Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 12:45

 

interview.gif

 

 

 

Moi, c’est moi. Je suis devant mon écran ; celle qui tapuscrit et pose les questions.

Moi-même, c’est l’autre moi. Celle qui répond. Je suis l’âme et l’inspiration de ces articles.

 

Moi-même et Moi nous sommes réunies exceptionnellement autour d’un thé « Jardin Bleu » reçut à l’occasion du Swap d’Halloween, un thé aux arômes subtils que nous aimons toutes les deux.  

 

Moi : Bonjour Caliope, bonne et heureuse année 2013 !

Moi-même : Bonjour Sabrina, bonne année : la réussite dans tes projets, la santé, les petits plaisirs, l’argent et la gloire.

Moi : La gloire, merci très chère. Peux-tu te présenter à nos chers visiteurs ?

Moi-même : Bien sûr. Je m’appelle Caliope, c’est un pseudonyme qu’il me plait d’entendre ; j’aime sa sonorité. Donc, rien à voir avec la référence mythologique, ni la médecin dans Grey’s Anatomy. Je suis une blogueuse mésaventurienne. Mot que je viens d’inventer pour définir mon tempérament d’exploratrice ! J’ai 26 ans et dans la vraie vie, je ne désespère pas de trouver ma place dans le monde.

Moi : Je suis d’accord sur ce dernier point. Nous vivons des temps durs, où être doué dans certains domaines ne suffit plus. 

Moi-Même : Il ne faut pas perdre l’espoir d’arriver quelque part, persévérer et croire en soi, c’est important.

Moi : Bien, bien. Calie, je crois savoir que cette année marque un anniversaire… Le chiffre 5 te dit-il quelque chose ?

Moi-même : Eh bien… Eh oui, bien sûr ! Le blog fête ses 5 ans cette année. C’est énorme, mon bébé grandit.

Moi : Est-ce qu’il s’agit de ton premier blog ?

Moi-même : Non, celui-ci est mon second.

Moi : Ah !

Moi-même : Je te vois venir Sab, mais je suis désolée de te remémorer que tu l’as dézingué !

Moi : Oh, oui, c’est vrai, je m’en rappelle. Il était devenu un fourre-tout impossible à gérer. Toutes les deux aimons l’ordre, les structures organisées et puis, personne ne passait plus, le dernier commentaire remontait à un an… Tu ne m’en veux pas, dit ?

Moi-même : Non. « Le monde de Chris Angel » car tel était son nom, fut une bonne première expérience en matière de blog.

Moi : L’autre côté de moi-même a vu le jour le 10 janvier 2008.

Moi-même : Le 10 janvier 2008, c’est exact. Ça n’a pas été facile d’en recréer un. De même que donner un titre à un texte, je me posais la question de sa nomination. L’inspiration est venue ce jour-là. Ce serait L’autre côté de moi-même, le reflet de mes passions.

Moi : Qu’est-ce qui t’anime tant dans le blogging ?

Moi-même : La notion de partage ! J’aime fédérer mon entourage autour de mes passions et bloguer permet de le faire. Ce blog est une continuité de nous-même et il nous sert parfois de pense-bête !

Moi : Oui ! La whishlist par exemple, nous sert à ne pas oublier les livres que nous rêvons d’avoir ! C’est aussi le moyen pour notre entourage de savoir les titres que nous n’avons pas. Eh, va-t-il y avoir des changements pour marquer cet anniversaire ?

Moi-même : Eh bien…je n’y ai pas encore réfléchi. 2013 est arrivée si vite ! Mais, il y aura bien une nouvelle catégorie. J’ai envie de parler et de débattre sur certains faits d’actualité. 

Moi : Intéressant.

Moi-même : Visiteurs, restez à l’affût. Je mettrai bientôt en place un swap dont les inscriptions seront ouvertes jusqu’au 10 février.

Moi : Un swap ! Génial ! Pour info, un swap est un échange d’objets autour d’un thème. La Poste est mise à contribution et cela fait plein d’heureux et de nouvelles connaissances qui s’avèrent parfois devenir de belles amitiés !  Quel sera le thème de celui-ci ?

Moi-même : Je ne le dévoilerai que le 10 janvier ! Il faudra donc patienter.

Moi : Je te remercie d’avoir répondu à mes questions. J’ai encore une petite série à te soumettre. Histoire de faire le point sur 2012, un top trois, d’accord ?

Moi-même acquiesce.

Moi-même : Tu verras que le nombre d'articles est parfois mineur. Je ne chronique pas tout ce dont j'ai envie, par manque de temps ou parfois, par flemme. Cette année, j'essaierai de partager plus. Il y a tant de choses dont j'ai envie d'aborder.

 

Moi : 

— Dans la catégorie, BAZAR DIARY, qui s’est enrichie de 12 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :

Moi-même : L’éco geste des bloggueurs, car préserver la nature est important. Le Billet du moment, que j'essaie de mettre à jour une fois par mois et c'est dur ! mais cet article me tient à coeur. Ma bouteille à la mer : en effet, vivre avec la maladide de la Fibromyalgie n'est pas une sinécure.

 

Moi : 

— Dans la catégorie, CINEMA, qui s’est enrichie de 10 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :

Moi-même : sans hésitation, Les enfants de la Pluie, qui est une adaptation d'un roman de Serge Brussolo. La vague, d'un réalisateur extraordinaire. La cara occulta, qui me fait encore réfléchir. 


Moi : 

— Dans la catégorie, CUISINE, qui s’est enrichie de 10 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :

Moi-même : les biscuits craquelés au cacao sont vraiment top avec un thé, un chocolat chaud ou un café. Le sandwich fraise/beurre de cachuète est à tomber. Enfin, le poulet pané ultra croustillant qui m'a vraiment surprise et qui encore peut être décliner au niveau de la chapelure. J'ajouerai bien des pistaches concassées...


Moi : 

— Dans la catégorie, EXPRESSION, qui s’est enrichie de 6 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :

Moi-même : Le défi d'écriture Côté Obscur de Sandra où j'ai bluffé l'assistance. L'illustration d'un de mes personnages par Sedenta. Le numéro 1 du webzine Chrysalide.

 

Moi : 

— Dans la catégorie, LECTURE, qui s’est enrichie de 17 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :

Moi-même : Oula...dur... Top 1 : Beignets de tomates vertes, un de mes titres préférés. Si je devais en emporter un sur un île, ce serait celui-ci. Les contes d'Amy, un recueil de nouvelles qui a reçu le prix Masterton 2012. L'enfer, c'est à quel étage ? un roman à l'imagination débordante. Mais où l'auteur va-t-il chercher tout ça ?

 


Moi : 

— Dans la catégorie, MUSIQUE, qui s’est enrichie de 2 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :

Moi-même : ... The Real Group... et l'autre, c'est sympa à découvrir mais il ne sera pas une lubie pour moi. Je peux citer néanmoins le groupe One Republic et son album WakingUp que j'aime écouter.



Moi : 

— Dans la catégorie, PHOTO, qui s’est enrichie de 4 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :
Moi-même : Nuages Canins ! J'adore contempler le ciel.Quelle surprise de découvrir ce chien ! Ensuite, ma pile de cahiers et d'ailleurs, il faut que je cesse d'en acheter, bientôt je vais me noyer dedans ! Et le troisième... Joker !

 


Moi : 

— Dans la catégorie, On LILLE, qui s’est enrichie de 13 articles en 2012, s’il fallait n’en retenir que trois :

Moi-même : Le salon du chocolat, une manifestation qui n'a heureusement pas lieu qu'à Lille, où je suis allée avec la captaine Chica et Titia.  Les Halliennales, premier salon littéraire du fantastique dans le nord, véritable succès. Chez Max, un restaurant sur Solfé, même si la seconde fois, j'ai été déçue...la première fois a été MERVEILLEUSE !

 

Moi : Quelques adresses sites ou blogs sympathiques visites-tu souvent ?

Moi-même : Alors...Je suis presque toujours fichue sur le site culinaire de Chef Nini. Et puis, ma dernière découverte blog, c'est celui de Yoru No Yu3, le vrai blog, la tranche de vie et puis la blogueuse est très cool ! Et enfin, le blog d'une amie, un blog qui s'appelle Du Bonheur en Bâton et dont les articles sont tous attrayants. 

 

Moi : Un dernier mot à ajouter ?

Moi-même : Happynewyear2013pourmesvisiteurs !

Moi : Tricheuse !

 

kdo kawaii

 

Retrouvez-moi bientôt pour connaître le thème du prochain swap ! Suivez l'actu ou inscrivez-vous à la newletter du blog.

Repost 0
Published by Calie - dans BAZAR & CIE
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 12:23

Exercices de style est l'un des ouvrages les plus célèbres de l'écrivain français Raymond Queneau, auteur de génie.

 

exercices-de-style.jpg

 

 

Le narrateur rencontre, dans un autobus, un jeune homme au long cou, coiffé d'un chapeau orné d'une tresse au lieu d'un ruban. Le jeune homme échanger quelques mots aseez vifs avec un autre voyageur, puis va s'asseoir à une place devenue libre. Un peu plus tard, le narrateur rencontre le même jeune homme en grande conversation avec un ami qui lui conseille de faire remonter le bouton supérieur de son pardessus.

Cette brève histoire est racontée quatre-vingt-dix-neuf fois, de quatre-vingt-dix-neuf manières différentes.

 

Quelques exemples :

 

Homéotéleutes

 

Un jour de canicule sur un véhicule où je circule, justicule un funambule au bulbe minuscule, à la mandibule en virgule et au capitule ridicule. Un somnambule l'accule  et l'annule ; l'autre articule : "crapule", mais dissimule ses scrupules, recule, capitule, et va poser ailleur son cul.

Une hule aprule, devant la gule Saint-Luzule, je l'aperçule qui discule à propos de boutules, de boutules de pardessules.

 

Cette version permet de comprendre ce qu'est une homéotéleute. En définition, il s'agit donc d'une figure de style, de la répétition d’un même son à la fin d’une phrase ou à la fin des mots d’une même phrase.

 

 

Télégraphique

 

BUS BONDE STOP JNHOMME LONG COU CHAPEAU CERCLE TRESSE APOSTROPHE VOYAGEUR INCONNU SANS PRETEXTE VALABLE STOP QUESTIONS DOIGTS PIEDS FROISSES CONTACT TALON PRETENDU VOLONTAIRE STOP JNHOMME ABANDONNE DISCUSSION POUR PLACE LIBRE STOP QUATORZE HEURES PLACE ROMEJNHOMME ECOUTE CONSEILS VESTIMENTAIRES CAMARADE STOP DEPLACE BOUTON STOP SIGNE ARCTURUS.

 

Ce procédé correspond à la figure de style de l'ellipse. Les termes nécéssaires à la construction de la phrase sont supprimés. Ce qui donne un effet de rapidité, style télégraphique ou petites annonces. Queneau joue évidemment le jeu à fond en plaçant des stop comme on le faisait dans les télégraphes pour annoncer un retour à la ligne, une séparation avec la phrase/l'idée suivante.

 

 

Tanka

 

L'autobus arrive

Un zazou à chapeau monte

Un heurt il y a

Plus tard devant Saint-Lazare

Il est question d'un bouton

 

Le tanka est au Japon une forme de poésie.

 

Pour vous amusez, découvrir les nombreux styles du monde, je vous invite à découvrir les quatre-vingt-seize autres versions.

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 12:44

 

Et...un de plus ! 

 

Les-enfants-du-crepuscule.jpg

 

Je m'apprêtais à rentrer chez mes parents, 3h30 de train, une heure d'attente pour choper ma correspondance... Il me fallait de quoi tenir, de la musique, ok... et un livre.

Aller sur le marché de noël était inenvisageable à cause de la pluie.

J'ai farfouillé dans mes cabacs et je suis tombée sur ce livre..."tiens, je l'ai celui-là !?" Surtout que je l'avais déjà commencé des semaines auparavant ! Franchement, on ne se refait pas. Bref, ce sera celui-là qui accompagnera mon voyage.

 

Curiosité locale, la maison de poupées géante de la famille McGregor attire les touristes de tous les coins de la Floride. Interminable labyrinthe, elle abrite des poupées d'une beauté étrange. On dit que le fantôme d'une petite fille y aurait trouvé refuge. Depuis quelque temps la mort guette tous ceux qui s'y intéressent d'un peu trop près. Quelqu'un se décidera-t-il enfin à aller voir ce qui se cache derrière cette façade rose bonbon ? Et si oui, en reviendra-t-il vivant ? Prix du roman d'aventures 1994 avec Le Chien de minuit, Serge Brussolo restitue, avec un insurpassable sens du suspense et de l'angoisse, l'atmosphère lourde et vénéneuse des marais de Floride.

 

J'ai de la chance, me dis-je ! Voilà le premier volet de la série concernant Peggy Meetchum. D'habitude, je lis les romans de Brussolo dans le désordre, faisant plus tard le lien duquel vient en premier, en deuxième ou en troisième... Oui, car ce n'est pas toujours écrit. Mais peu importe, on ne sent jamais perdu de l'ignorer.

 

Le chapitre Un se détache totalement du roman. Il concerne la fin de Lisa. J'adore la première phrase qui signifie tout : "Elle s'appelait Lisa Meetchum..." Ce premier chapitre me plaît tout particulièrement car il est très bien raconté et m'a fait penser à certaines nouvelles lu sur le blog Journal de l'imaginaire. (au passage je salue mon amie Aleks Ka et lui souhaite mes voeux pour la nouvelle année)

 

Le roman démarre lentement et je me souviens m'être demandée quand le récit allait enfin aborder l'histoire de la maison de poupées. Nous faisons la connaissance de Peggy, que j'ai hâte de retrouver dans "Baignade accompagnée". Peggy qui apprend le décès de sa soeur et qui revient sur son passé. Pourquoi la fille prodige a-t-elle abandonné sa famille et s'est exilée près de la mer ? ; le sujet houleux de la jalousie permanente avec sa soeur...

 

C'est dans la maison de ses parents où vivait sa soeur que Peggy découvre une étrange poupée qui la mène dans la famille McGregor. Cette famille est constituée de deux membres : Jod, le frère artiste qui essaie de modeler de l'argile comme les premiers hommes et qui pour cela à besoin de s'immerger dans la nature, nu comme un ver, d'affronter les éléments, de se nourir, se protéger, tout commes les premiers hommes afin d'atteindre leur niveau de conscience et Lorraine, la soeur, qui tient l'attraction que constitue l'étrange maison de poupées que feu leur père a construit. Une maison de poupée qui abriterait le fantôme de leur petite défunte soeur...

 

Peggy fait la rencontre du garde du corps de Jod. Un fou s'en prend à l'artiste en lui envoyant des colis piéger. Jod porte un gant. Il dit que sa main est brûlée. Peggy pense elle que c'est cette même main qui a ôté la vie de sa soeur. Elle ne sait pas dans quoi elle s'est embarquée.

 

Encore une fois, c'est un bon thriller avec un suspens bien dosé ! Il se lit d'une traite !

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 17:21

 

Aux Halliennales, le premier salon fantastique du nord consacré cette année aux vampires, je découvrais la sortie imminente de ce roman. Mais mon objectif était tout autre. C'était Les contes d'Amy qui m'intéréssaient. C'est ainsi que je rencontrais pour la première fois, cet auteur belge talentueux !

 

Au Val Joly, c'était la seconde rencontre et le second achat !

 

Le souffle des ténèbres

 

 

Bryan et Suzy décident de faire un voyage en Bretagne afin d’échapper à un douloureux souvenir et de se ressourcer. Sur place, ils découvrent les ruines d’un vieux château qui n’est mentionné dans aucun guide touristique et dont les villageois superstitieux rechignent à parler. Animés par la curiosité, ils entreprennent alors de s’y rendre et vont, bien malgré eux, réveiller la force maléfique qui y sommeillait. Quel est donc le secret de cet étrange village que Bryan ne connaît qu’à travers les récits de son grand-père ? Entre légendes bretonnes et fantastique contemporain, l’auteur nous entraîne dans une spirale infernale.

 

J'apprécie les histoires de lieux hantés (ou d'objets hantés). J'apprécie également ces histoires où des personnages cherchent à échapper à quelques chose, ils pensent avoir toucher le fond du tonneau et se leurrent... Le cauchemar n'est pas terminé... Mouhahaha !

 

Le 4ème de couv' ne pouvait que susciter mon intérêt.

 

Bryan et Suzy décident de faire un voyage en Bretagne afin d’échapper à un douloureux souvenir. Souvenir qui d'ailleurs n'est pas révélé immédiatement, ce qui est appréciable. Les indications concernant les personnages sont données au compte-gouttes, ce qui permet de bien comprendre leur psychologie.  

Ce voyage qui doit leur changer les idées les mène à Munoz, un village de Bretagne que Bryan ne connait qu'au travers des récits de légendes que lui en faisait son grand-père. Le couple s'installe à l'auberge du village sous l'accueil froid des habitants qui n'ont pas l'habitude de voir de nouveaux visages. 

Rapidement, l'aubergiste met en garde Bryan quand à la visite des ruines d'un château, celui-là même qu'il a choisi de visiter en premier. Le mal y rôderait...
Le roman peut ainsi démarrer.

 

J'ai adoré cette lecture !

J'ai été surprise par le style d'écriture plus travaillé que dans Les contes d'Amy et j'aurai aimé que l'histoire continue un peu plus longtemps. Que le dénouement arrive moins vite. Enfin, c'est ainsi. Il n'est pas toujours évident de bien peser un texte. Trop en mettre et trouver cela trop lourd/pesant...ou l'inverse.

 

C'est bien la mythologie celtique qui est présente dans ces pages. Je devais vraiment avoir l'esprit ailleurs pour ne pas reconnaître la créature fantastique qui intervient à un moment donné. De ce fait, j'ai été épatée de cette petite révélation !

 

L'histoire est bien menée jusqu'à la fin. J'ai même cru entrevoir un petit clin d'oeil fait à Serge Brussolo, le génial semeur de rumeurs qui fait que le lecteur et le personnage ne savent plus déceler le vrai du faux. Il s'agit d'un moment où le prêtre du village, qui connaît l'histoire de la bourgade, insinue que Bryan pourrait être venu à Munoz pour une raison bien précise que celle qu'il aurait évoqué à Suzy.

 

L'origine du souvenir malheureux est un drame familial malheureusement assez répandu dans le monde. Malgré toutes les précautions qu'on peut prendre, il faut se souvenir qu'il n'y a pas de risque zéro.

 

Concernant la couverture, il n'y a pas de "r-é-p-u-l-s-i-o-n" de ma part. Je la trouve très bien faite, avec les coins en ...art celtique, en deux mots. Ce qui me fait penser aux créations de mon amie SAD et je vous invite sur sa boutique histoire de lui faire un peu de publicité et partager son talent : Scarlett Deliry - Failte.

Je dirai plutôt que le chateau en background et la silhouette de l'homme piquent la curiosité. 

 

Eh bien voilà...courrez donc vous le procurer, je vous promets que vous ne le regretterez pas !

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 12:04

 

Réflexion faite, ce n’est pas un coup de cœur même si j’ai fortement apprécié cette lecture. Et, je vais de ce pas, inscrire le T2 dans ma wish-list.


Rebecca Kean traquée

La couverture est plutôt sympa !

 


Nouvelle-Angleterre, Burlington... Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...

 


Comment ai-je découvert ce livre ? (souvenirs) Ah oui, tout simplement en visionnant la liste des auteurs présents sur le salon du Val Joly’Maginaire. J’aime les histoires de sorcière, alors je m’étais dit…pourquoi pas, ça à l’air sympa. J’ai rencontré l’auteur et en ai profité pour avoir une dédicace. Je ne suis pas une adepte des sagas car :

a) je finis un jour par me perdre dans l’histoire  (à la limite, je devrais faire un résumé à chaque fin de lecture mais j’ai la flemme)

b) parfois, quand la série est longue, ça fait avoir une attaque au porte-monnaie ou à mon petit grand cœur qui sait qu’il ne lira pas la suite avant des lustres sinon jamais.

Mais qu’importe ; la solution est toute trouvée. Il suffit d’acheter le livre et de le lire, de ne pas céder à la tentation de s’acheter tous les tomes disponibles et à partir du moment où le livre ne sied plus, le revendre/le prêter…

 

Souvent les lecteurs aiment s’identifier aux héros. Pour ma part, ça ne me dérange pas du tout de ne pas m’identifier et avec Rebecca, c’est un peu dur de s’y retrouver. Rebecca est non seulement une sorcière très puissante en fuite mais également une maman. Essayer de réunir les deux chez une lectrice, c’est plutôt inhabituel.


Ce qui m’a plu et me plaît toujours : l’introduction d’un autre monde avec ses propres codes. Bon, on ne pas dire que nous sommes dans un autre monde ici. C’est le nôtre mais vu d’un aspect différent.


Rebecca, en fuite avec sa fille, s’installe dans une petite ville de Nouvelle Angleterre, envisageant de vivre comme un humain normal. Malheureusement, Burlington est occupé par une forte population de créatures extraordinaires organisées en clans : les potionneuses, magiciennes/sorcières douées pour les potions (comme celle qui fait dire toute la vérité et uniquement la vérité ou au contraire, celle qui pourrait vous réduire au silence pendant de longues semaines) ; les muteurs, des métamorphes, c’est-à-dire des êtres humanoïdes capables de se transformer en un animal (ours-garou, lion-garou…) ; les loups-garou (inutile de vous préciser ce qu’ils sont ) ; les shamans qui…j’ai oublié…sont capables de voir l’avenir, il me semble et enfin les vampires et les démons.


Autrefois ces clans étaient en guerre mais une trêve a été signée. Même si certaines espèces ont encore du mal à s’encadrer, chacun essaie de faire comme il peut pour la respecter.  Tandis que de disparitions ont lieu, un conseil se réunit, rassemblant chaque chef de chaque clan et décide alors d’élire une personne pour retrouver les disparus et régler le sort aux kidnappeurs.


Et le sort tombe sur… Devinez qui ? C’est gagné !

 

Rebecca est une héroïne dotée d’un très fort charisme. Elle dit ce qu’elle pense et fait aussi ce qu’elle pense.


On assiste à un triangle ou un… Il faut dire que Rebecca les mets tous en rute ! D’abord le chef des vampires de la Nouvelle Angleterre, puis un semi-démon, puis un loup garou, puis… J’en perds la liste ! Pour ma part, ça ne m’a pas dérangé, je n’ai pas trouvé cela lourd. Je suis même impatiente de connaître la suite.


Le seul truc qui m’a quelque peu gêné c’est que le vampire dont on parle plus…Raphael ait les cheveux longs ! Mais c’est quoi ce fanatisme qui fait que tous les vampires ont les cheveux longs ? 

 

A part ce détail, je fais confiance à l'auteur...et je sens qu'en janvier, je vais me faire le T2 !

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 11:06

 

Rires…

 

Le-Requiem-d-un-soupir.jpg

 

 

Et pourquoi des rires ? Tout simplement parce que la première fois que je l’ai attaqué ; je n’ai pas su dépasser le premier chapitre. La première fois que je l’ai attaqué ; je n’ai pas accroché du tout. Alors pourquoi ce revirement de lecture ?


En outre, je n’ai pas fini Rebecca Kean, mais il m’arrive parfois de faire deux lectures en même temps… Bref, je sortais le sac avec les livres de Titia pour ranger "De fièvre et de Sang" de Sire Cédric quand je suis retombée sur le Requiem en me demandant pourquoi ça n’avait pas fonctionné. C’est ainsi que je me suis forcée à lire le 1er chapitre (oui parce que je voulais être sûr que ça ne passe pas avant de le rendre) et j’ai fini par atteindre le deuxième (pour dire que rien n’est perdu) où apparaît un personnage mystérieux. C’est celui-là même qui a motivé ma lecture. C’est celui-là même qui m’a fait me coucher très tard. Le requiem a été lu en 2h30 après minuit…moi qui chante à tout va que je me coucherai maintenant avant une heure du matin, c’est loupé !

 

 

Une inspiration…une expiration…un soupir…
La vie de Mercedes se résume à cela. A 19 ans, elle souffre d’un asthme sévère et ne peut profiter de sa vie comme elle le souhaite.
Voyant qu’elle passe à côté de toutes les expériences qu’elle devrait vivre durant son adolescence, une étrange petite fille va venir à sa rencontre afin de lui apprendre à profiter de sa vie.

L’asthme est une maladie commune, mais pas moins grave pour autant. Découvrez l’histoire d’une jeune fille qui se bat pour survivre, pour soupirer son requiem…

 

 

Autant vous dire que la vie de Mercedes est un cauchemar, mais grâce à ses deux amies d’enfance, Coralie et Alice et une touche de fantastique, elle parvient à vivre et à apprécier des moments que lui vole sa maladie.


Pour ce roman, on peut parler de la tranche de vie d’une jeune adulte qui lutte pour survivre.

 

J’ai beaucoup aimé les pensées de la narratrice vis-à-vis de sa mère ; la culpabilité qui l’entoure quand une crise la prend et qu’elle pense gâcher la vie de son entourage : le rassemblement autour de sa cause contre un professeur désagréable… Car Mercedes va au collège, traduction de lycée pour nous autres français, et l’asthme est partout avec elle.

 

Oui, oui, miracle, j’ai apprécié la lecture !

 

L’asthme est au centre du roman, mais on y parle d’autre chose, de famille, d’amitié et d’amour. Il n’y a relativement pas de fautes (ou bien, elles ne m’ont pas gêné) et quelques tournures de phrases m’ont fait sourire. Peut-on dire que l’histoire se passe il y a très longtemps, avant l’apparition de l’euro, par exemple ?


Dans tous les cas, j’ai passé un bon moment de lecture. Je ne connaissais pas trop cette maladie, même si je me souviens d’une amie de mon enfance qui faisait des crises et c’est si bien raconté, que le fait même de l’imaginer est plutôt horrible.

 

Et d’ailleurs, si vous achetez ce livre, une partie des frais sera reversée à la Ligue Pulmonaire Fribourgeoise, une association qui s'engage quotidiennement pour améliorer la qualité de vie des malades du canton de Fribourg, d’où est originaire l’auteur, Tiffany Schneuwly.

 

Et en ce qui concerne le personnage mystérieux qui a guidé ma lecture, hé bien...ce n'était pas une grande révélation puisque l'auteure dissémine des éléments plutôt "éloquents" ! Mais qu'importe, cette petite m'a beaucoup plu.

 

Enfin, je pense qu'il est possible de résumer le mot qu'à pu vouloir faire passer l'auteure.

--> L'asthme est une maladie contraignante mais a maladie a ses effets et ses contraintes mais il ne faut pas pour autant oublier de profiter de la vie, à chaque instant. J'espère que je ne me trompe pas, Tiffany ?

 

Enfin (bis) je vous invite sur le site de l'auteure si vous souhaitez en savoir plus.

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 11:33

 

A découvrir sans tarder !

 

absinthes-et-démons

 

C'est d'abord la couverture qui a exercé sur moi une fascination. A chaque fois, cela ne rate pas, je me demande : "Qui est ce personnage ? Comment s'appelle-t-il ? Quel est son rôle ?"

 

Peu après, une libraire que j'affectionne (si franchement vous ne l'avez pas compris depuis le temps) Cindy de La Porte Des Mondes m'avait fait part de sa lecture qu'elle avait apprécié.

 

« Qui est réellement Lord Nermeryl ? Le diable, comme le laisse sous-entendre la rumeur ? Ou un jeune dandy un peu trop excentrique dont le passe-temps morbide est d’enquêter sur des affaires surnaturelles ?

Au fil des énigmes, en compagnie de sa fidèle compagne, la Corneille, le jeune homme goûte la saveur des âmes des êtres humains, découvrant les travers de l’humanité et y apportant sa propre justice… d’une manière bien singulière… »

 

Absinthes et démons est un recueil de nouvelles, certes, qui ne s'attache pas à la forme classique. Je vous conseille de les lire dans l'ordre des textes car le dernier, eh bien, elle est la conclusion de la somme des nouvelles.

 

Ces dernières du genre axé policier-fantastique permettent de dresser un profil de l'être qu'est le personnage principal ; Lord Jorian Nermeryl. Dans chaque nouvelle, on en apprend un peu plus. Juste un peu plus, par petite touche de révélation, un détail infîme. Et cela, j'adore ! Le suspens est bien dosé !

 

Moi-même, j'ai été prise au jeu de mener ma propre enquête et ai pensé que Jorian puisse être un incube. Perdu ! C'est autre chose.

 

Les enquêtes sont captivantes et Ambre Dubois dévoile un bel imaginaire. C'est le premier livre que je lis d'elle et elle a une très belle et agréable plume ! J'ai beaucoup aimé La Dame Des Glaces et Tentations.

 

Enfin, comme je vous l'ai précédemment écrit, l'ultime nouvelle clos le recueil de manière définitive. C'est pourquoi je vous encourage à ne pas commencer par celle-ci.

 

Les personnages sont biens travaillés, Jorian autant que la Corneille qui m'a tout de suite interpellé en me rappelant la Corneille dans la trilogie Aspect of Crow et le corbeau dans The Crow. D'ailleurs ce dernier se rapproche beaucoup de notre Corneille qui accompagne le héros, détecte la présence d'enchantements ou non dans les alentours.

 

Absinthes et démons, un titre bien choisi, je dois dire et vous le constaterez à votre tour. La fée verte est la boisson préférée de ce cher Lord et en ce qui concerne les démons, eh bien, ils parcourent les lignes de ces récits : fantômes, vampires, revenants vengeurs, anciens dieux oubliés...

 

Seul bémol que j'ai fini par oublié : la rapidité avec laquelle le héros résoud les enquêtes. Parfois, je me suis demandée comment il était arrivé aussi vite à la conclusion sans pour autant manifester le moindre doute. Bizarre ! Jorian est un enquêteur d'un autre genre mais tout de même !

 

A mettre dans mon top 10 des livres lu cette année !

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 21:13

 

effigie.png

Grande découverte du vendredi 9 novembre 2012, un salon de thé haut de gamme et extrêmement gourmand près de la grande place de Lille. 2, rue des Sept-Agaches, plus précisément.

 

lille_effigie.jpg

 

C'est par là que ça se passe !

 

Il serait prétentieux de dire que c'est ma découverte car ce jour précisément nous étions deux gourmandes à avoir salivé devant la vitrine délicieusement raffinée de ce que nous croyons être une nouvelle superbe pâtisserie. Surprise, en entrant, nous découvrîmes des tables et les mets magnifiques que la clientèle avait choisi. La tarte au citron meringuée est merveilleuse visuellement ainsi que la part de tarte chocolat orange surmontée d'un macaron.


Les pâtisseries présentent dans la vitrine sont design, à partir de 1,10 euros pour le macaron. Je me suis laissée tentée par le macaron dédié à Lille Fantastic à la fleur de cactus et je dirai que c'est tellement léger qu'effectivement, il faut le déguster en premier sans rien sinon on ne distingue pas le goût. Et puis un second à la violette. Ils sont comme j'aime, très frais, coque croustillant et moelleux en dedans.

 

Enfin, des macarons à la hauteur des macarons d'Auzou ! Il me tarde, vendredi en 8 peut-être de retourner à ce salon de thé pour essayer une de leur pâtisserie. Je vous en dirai des nouvelles et je vous invite à partager vos retours sous ce billet.

 

Bonne dégustation, avec les yeux, puis les papilles.

Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 10:18

 

 

 

Samedi 3 novembre, j'ai passé ma journée au salon du ValJoly'maginaire !

 

Val-Joly-maginaire.jpg

 

Je remercie Cassiopée puisqu'elle organisait un co-voiturage à partir de Lille et qu'il restait tout juste une place. (ce qu'on appelle le destin, non ?) Tandis que je remontais l'allée vers la voiture pour retrouver notre chez-nous , je songeais à tous ce que j'aurai pu rater. Oh, bien sûr, il aurait été possible d'y aller en train et busmais cela m'aurait plus coûté que tout ce que j'ai dépensé. Donc, cette éventualité était i-n-e-n-v-i-sa-g-e-a-b-l-e !

 

Nous (3 blogueuses et moi-même) sommes arrivées de bonne heure sur le salon et avons aidé à la préparation du stand de la librairie officielle La porte des mondes et des tables annexes. Tout en installant les livres sur la table de Cassandra O'Donnell, le T1 Rebecca Kean m'a refait de l'oeil *vilain* Explication : la veille, une personne de facebook Cassiopée a repris tous les livres potentiellement présents du salon dans un document consultable afin de se faire une idée et repérer les livres intéréssants. C'est pourquoi j'avais en tête de repartir du salon avec 2 livres. Et tandis que j'écris cet article, je regarde ma belle pile de 4 livres en ne sachant pas lequel commencer en premier... (de toute façon, actuellement, j'ai deux lectures en cours : Absinthes et démons d'Ambre Dubois et Olympe de Gouges de Catel & Bocquet)

 

L'inauguration s'est faite à 11h30 et la présidente du salon, Emilie Witwicki-Barbet était très heureuse qu'autant de monde ait pu répondre présent. Je félicite les organisateurs : les membres de la Confrérie de l'Imaginaire pour cette deuxième édition du salon, car ce sont des bénévoles qui on sû s'accorder avec leur emploi du temps déjà bien chargé afin de trouver des moments pour agencer toute l'organisation. --> La communication est à améliorer ! Nous n'avons pas eu le temps de découvrir le Val Joly mais aucune affiche n'indique qu'un salon littéraire a lieu et de même dans la région Nord-Pas-de-Calais, si ce n'est sur les réseaux sociaux, je n'ai rien vu nulle part. 

 

Peu après l'inauguration, nous avons commencé notre tour.

 

J'ai discuté avec Sophie Jomain et me suis fait violence pour ne pas craquer sur Les Anges mordent aussi. Parce qu'aimer de la bit-lit américaine, c'est bien. Lire de la bit-lit française, c'est mieux. On a de bons auteurs en France, il faut arrêter de penser que seuls les auteurs étrangers écrivent bien ou savent faire du chiffre, enfin ! Et puis, et puis, beaucoup disent que ce livre est pas mal. A vérifier, donc !

 

Au stand des éditions du Chat noir où se trouvait Cécile Guillot, Mathieu Guibé et Vanessa Terral, je me suis laissée entraîner par l'achat du petit recueil de contes d'hiver Quintessence hiémale...

 

Quintessence hiémale

 

 

L'hiver venu, la vie ralentit sous un voile glacial. Les cœurs se cachent du froid et s'emmitouflent dans un manteau de neige. Mais les hommes ne sont pas les seuls à endurer la rude saison. La Nature elle-même se métamorphose et dévoile un tout autre visage. Ce recueil vous offre quatre contes pour décrire l'hiver des Éléments.
Naître de la Glace...
Chevaucher le Vent...
Puiser l'essence de la Terre...
Embraser la Flamme intérieure...
Quatre contes pour comprendre comment réchauffer nos âmes, même en hiver.

 

Appréciant les récits sur les éléments, (mon personnage préféré de Guild wars 1&2 n'est-il pas ma chère Razel, une manipulatrice des éléments ?) et ne connaissant pas la plume de Mathieu Guibé, un auteur dont j'entends assez souvent parlé, je me suis dit que ce recueil ne serait pas pour me déplaire. Et puis, les contes font souvent rêver.

Donc voici le premier des deux livres que je n'avais pas prévu. Mais quel est le second ?

 

16046960

 

Sklaerenn Baron nous a parlé d'un nouveau livre : Lune Bleue écrit en partenariat avec Mestr Tom qui est le créateur de l'univers dans lequel ce situe ce roman. (dans le lien, voir la question numéro 6)

 

Après avoir soulagé mon estomac qui criait famine, je suis allée rendre visite à Frédéric Livyns qui doit être tendu à l'heure qu'il est... *Mouhahaha* ...car je lui ai acheté son dernier roman qui vient juste de paraître aux éditions Val Sombre et qui attend mes impressions.  Je ressens la même chose lorsque je confie un de mes textes à la lecture. Quand on a produit quelque chose de super, on a toujours peur de décevoir ensuite... Comment rester au top ? En passant un pacte avec le D... peut-être....?

 

 

Le-souffle-des-tenebres.jpg

 

Bryan et Suzy décident de faire un voyage en Bretagne afin d’échapper à un douloureux souvenir et de se ressourcer. Sur place, ils découvrent les ruines d’un vieux château qui n’est mentionné dans aucun guide touristique et dont les villageois superstitieux rechignent à parler. Animés par la curiosité, ils entreprennent alors de s’y rendre et vont, bien malgré eux, réveiller la force maléfique qui y sommeillait. Quel est donc le secret de cet étrange village que Bryan ne connaît qu’à travers les récits de son grand-père ? Entre légendes bretonnes et fantastique contemporain, l’auteur nous entraîne dans une spirale infernale.

 

Une spirale infernale, youhouuu ! Je répondrai à la dédicale lorsque je ferai ma chronique, r-é-p-u-l-s-i-o-n or not ? 

 

Frédéric était assis près d'une autre auteure publiée chez Val Sombre éditions, Chloé Delalandre avec son premier ouvrage de la trilogie Alsorvampred - le deuil de l'ignorance. J'ai apprécié discuter avec elle. Elle nous a présenté son livre que je vais mettre dans ma Wishlist. Quand le T1 est sorti, j'ai craqué pour la couverture :

 

alsorvampred1.jpg

 

L'histoire est plaisante et pleine de mystère et se déroule en Normandie. Décidement, j'aime de plus en plus les récits qui se déroulent en France, cela permet d'aggrandir mes panoramas et plus tard, je serai heureuse de partir en pèlerinage...

 

Peu après, je me suis donc laissé tenter par le T1 de la saga Rebecca Kean de Cassandra O'Donnell. Je me suis trop faite avoir par le pseudonyme puisque je pensais que l'auteur serait anglaise ou américaine. Eh bien non !

 

Rebecca-Kean-traquee.jpg

 

Nouvelle-Angleterre, Burlington... Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...

 

J'avais lu il y a un moment sur bit-lit.com "Dès le début du livre le style de l’auteure nous capture dans ses filets. Le récit à la première personne et le langage employé sont deux éléments accrocheurs. Hameçon lancé, Rebecca donne le ton d’emblée et nous propulse illico dans son monde fantastique mais cruel."  = ça et le fait qu'il soit question d'une sorcière, que le genre du roman soit bit-lit, prédominence fantastique, urban fantasy...eh bien, c'était certain que ça attiserait ma curiosité littéraire.

 

Mais quel est ce quatrième livre que j'ai ramené ?

 

C'est un ouvrage qui vient des éditions du Chat noir...que j'ai gagné grâce à une chasse aux trésors organisée par Fan2fantasy.fr  Cette chasse a une histoire qui remonte au tout début du salon...tandis que nous (3 camarades et moi-même) aidions à la mise en place des livres sur les stands.  Nous avions déposé nos affaires derrières une table quand un ours brun...pardon...un homme a surgit pour nous demander, d'une manière pas très avenante ce que nous faisions exactement. Bon d'accord, il a peut-être eu peur pour ses affaires. Mais nous, on n'est pas des voleuses !!! Bonnes âmes, on est venu aider alors que ce n'était pas dans nos fonctions. Et puis, on adore les auteurs, alors on ne leur ferait pas de mal !!!

 

Puis ce fut à mon tour, plus tard, de me faire aggresser d'un ton sarcastique tandis que je m'adressais à une autre personne pour acheter un livre. Ne relevant pas, je me suis seulement dit que ça devait être quelqu'un de maladroit. Il y en a beaucoup des maladroits qui ne se rendent pas compte que leurs propos les rendent parfois antipathiques. 

Le questionnaire de la chasse aux trésors était sur le stand de ce monsieur. Tandis qu'il était absent de son stand, hop, nous en avons chipé 4. Les questions n'étaient pas du tout faciles et pas très claires non plus. Mais nous avons réussi au bout d'une heure...ou bien deux de recherches acharnées à le terminer. Et voilà comment je suis repartie avec Saisons Païennes.

 

Saisons-paiennes-les-enfants-de-Walpurgis.jpg

 

Les fêtes païennes se succèdent au rythme lent de la roue de l’année. Les rites se suivent, de l’éclosion de la Nature à la saison sombre, en passant par la maturité et l’abondance – puis la venue de ce miracle sans cesse répété : le renouveau. Aujourd’hui encore, ces agapes nous parlent des ravages des tempêtes et des frimas, de la peur de la Nuit, de l’émerveillement face à la Vie, de la passion charnelle qui réchauffe les âmes aussi bien que les corps.
Dans ces Saisons païennes, huit auteurs vous invitent à découvrir autant de célébrations, ainsi que les couleurs, les émotions et les enseignements qui les définissent. Chacune de leurs histoires, illustrées avec poésie et tendresse par Serafina, joue des symboles et de l’atmosphère appartenant à la fête qui l’a inspirée.
Liens familiaux et liens d’amour, mais aussi quête d’identité et soif d’acceptation par soi-même comme par les siens sont autant de questions qui se font écho d’un récit à l’autre. L’individu se transforme dans une alchimie sauvage et naturelle qui se réalise depuis l’enfance de l’humanité. Il évolue et se « dépasse », pourrait-on dire. Mais il n’est pas tant question d’aller au-dehors de soi que de chercher sa vérité en son âme et son esprit.
La Roue des Saisons résonne, au final, comme un voyage vers soi-même.

 

Je suis vraiment contente de repartir avec cet ouvrage parce que ce sera l'occasion pour moi de découvrir la plume de 8 auteurs que je ne connais que trop peu : Ambre Dubois, Angélique Ferreira, Marianne Gellon, Céline Guillaume, Cécile Guillot, Bettina Nordet, Stéphane Soutoul et Vanessa Terral.

 

Je l'ai d'ailleurs fait dédicacé par Cécile Guillot et Vanessa Terral que je rencontrais pour la première fois. Et j'ai eu une jolie dédicace de cette dernière avec ses tampons Totoro ^_^ On a pu parler un peu et elle m'a apprit qu'elle était également conteuse, un métier qui apporte du rêve pour ceux qui écoutent les histoires.  Angélique Ferraira était là également mais pas sur son stand donc je verrai une autre fois. Ce serait sympa d'avoir les signatures de tous les auteurs qui ont composé le recueil !

 

Et je suis également repartie avec 2 marque-pages du Chat Noir et un autre d'Alsorvampred. Ce fut vraiment un beau salon. Je n'ai parlé que des livres mais il y avait également :


- un stand de bijoux aux pièces totalement uniques : L'atelier de Lyloo et un autre avec des pierres précieuses qui me plaisaient, hélas, le budget que j'avais préparé était déjà atteint.


- un stand d'accessoires en cuir et je n'ai pas osé demander le prix de certains bracelets.

 

- un autre où était le magasin Style Life, accessoires et vêtements gothiques où j'ai eu un coup de coeur pour une pièce unique, un porte-clef que je n'ai finalement pas acheté parce que, c'est beau mais en-ai-je-vraiment l'utilité ?

 

- un autre stand d'un producteur d'hydromel... où j'ai dit que je passerai et n'y suis pas retournée. J'ai appris, en effet, que l'homme serait en Mars 2013 à Trolls et Légendes alors, je m'abstiendrai jusque à cette date pour goûter son hydromel décliné en plusieurs parfums : violette, banane verte, framboise, cassis... 14 euros la bouteille, il faut prévoir le budget mais c'est une production artisanale.

 

- un musée des vampires par Jacques Sirgent où Lawrence Rasson exposait ses illustrations et dédicacait pour la Bd Elisabeth Bathory.


A ce sujet, j'ai assisté à une conférence de Jacques Sirgent sur la comtesse Erzebeth Bathory dont la légende raconte qu'elle se serait baignée dans le sang de 650 pucelles pour demeurer jeune et belle, plaçant cette dernière dans la lignée du mythe du vampire.

C'était très intéréssant, ça m'a beaucoup plu. Jacques Sirgent, que j'avais rencontré très succintement aux Halliénales, expliquait la naissance du mythe du vampire. D'où cela vient ? Pourquoi le mythe du vampire serait né dans la région de Transylvanie ? (a) Pourquoi Erzebeth Bathory ? Lié à la nature profonde du jugement de l'homme envers la femme, de tous temps. (b)

 

(a) La région transyvanienne a connu le plus de mort entre le VIIIe et le XVIIIe sc et comment expliquer ce phénomène plus facilement sinon de dire que c'est à cause des vampires. Une légende explique des phénomènes réels : des maladies comme la peste qui décime des pays ; la précipitation d'enterrer des soldats tombés sur le champs de bataille qui sont simplement évanouis. Encore aujourd'hui, des personnes se retrouvent entérrées vivantes mais la presse préfère étouffer l'affaire plutôt que semer la panique. --> E-f-f-r-a-y-a-n-t !

 

(b) De tous temps, les hommes n'ont pas pu supporter que la femme, considérée comme sexe faible, puisse être meilleure ou égale à eux. Jeanne d'Arc, par exemple. 

 

Au début du XVe siècle, cette jeune fille de dix-sept ans d'origine paysanne parvient à rencontrer le Dauphin Charles, à conduire victorieusement les troupes françaises contre les armées anglaises, levant le siège d'Orléans, conduisant le Dauphin au sacre à Reims, contribuant ainsi à inverser le cours de la guerre de Cent Ans.

Capturée par les Bourguignons à Compiègne, elle est vendue aux Anglais par Jean de Luxembourg pour la somme de dix mille livres, et condamnée à être brûlée vive en 1431 après un procès en hérésie conduit par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et ancien recteur de l'Université de Paris.

 

Une paysanne qui mène les hommes à la victoire, qui est ensuite trahie et brûlée sur le bûcher puis canonisée.

 

Jacques Sirgent explique qu'on ne sait absolument rien sur Erzebeth Bathory sinon que c'était une femme issue de la noblesse hongroise, très belle, très instruite, très riche qui à la mort de son époux, gérait encore mieux le domaine que lui. Son crime appartiendrait à la légende. Un fait a été authentifié ; celui où l'une de ses serventes l'aurait brossé (les cheveux) trop fort et que la comtesse l'aurait frappé violemment, lui cassant le nez et que trois gouttes de sang auraient giclé sur son visage.

 

Sirgent répond encore à la question, comment condamné une personne sans que le reste du monde demande d'abord des preuves ? Tout simplement en faisant de cette personne un bouc-émissaire, en lui affublant un crime si horrible que la sentance serait imminente.

 

Je me serai bien prise un ouvrage de cet historien mais... j'ai dépassé mon buget de 9 euros, ce qui est tout à fait raisonnable. (Note à moi-même, je dois 3 euros à Cassiopée)

 

 

Désolée pour le manque de photos. Le pire, c'est que j'en ai fait ! Mais impossible de retrouver mon lecteur de carte sd... :-S 

Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 12:34

 

Bruuuup !!!! C'est presque le même son de la sonnette en bas de ma résidence. Bruuuuupp !!! Pelotonnée au chaud dans mes couvertures, je sursaute en entendant ce retentissement. Qui cela peut être à 9h30 du matin ? Le facteur ne passe jamais avant midi…sauf pour un colis…

Je me lève et tire un peu les volets pour découvrir la camionnette jaune de la poste.

Bruuuuupp !!! Oh, mais qu’il sonne et mette un papier dans la boîte aux lettres, ce n’est sûrement pas pour moi, je n’attends rien ! Bruuuup !!!! Bruuuup !!!! Arf, il insiste en plus !

Je décide de mettre un pantalon plutôt que le short pyjama que je porte et de passer un coup de brosse * Halloween c'est bientôt mais quand même* puis je descends ouvrir.

— J’ai un colis pour Madame X Xxxx.

— Ah beh oui, c’est moi.

Tout en pensant : « quelqu’un m’envoie quelque chose ? C’est une erreur, non ? »

Juste le temps de découvrir le nom en saisissant le gros paquet pour réaliser que…c’est le swap Grandes Dames qui est là !

 

Comme je l’ai dit à ma swappée, je ne m’y attendais pas de sitôt ! De ce fait, j’ai un peu culpabilisé sur le moment parce que si j’ai ouvert sa fiche swap et suis passée voir son blog ( qui entre nous est une mine de lecture) et mis en idée les pistes à suivre, je n’ai rien encore rassemblé… Enfin bon, j’ai finalement cédé à l’envie d’ouvrir le colis et je me suis cru à Noël !

 

Swap-GD1.jpg

 

J'ai beaucoup apprécié la petite lettre de présentation de Mystral et surprise, chaque objet du colis est accompagné d'un petit message pour présenter le choix et qui est la fameuse grande dame représentée. 

 

Je me souviens avoir mis plein de pistes en remplissant ma fiche. Finalement, Mystral ne les a que très peu suivi mais ce n'est pas grave puisque tout est tombé juste. (J'ai vraiment de la chance, actuellement, je n'ai pas encore reçu de swap qui ne collait pas avec mes goûts et c'est certainement parce qu'en général, les colis sont confectionnés avec amour !)

 

Swap-GD2.jpg

 


Sortis du carton, cela donne tout ça !! Allez, que je déballe encore ! J'ai adoré le papier cadeau et l'emballage...en papier crépon, non ?

 

Swap-GD3.jpg

 

 

Pour le livre, Mystral a choisi le tome 1 d'une saga qu'elle affectionne et que je n'ai jamais lue. Pourtant, je suis mainte fois passée devant ce livre et ait lu son quatrième de couverture sans pour autant me décider à l'acheter.

 

Pour la biographie, il s'agit d'une bande-dessinée sur Olympe de Gouges. Je ne connais pas cette dame mais je me suis tout de suite...enfin le soir venu, à commencer la lecture. Franchement pas bête l'idée d'une biographie en dessins car j'avoue que la forme classique est rébarbative (pour ma part) C'est pourquoi moi aussi dès le départ, j'en pensé à une autre forme ^_^

 

Pour la surprise, j'ai été ravie de découvrir un album de Janis Joplin, artiste rock que je ne connais pas. Le cd est encore dans le lecteur, c'est une belle découverte !

 

Pour la carte postale, il s'agit d'une affiche de la très célèbre Marilyn Monroe.

 

Pour la boisson, du cacao bio en poudre d'Auvergne et pour la gourmandise, du nougat et des pralines d'Auvergne. J'adore la petite touche locale. D'ailleurs, je ne connaissais que les pralines caramélisées, celles-ci sont délicieuses et colorent la bouche d'un jolie rouge parfait pour la zombie day...et mon père qui vient de passer à bien fait son stock de pralines :-c

 

Un grand MERCI à Mystral pour la confection de son colis ! Je me sens vraiment gâtée et je prends un immense plaisir à parcourir la biographie d'Olympe. Je vous invite à découvrir son blog...quand j'ai vu toutes ses lectures je me suis dit "Bon Dieu, qu'est-ce que je vais lui trouver qu'elle n'ait pas déjà lu !" Enfin bon, j'ai noté mes petites idées en découvrant sa fiche et son blog et j'espère qu'elle sera aussi heureuse que je l'ai été en découvrant ses présents.  


Repost 0
Published by Calie - dans SWAP
commenter cet article

La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher