionne les créateurs de ce monde, dont on ignore le nom, comme étant les dieux-nains. Egalement, qu’un vaisseau s’est écrasé dans la montagne où vivent retranchée les Hydrophobes et que celui-ci contient diverses objets d’une technologie très avancée. A qui appartient ce vaisseau ? A quelle race ? Les dieux-nains, ont-ils construit les pyramides ?

 

Je me suis posée des tas de questions qui je crois resteront sans réponse. A moins que Serge Brussolo n’est écrit une suite quelque part…

 

Hormis la fin qui fait défaut, je recommande cet ouvrage !

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:15

 

 

Quelque part il est écrit : L'homme évolue tout au long de sa vie dans un ou des environnements spécifiques - travail, domicile, loisirs. Ce cadre de vie représente l'ensemble des éléments naturels et artificiels qui l'entourent. L'être humain, par ses activités et ses gestes, interagit sur l'environnement. Aujourd'hui, il est possible d'affirmer que l'environnement a un impact sur l'homme et en particulier sur sa santé.

 

On parle aujourd'hui d'éco-citoyenneté et d'éco-gestes. Ces notions décrivent un ensemble d'actions et d'objectifs à court, moyen et long terme pour changer les comportements individuels et collectifs. L'éco-citoyen s'attache à protéger l'eau, l'air et la terre ainsi que les systèmes naturels.

 

Protéger l'environnement est une des priorités pour le XXIe siècle afin de transmettre une planète de qualité aux futures générations. C'est aussi une démarche qui vise à préserver la santé de l'homme, très vulnérable aux phénomènes de pollution.

 

Tout ce blabla pour en venir à l'opération Blog Zéro Carbone. Tous les blogueurs peuvent y participer.

 

J'espère que vous êtes au courant d'un problème majeur concernant notre planète, les émissions de gaz à effet de serre qui augmente le niveau de température. Il s'agit principalement de dioxyde de carbone (CO²) issu des activités industrielles et humaines. Donc, je me balladais sur un blog quand je suis tombé sur l'article Blog Zéro Carbone qui annonce que visionner une page web génère du CO² ! Une opération est donc née, un arbre, pour un blog pour réduire/compenser les émissions de dioxyde de carbone.

 

Opération Blog Zéro Carbone.

 

Comment un arbre peut-il compenser le bilan carbone d’un blog ?

En participant à l’opération Blog zéro Carbone, vous pouvez facilement réduire vos émissions de gaz à effet de serre : un arbre permet de compenser les émissions de dioxyde de carbone liées au fonctionnement de votre blog. N’hésitez plus, et rejoignez-nous !

Quelles sont les émissions de CO2 liées au fonctionnement d’un blog ?

D’après une étude d’Alexander Wissner-Gross, diplômé en physique de l’université américaine de Harvard, la consultation d’une page web conduit en moyenne à l’émission de 20 milligrammes de CO2, soit 0,02 grammes. Pour un blog avec un trafic moyen (environ 15 000 pages vues par mois), cela correspond à des émissions annuelles de 3,6 kg de dioxyde de carbone. Cette valeur est à remettre en majeure partie sur le compte de la consommation électrique liée à l’utilisation de serveurs et matériels informatiques, et à leur refroidissement, très énergivore.

En participant à notre initiative Blog zéro Carbone vous pouvez nous aider à protéger l’environnement. Pour participer, c’est très simple : voici comment faire, en trois étapes !

Un petit badge sur une page (le mieux étant dans la barre de navigation de gauche, pour que le badge soit visible sur toutes les pages), et un petit article pour expliquer votre démarche, et voilà votre Blog zéro Carbone. Envoyez nous ensuite un lien vers votre blog à blog-zerocarbone@bonial.fr et nous nous chargerons, avec notre partenaire, de planter votre arbre. Celui-ci compensera tout au long de sa vie les émissions de CO2 dérivant de votre blog. C’est simple !

 
Pour récapituler :

    
    1. Un petit article sur la démarche + un badge
    2. Un e-mail à blog-zerocarbone@bonial.fr
    3. Nous nous chargeons de tout pour la plantation de votre arbre !

Attention : nous ne plantons qu’un arbre par domaine/site. Pour assurer le bon fonctionnement du badge, nous vous conseillons de ne pas modifier le code HTML associé.

Rejoignez la communauté des blogs zéro carbone !

 

 

bonial – promos et catalogues – moins de co2

Repost 0
Published by Calie - dans BAZAR & CIE
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 17:52

 

 

Je pense qu'il me fallait un petit coup de pouce pour acheter Vérité Première de Dawn Cook qui est l'un des titres de ma Pile à Lire. Contrairement à beaucoup, je ne possède pas d'avance les livres de ma PAL.

 

Par un partage de facebook (c'est fou tout ce qu'on y apprend) je découvre que Milady, le label poche de Bragelonne lance une opération Edition Découverte. Quelques titres sont à 5 euros.

 

Je découvre avec un grand bonheur que le livre de Dawn Cook y figure. Je le voulais à Noël et je ne l'avais trouvé nulle part. J'ai eu envie de prendre Dragon de E.E. Knight mais je suis septique quand au fait que le narrateur soit un dragon. Mais si vous l'avez lu et que vous l'avez aimé, n'hésitez pas à m'en parler car autrement, j'aime beaucoup le histoires qui mettent en scène des dragons.

 

Ainsi donc je franchis les portes de mon agréable Furet du Nord à un étage - celui de Lille sur 6 étages est gigantesque, 12 escaliers, un ascenseur toujours plein à craquer, une foule étouffante. L'aventage, c'est la vue au dernier étage de la Grande Place de Lille. Voyez par vous même, avez plus de soleil, c'est plus joli.

 

lille.jpg

 


Aussitôt vu, aussitôt acheté !

 

 

Dawn-Cook.jpg

 

Vous le savez sûrement, la fantasy et moi, on dû mal. Mais, je m'y fais enfin et ça me fait vraiment du bien, j'aime les récits qui m'emmènent ailleurs, dans un autre monde, à une autre époque. J'aime y rencontrer de la magie, des voyages... (Cf - James Clemens, Les Bannis et Les Proscrits

 

Voilà ce qu'on peut lire que le 4ème de couverture :

 

Alissa ne croyait pas à la magie. Son père lui parlait d'une Forteresse légendaire, où des Gardiens apprenaient la magie auprès de Maîtres énigmatiques... mais ce n'étaient que des histoires, rien de plus. Pourtant, maintenant que son père est mort, sa mère est convaincue qu'Alissa a hérité de ses dons magiques, et qu'elle doit se rendre dans le seul lieu où ses talents se révéleront : la mystérieuse Forteresse ! Mais le voyage ne sera pas solitaire, car Alissa rencontre un musicien ambulant qui détient une carte dont elle a grand besoin pour arriver à destination avant que les neiges l'en empêchent. Elle n'est pas sûre de pouvoir se fier à ce garçon, mais elle n'a pas le choix, si elle veut mettre la main sur le grimoire de pouvoir : la Vérité Première...

 

Dès les premières pages, je me suis sentie emportée par l'histoire.

Rapidement, on se fait une idée dans laquelle évoluent les deux héros ; une société de peuplades nommées par leur emplacement géographique qui se vouent un ressentiment réciproque. Alissa est, pour son plus grand malheur, une métisse. Son père est issue des Contreforts, tandis que sa mère vient des Plaines.

J'ai apprécié le départ tout en fanfare. Sa mère la pousse à partir sur les traces de ladite forteresse. Alissa finit par s'y résoudre et rencontre Strell durant son voyage.


Je n'ai pas terminé de lire ce livre mais je prévoie déjà d'acheter le second tome.

Fidèle à l'univers fantasy, on y rencontre des créatures dont je n'avais jamais entendu parler.

Les Rakus, des monstres gloutons qui dévoreraient ses trouvailles.

Les Shadufs, des êtres qui ont connaissance de leur mort et de l'avenir.

Les Septhama, des êtres qui détruisent les fantômes.

Et bien sûr, on parle de Gardiens et de Maîtres.

 

 

Je vous recommande cette lecture !

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 01:19

 

madeleine.jpg

 

 

L’histoire des madeleines est assez simple.


J’ai acquis pendant les soldes des mini-moules en silicones. Mini-madeleines, mini-financiers et mini-cannelés, enfin à ma portés. Après avoir testé une recette de mini-financiers au chocolat – délicieuse – et ayant dans mon frigo un steak haché pas très convenable, je me lance dans la confection de mini-madeleines à la bolognaise.


Je réalise la pâte, tout va bien. Je mets la pâte dans les empreintes, tout va bien. Je cuis les mini-madeleines, tout va bien. Je sors les mini-madeleines. Vingt minutes plus tard, elles sont bonnes à déguster. Une, puis, deux, puis trois. BAAAAAaaaaammmm !


Ça explose dans ma bouche, mais qu’est-ce donc ? Je ne comprends pas. Il n’y avait pourtant pas d’os, c’est comme si j’avais croqué sur quelque chose de dur. Une molaire commence à me faire mal. Après un bain de bouche, la douleur commence à disparaître mais plus question de mâcher du côté gauche, c’est trop douloureux.


Voilà qu’il est temps d’aller se mettre au lit. Pyjama mis, je me glisse sous les couvertures. Tam tam tam dans ma tête. J’imagine un feu d’artifices pétaradant autour de mon cerveau. J’ai mal à la tête. Impossible de dormir. Je comprime ma tête, appuie sur mon front. Est-ce que ces mouvements vont faire disparaître ces douleurs ?


Je me lève, ça me tourne, ça me cogne. J’avale un paracétamol et un thé. Me revoilà au lit. Tam tam tam… Je m’assoupie, me réveille. Ça cogne toujours, dans le front, dans les tempes, dans le haut du cou… Que m’arrive-t-il ?


Ainsi, neuf heures trente finit-il par me trouver. Je me lève tant bien que mal. Littérature comparée ce matin. Dois rejoindre A quinze minutes avant le début du cours. Ma tête est tout en coton, tout comme mes jambes. Je me traîne à pas d’escargot jusqu’à la salle de bain. Mine affreuse que me renvoie le miroir. Dentifrice sur la brosse. J’oublie l’affaire de la dent. Ahouuuuu !! Douleur et me rend compte qu’une partie de la dent bouge. Une madeleine l’aurait donc fracturée ?


Ça c’est de la madeleine, me dis-je avec amertume.


Je m’habille sans faire d’effort esthétique. Aujourd’hui, je serai négligée : je ne suis pas dans mon assiette. Où est-ce que je trouve la force d’aller sur le campus ? Aucune idée. Je rejoins A qui m’attends. Nous filons à l’UFR aux pas de course. Ma tête continue à cogner et menace mes jambes de se laisser aller à la débandade. Enfin, nous rejoignons le cours à l’heure. Quand il faut se présenter, je baragouine quelque chose, A est obligée de rattraper le coup.


-    Tu n’es pas très claire, me glisse-t-elle en riant.


Je réplique assez fort pour être entendue de la prof :


-    Non, très chère, aujourd’hui je suis malade.


Le cours est passionnant, j’écoute, j’ai mal au crâne. Mais j’aime beaucoup le cours.


Deux heures plus tard, c’est fini. Mon estomac quémande de la nourriture, la file de la cantine me fait tourner les talons. Dans une heure, j’y serai encore. Direction, le centre commercial. Si on me poussait, si une voiture me fauchait, si je devais tomber par terre, je ne me relèverai pas. Je resterai par terre, les yeux fermés, à attendre que la douleur passe. On oublie le mythe des beaux pompiers, baliverne, façon, je n’y ai jamais cru !
Mais je ne tombe pas.


Je rejoins l’autre qui me dit :


-    T’a pas mangé hier ?


Parce que s’il saute un repas, lui, il fait une pseudo crise d’hypoglycémie.


-    Si j’ai mangé hier. Des mini-madeleines…


Si ça n’avait pas été les mini-madeleines, ça aurait été n’importe quoi d’autre. Des pâtes ou de la salade… Comment expliquer qu’une dent se fractionne sous l’impact d’une mini-madeleine ? C’est pas aussi dur qu’une cacahuète ! Alors ?


Je me souviendrais de ces mini-madeleines à la bolognaise ! D’abord, elles avaient bien le goût de la bolognaise, mais elles étaient sèches.


Ah, ces mini-madeleines…et cette fichue dentition…


Après qu’on m’ait incité fortement à aller aux urgences, je suis retournée chez moi et j’attends impatiemment mardi. Le hic lorsqu’on déménage loin – cent trente-deux kilomètres – c’est qu’on est obligé de laisser médecins, parents, amis…  Ce n’est pas évident de retrouver un bon médecin. (et de même pour parents et amis)


Bon, j’avoue avoir…une dent contre mon dentiste. Parce que la dernière fois, j’ai payé pas moins de soixante euros pour réparer cette fichue dent que moi je voulais faire extraire.

On ne se sépare pas d’une dent comme ça. Ah ah. Il croyait pouvoir la sauver, eh bien, il a échoué. J’aimerai bien qu’il me paie l’extraction puisque c’était son idée de la conserver.

« Une dent c’est comme un animal de compagnie, on essaie tout avant de le piquer, eh bien là c’est pareil. » Non, ce n’est pas ce qu’il m’a dit mais c’est un peu l’idée.

 


Voilà, tranche de vie du moment, qui me permet de renouer un peu avec l’écriture.


Le mois de janvier 2012 sera donc attribué aux mots suivants : « forts maux de tête, fracture dentaire, madeleines »

Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:15

 

 

Avez-vous remarqué sur la blogosphère ?
 

D’abord, il y a eu le macaron parisien – petite douceur moelleuse de forme arrondie, aux allures de meringue, fabriquée à partir de poudre d’amande, de sucre glace et de blancs d’œuf, parfumée à tout ce qu’on veut : Nutella, nougatine, framboise champagne, rose…

macaron2.jpg

Personnellement, je n’ai jamais réussi à en obtenir de beaux résultats mais vu la façon dont ils étaient engloutis par mon entourage, je ne me fais pas de soucis sur le fait qu'ils furent bons. Ladurée, Pierre Hermé… Mes préférés sont ceux de la chocolaterie Auzou.

On a peu, voir quasiment pas vu de macaron amiénois, ni de macaron de Nancy.
Le macaron d’Amiens est une spécialité régionale à base d’amande, de fruits et de miel. Il est devenu populaire, merci à Catherine de Médicis et à Jean Trogneux – chocolaterie amiénoise – pour l’avoir démocratisé. Celui de Nancy est composé d’amande, sucre et blanc d’œuf mais ressemble plutôt à une coque, contrairement au macaron de Paris où deux coques sont rassemblées par une ganache.

Ensuite, il y a eu la folie du cupcake - un petit gâteau américain, glacé et recouvert par de la chantilly. Il en existe des milliers ! A tous les goûts, toutes les couleurs. Je trouve cela très beau mais aussi très riche en graisse. Je me contente de regarder et de me dire « waouh c’est beau » ça ne me donne pas plus envie de mordre dedans. Surtout que, ne vais-je pas me mettre de la crème sur le visage ? C’est vrai, ça se mange comment ?

 

images.jpg

 

Puis, la nouvelle mode du whoopie – une recette made in USA ! (encore, on les adore ces américaines !) Le whoopie – youpie !! – me fait penser à un petit sandwich dont les deux ronds de gâteaux moelleux sont accolés par une crème. Je n’en ai jamais mangé alors je ne sais pas trop ce que ça doit donner en bouche. J’ai tenté d’en réaliser une fois. La recette était bizarre et c’est sûrement pourquoi, ça n’a pas aboutie.

 

images2.jpg

 

 

Et maintenant, il y a … la zizanie des cake pops et cake balls ! Qui nous vient de…roulement de tambour…des USA ! La première qui a imaginé ces sucettes en gâteau aurait été Bakerella. J’avais repéré ces gourmandises il y a très longtemps. Mais je ne m’étais pas lancé dans la préparation. Maintenant que tout le monde en parle, c’est le moment d’essayer.

 

number-19.jpg

 

Les cake pops sont des billes de biscuits enrobées et plantées sur un bâton de sucette. Les cake balls à l’inverse sont des billes de biscuits enrobés et déposées dans une caissette en papier - plus joli esthétiquement.

 

funfetti-cake-balls-6749.jpg

 

Le budget ne requiert pas grand-chose, peut-être pour ça que la recette me plaît et le niveau est…ultra facile.

J’ai fait beaucoup de blogs et de sites. Celui que je préfère est C’est Maman qui l’a fait. On y trouve des tutoriaux qui sont vraiment très bien fait.

Pour faire des cake pops ou cake balls, vous aurez besoin de gâteaux type quatre-quarts,  petits suisses, Nutella, Philadelphia… , chocolat noir ou blanc pour l’enrobage, bâtons de sucette/pic à brochette.

Pour mon premier essai, le 8 novembre, j’ai acheté un gâteau marbré, un pot de Nutella, des pics brochettes et du chocolat blanc. Trois cent gramme de gâteau réduit en miette pour deux cuillères à soupe de pâte à tartiner. Mélange parfait ! Conception des billes, repos au réfrigérateur, montage facile sur les bâtons avec l’enrobage. Seul problème, ce dernier était trop liquide… On ne peut pas, malheureusement, tout réussir du premier coup.


100 1065

J’ai emmené mes cake pops chez une copine qui recevait du monde. Ça a fait un carton ! D’un coup, je me suis fait plein d’amis. La grande classe ! Je vous aime les cake pops !!

Plus tard, j’ai craqué sur un livre. Ah, quand je l’ai vu…il me le fallait…eh hop, dans le panier ! Naaah, je l’adore ce bouquin.

 

9782012382893.jpg

 


 Puis, j’ai refait un autre essai, le 27 novembre. Une réussite !


Cette fois, j’ai utilisé un moelleux au chocolat que j’ai raté… Il était sensé être moelleux, mais non,  il était tout sec ! J’ai pensé le jeter…mais j’ai horreur de jeter de la nourriture. Sauf quand elle est n’est pas/plus mangeable. Et puis, tadaaaa, j’ai pensé aux cake pops.


J’ai mis la même quantité avec une pâte à tartiner aux noisettes. J’ai eu besoin de rajouter une cuillère à soupe de pâte mais voilà, il n’a pas été difficile de trouver la bonne alliance pour rouler mes billes.
100_1089.JPG

 

100_1090.JPG

 

Pour l’enrobage, j’ai pris du chocolat noir, que j’ai fait fondre au bain-marie, dans un verre. J’ai ajouté du beurre et de la crème fraîche pour obtenir une crème qui ne coule pas trop. Merveilleux, elle était comme je la voulais ! Alors j’ai pu m’amuser à décorer mes sucettes. Puis direct dans le réfrigérateur pour sécher plus rapidement.


Elles étaient super bonnes !

 

pops.jpg
Il y aura une troisième fois et ce sera pour Noël. ( et puis pour la saint-valentin, pâques, ect...)


Tous les ans, j’essaie de réaliser quelque chose de faits-maison. Des biscuits, des chocolats…cette année ce sera cake pops et cake balls.

Pour cela, j’ai fait tout comme les américaines. Je me suis procurée l’enrobage de nos voisines, du candy melts. Je n’avais pas trop envie que ça vienne d’Amérique – au cas où ça mettrait des semaines à arriver et je me suis aperçue que le blog Sibo SibOn avait monté son épicerie et Ô, on y trouve du candy melts. Commande passée, je conseille cette boutique. Quelques produits me semblent chers mais d’autres, pas du tout. 

Egalement des lollipop sticks – bâtons de sucette. On en trouve à Alice Délice ou à Cultura et Picwick dans le rayon scrapcooking. Les miens je les ai eus par une boutique anglaise du site Ebay et des sachets cristal pour faire de beaux emballages. Je n’ai rien laissé au hasard !

 

candy-melt.jpg   lollipop-sticks.jpg

 

candy-melt-1.jpg Du papier cartonné dans une papeterie, un tapis de neige artificielle pour confectionner des boîtes qui serviront de contenant à mes cake pops. J’ai tout, il ne reste plus qu’à réaliser !

Repost 0
Published by Calie - dans CUISINE
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 19:32

 

zombie-therapie.jpeg

 

 

Pour sauver leur couple, Sarah et David tentent une thérapie. Mais en arrivant dans le cabinet, ils découvrent que leur conseiller est en train de dévorer les clients précédents. Cannibales, passe encore, mais ils sont tous morts et devraient se comporter comme tels... Qui a dit morts-vivants ? Désormais Sarah et David doivent non seulement sauver leur mariage, mais aussi sauver leur peau au coeur d une apocalypse zombie. Quoi de mieux pour échapper à la routine ? Avant elle ne rebouchait pas le dentifrice, maintenant elle laisse des bouts de cervelle partout. Avant il passait son temps à jouer à Resident Evil, maintenant, ça lui sert !

 

 

Mon avis :

 

Malgré ma petite déception concernant Vampire et Célibataire - Queen Betsy Tome 1, mais oui car moi j'aime pas qu'on modifie les vampires pour en faire un...comment on appelle les personnages invulnérables et puis, ok, c'était drôle mais très prévisible. Au cours de la préparation de mon swap Halloween, je suis tombée sur ce livre et je me suis dit, pourquoi, j'aime bien l'humour dans le résumé et j'adore les histoires de zombies.

 

Je ne me suis pas ennuyée une seconde et dès que je peux, je saute sur le tome 2, Zombie Business.

 

UNE APOCALYPSE ZOMBIE, QUOI DE MIEUX POUR ECHAPPER A LA ROUTINE DU COUPLE ?

 

Quand j'ouvre la première page, je tombe sur une petite présentation de l'auteur où on mentionne qu'une application facebook l'aurait informée qu'en cas d'épidémie de zombies, elle ne survivrait pas une journée. Peut-être cette saga est-elle née de ce fait !

 

L'histoire avance, j'aime ça. Au bout de cinq pages, nous voici embarqués avec Sarah et David qui luttent contre l'infection zombie. Les descriptions sont vraiment bien réalisées, les scènes sont drôles, les personnages bien travaillées. Moi-même, je retrouve quelques travers masculins, les réactions homologues...

 

Chaque chapitre est accompagné d'un conseil ou d'un constat. On ne sait jamais, au cas où la Terre deviendrait le théâtre d'une épidémie de zombies ! Ceux-là m'ont bien fait rire : TUER ENSEMBLE, CA SOUDE UN COUPLE. NE VOUS PRENEZ PAS LA TETE POUR DES DETAILS. MIEUX VAUT AVOIR TORT ET ETRE VIVANT QU'AVOIR RAISON ET BOUFFER DE LA CERVELLE. NOURRISSEZ DES AMITIES COMMUNES. MAIS N'HESITEZ PAS A Y METTRE UN TERME QUAND VOS AMIS COMMENCE A ESSAYER DE VOUS BOUFFER.

 

Ce genre de livre, ça détend et pourtant ce qui se passe est terrible et aborde des sujets sérieux. La Terre est devenue ZombiesLand. Sarah et David décident de se rapprocher de leur famille - personnellement, c'est ce que je ferai. Ils rencontrent des humains complètement fous...qui ne le serait pas.

 

 

Vivement que j'ai entre mes mains le tome 2. A la fin du tome 1, on nous livre un extrait qui m'a convaincue !

 

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 09:47

 

Il y a quelques semaines, sur le blog Mad-Stop-Over, je lançais un échange d’objets autour du thème "halloween". Contenu minimum : 1 livre, 1 marque-page, 1 thé, café ou chocolat, 1 ensens et 1 gourmandise. [vers lien de la page]

 

4 aventuriers ainsi que moi nous lançâmes dans l’aventure du Swap !

 

Puisque nous étions 5, j’ai choisi le système de la boucle. C'est-à-dire, a envoie à b, b envoie à c, c envoie à d…et ainsi de suite ; le dernier envoyant au premier pour boucler le circuit. Ainsi celui qui recevait ignorait de qui venait son paquet. Mystère… Pour moi qui envoyais à La Réunion, c’était dur de tenir ma langue. Je voulais envoyer du chocolat mais je craignais que ça ne fonde durant le voyage et je ne voulais surtout pas me faire connaître !

 

Je vous propose de revivre avec moi la réception et la découverte de mon colis.


train.gif

 

C’était le 6 décembre et je me doutais qu’il allait arriver, c’est pourquoi, j’ai patienté en espérant que le facteur ne tarde pas trop. Je devais prendre le train alors je n’avais pas vraiment l’alternative d’être en retard.  

 

L’heure tournait. Afin d’être dans les temps, je me donnais encore dix minutes… et… Brrrruuuuup – c’est la sonnerie étrange de l’immeuble – Je regarde par la fenêtre, une camionnette RentCar est garée sur la chaussée. Je sors de chez moi, dévale les escaliers ouvre la porte. Un homme RentCar lit le nom indiqué sur le colis.

- C’est moi !

Eh voilà le colis dans mes bras. Je regagne mon appart et voit que l’heure est arrivée. J’ai deux minutes ! Qu’est-ce que je fais ? Je pars 4 jours, 4 jours, c’est beaucoup quand on sait que quelqu’un a mis du cœur à l’ouvrage pour vous faire plaisir. – But du swap, se faire plaisir et faire plaisir – Je retourne dans tous les sens le colis et aperçois un mot « Joyeux Halloween » Je me décide à l’ouvrir !

 

Un doux parfum sucré s’en échappe, hummmm… Parfum qui me rappelle les fêtes foraines, les marchés de noël, les carnavals, la barbe à papa… J’y trouve de la toile d’araignée orange et blanche, une araignée d’halloween a dû s’installer dans le carton ! Et il y a plein de paquets. Je suis prise d’une envie de les ouvrir mais j’aime prendre le temps de découvrir les choses. Comme je prends le temps de déguster une bonne crêpe au sirop d’érable, une praliné sésame Auzou, un chocolat viennois de la Croustille à Amiens…

Plus qu’une minute avant le départ… Qu’est-ce que je fais ? Je prends une photo que je mettrai sur facebook.

 

swaphallo1.JPGLes bougies et les mini-citrouilles sont trop mignonnes

 

J’attrape un sac camaïeu vide – vous savez, ceux en papier – et je mets les paquets dedans. Je les embarque ! Je les ouvrirai dans le train.

 

J’ai trimballé le doux parfum partout, ce qui me faisait sourire. Dans le train, j’ai simplement lu la lettre de ma swapeuse. Il y avait trop de monde autour de moi, je voulais les ouvrir dans le calme et que ce moment n’appartienne qu’à moi.

 

A travers la lettre, j’ai senti que ma swapeuse devait être comme moi au sujet des cadeaux. J’aime offrir des choses qui me plaisent avant tout et j’y mets beaucoup de cœur. Mary, tu es pardonnée pour le retard ! Comme le temps passe vite, quand on a cinquante millions de choses à faire… Moi-même, j’étais contente d’avoir fixé pour date de délai le 28 novembre car je me suis retrouvée à un moment donné prise dans d’autres évènements.  

 

Un cachet en cire apposé sur le papier m’a fait penser à mon premier swap. Car, il y en avait un, là aussi. La lettre m’a permis de pressentir le contenu des paquets…

 

Ce n’est qu’arrivée à destination, dans l’après-midi, me retrouvant seule que j’ai ouvert les paquets.

 

Une surprise aromatique m’attendait et m’a beaucoup plu. Une eau de toilette légère parfumée à la vanille et à la violette. C’est discret, ça tient longtemps. Mon écharpe en a fait les frais. De ce fait, j’aime encore plus mon écharpe qui sent ce délicieux parfum ! C’est marrant parce que, quand je sors du métro à Lille Flandres, je passe souvent devant le magasin où a été achetée cette surprise aromatique et pourtant je n’y avais jamais mis les pieds. Prochainement, je vais rétablir ce fait !

 

De surprise en surprise, je déballe le livre, nuage de plumes noirs qui l’accompagnent. Je ne connais pas l’auteur mais je découvre que le roman a reçu le prix Masterton et moi, j’adore cet auteur ! De plus, le nom du bouquin m’interpelle. Ça à l’air d’une histoire bien angoissante comme je les aime. L’enfant des cimetières.

 

swaphallo2.JPG

 Note : à l’heure où j’écris ses lignes, j’ai commencé à lire et c’est divin.

 

Il y a aussi deux marques pages d’inspiration bretonne, un dragon et une sirène, deux créatures qui me plaisent. Le dragon occupe déjà sa place au chapitre 11. Quoi ! Je ne vous ai pas dit que je dévorais le livre ?

 

En ce qui concerne, thé, café ou chocolat, j’ai eu deux thés. Le réglisse a un parfum vraiment puissant, tandis que l’autre se fait tout discret. Je ne les ai pas encore goûtés mais il me tarde. Pour la gourmandise, j’ai été gâtée !! Galettes bretonnes, caramel au beurre salé à la fleur de sel de Guérande alors là… et du chocolat. Waouh, attention les papilles ! Tout pour me rendre accroc à la Bretagne !

 

J’oubliais l’encens, de l’artisanal ! On vit dans l’industriel, alors quand c’est possible, je me tourne vers l’artisanal. J’étais donc toute contente de voir que s’en était.

 

swaphallo3.JPG

 

Eh bien voilà, ce termine mon deuxième swap et mon premier en tant qu’organisatrice. Je suis heureuse que nous ayons tous tenu nos engagements et que nous nous soyons fais plaisir.  

 

Je ne pense pas en organisé un de si tôt, bien que cela reste une chouette expérience. Il faut du temps, des idées et un budget. Mais de Marie Danielle Merca (la première organisatrice) à moi, qui sera le prochain organisateur…

 

 

J’ai juste envie de dire qu’il est agréable de se lancer dans une telle entreprise, quand tout le monde respecte l’envoi. Au travers des présents, on peut voyager, tout comme moi, en Bretagne ou dans le passé (cf, mon premier swap) et faire de belles connaissances.

 

Un grand merci à ma swapeuse Marie LG

 

Ce n'est pas toujours évident de tomber juste et là, c'est que du

 

bonheur !

 

swaphallo4.JPG

Une tuerie ces caramels !

 

 

 

Hé bien voilà, c'est fini mais j'espère vous avoir donné l'envie à votre tour de swaper !

 

 

Repost 0
Published by Calie - dans SWAP
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 11:43

 

images.jpg

 

 

 

Toc toc ! Toc toc !

- Hum, qui est-ce ?

Toc toc !

- C’est nous ! crient-ils à l’unisson d’une voix enrouée accompagnée de toux et d’éternuements.

- Hein ?

Je m’extirpe de mon lit, enfile une robe de chambre, attrape mon écharpe, mes gants et mon bonnet. C’est qu’il fait froid en décembre ! Je me traîne jusqu'à l’entrée, me demandant qui peut bien me rendre visite de si bon matin.

Derrière la porte, trois étranges personnages. Armés d’un bonnet et d’un gros manteau, leur visage est rouge congestion. Une grosse écharpe leur barre le menton. Ils toussent. Ils éternuent. Ils reniflent. Ils se mouchent. En gros, ils sont malades et je ne les connais pas.

- Euh oui, qui êtes-vous ?
- Mais voyons, c’est nous ! répond le premier avec dédain. Angine, Otite et moi-même Pharyngite, qui venons te passer le bonjour.
- Ooooh non ! Pas encore vous !

Je ferme la porte en claquant…trop tard, je me mets à éternuer.
 

De nouveau malade, on va croire que c’est une habitude ! Serait-ce ce fichu vent du nord ? Depuis que je vis en métropole lilloise, je collectionne les maux de gorge. 

Etant donné que c’est reparti, j’ai testé le conseil d’une amie qui me disait « moi, je suis remèdes de grand-mère, mon copain dit que je suis une vieille, n’empêche, ça fonctionne ! » Septique et curieuse à la fois, je me lance dans la phytothérapie.


Ce sera infusion de thym frais, citron d’Espagne et miel pour sucrer. Le pouvoir sucrant, je ne l’ai pas ressenti !

Verdict : le lendemain, je n’avais plus mal à la gorge. Ô Merveille ! Ça fonctionne !

 

En attendant de voir le médecin ou pour se soigner sans passer par la case pharmacologie, les infusions c'est le top et en plus, d'un ça ne coûte pas cher, deux, vous avez l'impression de jouer à la sorcière ^_^ C'est amusant. Le goût n'est pas au rendez-vous mais une vieille branche a dit : "plus c'est mauvais, meilleurs sont les effets".

 


lemon.jpg

 

Par ici ! J'ai fait quelques recherches pour vous : inutile de copier/coller des articles qui sont si bien faits.


  Passeport Santé sur le thym
(nom des sorcières : serpolet – amusant, non ?)

 

  Passeport Santé sur le citron

(nom latin : citrus)
 
 Passeport Santé sur le miel
(à retenir : c’est un produit entièrement naturel, n’ayant subi que peu ou pas de transformation mais il a un pouvoir cariogène, c'est-à-dire qu’il cause des carries !)

 

 

 

 

Quelques idées d'infusions contre le rhume

  (mais je suis impatiente de connaître les vôtres)

 

a) 1 bâton de cannelle, 4 feuilles d'eucalyptus, 4 clous de girofle, 1/2 litre d'eau, jus de citron.

On fait bouillir le tout dans un demi-litre d'eau et on laisse infuser une dizaine de minutes. Ensuite, on filtre et on boit cette décoction toute la journée en rajoutant du jus de citron et du miel pour le pouvoir sucrant et la douceur qu'il apporte à votre gorge.

 

b) Quelques branches de thym qu'on fait infuser dans de l'eau bouillante, un trait de jus de citron et une cuillère à café de miel.

 

c) Gingembre frais râpé qu'on infuse avec du thym et de la menthe pendant dix minutes. On ajoute du citron et du miel.

 

d) Un bon grog - boisson faite de rhum mélangé à de l’eau chaude.

- une infusion de citron à laquel on rajoute du citron et du rhum (un bouchon suffit)

- du lait chaud dans lequel on ajoute du miel et du rhum. 


Repost 0
Published by Calie - dans BAZAR & CIE
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 11:06

 

La découverte de ce film s'est faite un peu par hasard en lançant dans un moteur de recherche film + vampire ; une envie soudaine de regarder un film avec des vampires s'est manifestée... Je suis alors tombée sur le site qu'il me fallait : Films de vampires. Parmi mes trouvailles, Suck, Nous sommes la nuit et Mords-moi sans hésitation. Il y a tout de même 320 films répertoriés !

 

suck.jpg

 

 

Avec ce film, je suis passée de l'autre côté des productions sérieuses. C'est une comédie musicale plutôt débile mais qui vaut le coup d'oeil. J'ai bien ri ! 

 

 

C’est l’histoire d’un groupe de rock en qui personne ne croit...ah ah, ça commence bien. Il est composé de Joey le leader, Jennifer, Tyler, Sam et Hugo. Ce dernier les accompagnant à travers leur médiocre tournée. Ils sont tellement nuls  que leur manager décide de les lâcher - ce n'est pas avec eux qu'il fera fortune ! Mais Joey y croit à son groupe nommé The Winners - en anglais, les champions/gagnants...ah ah, nous on penserait plutôt le contraire.

 

Un soir, Jennifer disparaît avec un étrange personnage... - Quand j'ai vu le déguisement, j'ai pensé "je veux voir le film juste pour les maquillages !! -

 

suck5.jpg

 

Pour les fans avertis, ni une, ni deux, nous reconnaissons bien là, un vampire très laid...même carrément dépassé de mode. De toute façon, vous le trouverez forcément séduisant lorsqu'il vous aura fait le coup des yeux clignotants rouge !

 

Le leader du groupe est plutôt réticent à l'idée de laisser partir Jennifer avec cet inconnu chelou, d'autant plus qu'on apprend que Jenn est son ex...


Le lendemain, lorsqu'elle réapparaît, pâle comme une morte, les yeux bleu ciel, les lèvres cramoisies, elle nie tout changement... - mais nous on n'est pas dupe ! Alors il est temps de monter sur scène et le groupe fait un carton !

 

Mais Jennifer commence à avoir soif et, étant entrée dans une épicerie...

 

Suck3.jpg

 

.... elle ne peut s'empêcher de boire à la gorge, à la paille de l'employé de service ! Reconnaissez que c'est plus fun le coup de la pipette ! Mais la jeune vampire n'est pas très propre, elle est toujours barbouillée de sang...

 

Le succès du groupe reposant sur le fait qu'elle soit vampire taquine ses camarades qui vont céder à la tentation...

 

suck4.jpg

 

Enfin, le groupe est en adéquation avec son nom The Winners mais un chasseur de vampire qui a peur du noir est sur leur trace. Eddie Van Helsing cherche à venger sa fiancée que l'affreux vampire démodé à tuer il y a des années...

 

On dit que le casting est génial. Oui, certainement... Je n'y connais pas grand chose au mouvement rock et punk mais je me suis régalée tout du long.

 

BANDE ANNONCE

 

 

suck2.jpg

Repost 0
Published by Caliope - dans CINEMA
commenter cet article

La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher