Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 18:27
Georgina Kincaid est succube à Seattle. A priori un choix de carrière plutôt sympa: la jeunesse éternelle, l'apparence de son choie une garde-robe top-niveau et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n'est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rancard potable sans mettre en péril l'âme de l'heureux élu. Heureusement, elle est libraire, et son travail la passionne! Livres à l'œil, moka blanc à volonté... et la possibilité d'approcher le beau Seth Mortensen, un écrivain irrésistible qu'elle rêve - mais s'interdit - de mettre dans son lit. Mais les fantasmes devront attendre. Quelqu'un s'est mis en tête de jouer les justiciers dans la communauté des anges et démons. Bien malgré elle, Georgina est propulsée au cœur de la tourmente. Et pour une fois, ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d'aucun secours.


J'ai adoré ! Et j'ai hâte que la suite vienne malheureusement je crois qu'elle n'est même pas sortie aux USA, donc je vais devoir patienter.

On s'attache très vite au personnage, en plus elle travaille dans une librairie. Bon et le thème du succube y est très bien représenté. On plonge dans un monde vue du côté du Mal...dans une société du Mal originale, une enquête...tout tout tout !

Des tas de passages m'ont bien fait rire mais je ne vous les dévoilerai pas de sorte que vous ne soyez pas déçu si vous décidez de le lire.


Mon conseil, ne faites pas comme moi. Ne le regardez pas en vous disant, un jour, je ferais le pas et je l'achèterais, achetez-le. Ce qui m'a décidé, c'est de lire une critique sur un blog sans spoiler et..vraiment je suis contente !


Edit : le site Amazon.fr propose de lire quelques pages du roman. Cliquez par ici Lire Un Extrait
Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 17:25



Un roman que j'ai dévoré et qui m'a lui même dévorée. Il a élaboré à partir d'un fait divers réel qui défraya la chronique de l’Angleterre puritaine, après l’avènement de Cromwell.  Une jeune fille, Anne Green, accusée d’infanticide, fut pendue mais survécut à son supplice.

Un chapitre sur deux est narré par Anne, à la première personne. Le texte est d'une si grande fluidité que je me suis rapidement glissée auprès de cette jeune fille et que j'ai pu revivre à ses côtés  tous les évènements qui l'ont amené devant le gibet. Anne raconte comment elle s'est laissée naïvement abusé de son maître, comment il l'a rejeté en lui apprenant qu'elle était enceinte et que cela lui a porté malheure puisque le Sir Thomas Reade, le maître des lieux, juge de paix, usa de son pouvoir pour qu'elle ne s'en sorte pas et ne puisse détruire sa famille. Je dois dire que mes yeux se sont remplis de larmes alors qu'elle disait adieu à sa famille et lorsqu'on lui a dit que son heure avait sonné et qu'elle devait s'en remettre à son destin et à Dieu. Malgré tout, l'histoire se termine bien.

Les autres chapitres, jusqu'à la dernière partie, sont  écrits à la troisième personne et de grands médecins de l'académie d'Oxford s'apprêtent à disséquer le corps de Anne, jusqu'à ce que Robert Matthews, un bègue introverti ne décèle des signes de vie. Mouvement faible des paupières, souffle... La dissection est arrêtée et les médecins entreprennent alors de l'aider à retrouver la vie.

Dans la dernière partie, eh bien, ma foi, ce sera à vous de le découvrir !

Au tout départ, j'ai pensé, est-ce que de jeunes ados pourraient réellement lire ce genre d'histoire sans être effrayés ? Le livre porte la mention à partir de treize ans mais...à treize ans, aurais-je été préparé à lire ça ? Je ne suis pas sûr. Sur toute l'histoire plâne le spectre de la mort, le récit s'ouvre sur Anne gisant dans son cercueil qui ne sait pas bien si elle est morte et ce qu'elle redoute le plus c'est d'être enterrée, six pieds sous terre et d'être vivante !! Et puis il y a ces passages comme celui-là qui m'ont fait penser que ce livre devrait plutôt être destiné à un public plus avertis : "Ce corps qui allait à présent être scié, démembré, sectionné, incisé, dépecé, tranché, écorché, eviscéré. Rien d'elle qui ne serait touché, examiné et enregistré. Même son cerveau - le docteur Willuis portait un grand intérêt au tissu cérébral - serait mis à nu, pesé, analysé, contemplé, croqué au fusain et finalement conserver dans du vinaigre."

La condition des femmes du bas peuple, les progrès de la médecine grâce au dissection, la place de l'âme sont autant de thèmes tissés les uns aux autres avec habileté et finesse, sans jamais tomber dans le sensationnalisme du fait divers ou la complaisance. Au contraire, le monologue intérieur de la jeune condamnée est d’autant plus poignant que sa solitude et ses interrogations sont universelles.

J'ai relevé quelques extraits de ces thèmes :

"Nous ne devons pas oublier que ce sont des gens simples et que tout cela risque de dépasser leur entendement" --> de nombreux passages montre comme les paysans, les forgerons, boulanger, laitiers, tous ceux qui vivent dans la misère ne sont rien en comparaison à la noblesse et à la bourgoisie. D'ailleurs, une noble peut avoir une fausse couche et cela passe - en revanche, une pauvre a un enfanticide et elle est marquée au fer, fouettée, dilapidée ou pendu. De quelle classe font partie les cadavres disséqués par l'académie de médecine d'Oxford ? Beaucoup de paysans sont illétrés certes, mais ils ont un coeur et l'argent ne les pousse pas à des mariages de relation.

"Où était donc passée cette part animée d'Anne Green ? Etait-elle toujours enfouie dans son corps ou bien s'était-elle volatilisée dans un autre univers ? Et si elle s'y trouvait encore, s'en échapperait-elle dès le premier coup de scapel pour s'envoler au loin ? La fenêtre devrait-elle alors être ouverte ?" --> où se situe l'âme, dans le corps, dans la tête ou le coeur ? Encore aujourd'hui, je ne sais pas si on a situé l'âme... Peut-être la tête car si on perd la tête, nous ne sommes plus rien... et peut-être pas. Je ne sais pas, peut-être est-ce un voile invisible qui nous enveloppe, juste en dessous de notre peau... Toujours est-il que cette question reste en suspend.

" Je suis persuadé qu'un grave traumatisme au cours de l'enfance peut provoquer un bégeaiment. Je n'en connais pas la raison, mais un choc peut parfois nous faire intériosiser nos émotions - en d'autres termes, nous les avalons et ressentons alors une répugnance à articuler quoi que ce soit" --> hypothèse du Dr Wallis quand à la cause du bégaiement.

"Il y en a qui dise que cette femme est une sorcière, mais je n'en crois rien ; elle n'est qu'une vieille femme toute voûtée, qui vit avec ses trois chats et un renard boiteux. [...] Si elle était une véritable sorcière, le diable n'aurait-il pas fait en sorte qu'elle vive dans un meilleur confort ?" --> un autre passage parle d'un prête qui condamna une fille pour sorcellerie et que deux cent autres suivirent mais qu'aujourd'hui, il vivrait reclu quelque part...

Le plus étonnant dans tout ça et que dans mes deux dernières lectures, il y avait une Scarlett ;-) et qu'il y a dans ce roman une poule nommée Scarlett en raison de ses teints roux. Alors j'ai pensé à la seule vraie Scarlett que je connaissais et ses cheveux rouge !!! et la couleur de son aura...rouge !!

A la toute fin du roman, l'auteur nous explique que l'histoire est vraie, qu'elle s'est longuement documenté, qu'elle a visité l'ancien manoir des Reade où a travaillé Anne en tant que servante et a seulement imaginé les dialogues et les quelques autres réfléxions secondaires que j'ai cité au dessus. Elle nous donne également des pistes pour expliquer comment Anne aurait survécu à la potence, noeud mal sérré, noeud mal placé ou encore la météo et le froid qui aurait en quelque sorte congelé son cerveau la protégeant d'un manque d'oxygène.

Le titre est un peu érroné. Anne n'est pas une messagère, elle ne reçoit aucun message, elle ne voit aucun ange, pas de prairie, elle était dans l'obscurité puis peu à peu, la lumière l'a de nouveau enveloppée, la lumière de la vie. Elle aurait pu devenir une icône religieuse, une sainte, mais toute sa vie, elle resta humble avec elle-même. Honnête.




L'auteur :


Mary Hooper, qui vit en Angletterre, écrit depuis plus de vingt ans et se consacre aujourd'hui à l'une de ses passions, le roman historique. La Messagère de l'au delà est son premier ouvrage publié en France. --> Et moi je suis toute contente d'être tombée dessus et d'avoir découvert l'histoire incroyable de cette jeune servante qui a finalemement triomphée de sa mort prématurée. 



Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 16:10





Stéphanie a 13 ans, un chat confident nommé Garfunkel - c'est là que j'ai pu découvrir ce qu'était un Blue Point -  du culot, des problèmes - parmi lesquels ses mauvaises notes à la Ferme et une mésentente avec ses parents. Elle trouve sa mère trop maquillée, elle  fait  trop attention à son apparence et passe beaucoup de temps avec ses copines. Son père, lui, n'est presque jamais à la maison et partage sa vie entre la route et ses voyages d'affaires.
Stéphanie se demande souvent pourquoi ses parents l'ont fait s'ils ne voulaient pas d'elle.
Elle a également un un goût  indiscutable pour les sandwiches aux cornichons et au chocolat, personnellement, j'adore le chocolat mais je n'ai jamais eut l'idée d'associés ces deux là !  Bon le pire c'est peut-être qu'elle fait suivre ça avec des oignons et une orange...
Comme souvent chez les enfants et les adolescents, les adultes sont mal compris et font partie d'une seconde espèce.
Il y a également son style et sa verve inimitable !

Le livre sans couverture traînait depuis un moment dans ma bibliothèque, je l'avais acheté dans une brocante sans savoir de quoi il en retournait. Pas de couverture, juste un titre curieux et un prénom.Et puis, je me glisse très vite dans le personnage. Le livre est écrit comme un journal intime.

Le récit est introduit par une note de l'éditeur qui dit avoir publié les cahiers d'une adolescente avec le consentement de ses parents qui ont certifié le déroulement exacte des évènements qui ont bouleversé la vie de leur enfant.

En lisant cela et bien que pour éviter la cohue, les noms aient été remplacé, je me suis dis que les parents ont eut un sacré courage de donner leur accord concernant la publication de cet ouvrage. Vu ce que l'ado dit sur ses parents... D'un autre côté, j'imaginais que les parents comprendraient le mal être de Stéphanie.

Plus tard en préparant cet article, j'ai lu que l'auteur n'était pas Stéphanie mais l'éditeur, Philippe Labro et je suis encore sidérée qu'un homme ait pu se glisser dans la peau d'une ado. Jamais j'aurai pensé que l'auteure soit un auteur ! Quelque part je vis cette révélation comme une trahison...

En 1983, Philippe Labro avait préféré s'effacer derrière ce texte que lui avait inspiré une personne très proche et présenter 'Des cornichons au chocolat' comme le journal d'une jeune écolière, Stéphanie. Mais aujourd'hui pour que les lecteurs comprennent mieux son cheminement romanesque et l'importance de ce texte qui forme avec 'Manuela' et 'Franz et Clara', une sorte de trilogie féminine sur l'adolescence et la naissance du sentiment amoureux, Philippe Labro a eu à coeur de se dévoiler en rééditant ce texte qui lui est si cher.

Mais ce n'est pas seulement l'histoire de Stéphanie. C'est aussi celle de Pablo et de son frère appelé l'Autre qui vit dans sa chambre, incapable de marcher et qui deviendra un de ses grands amis. Il y a Garfunkel, ce chat il m'a rappelé mon Ullyssou. Et d'autres personnages, comme madame Moreau...

Il y a un passage où je me suis vraiment retrouvée. Dans le sens où elle n'a pas de grands parents et moi, un peu pareil. Il me reste ma mamy en afrique qui ne parle pas le français dans un pays où il y a souvent des coups d'état et mes grands parents paternels qui survivent, à dix kilomètres, l'un  a alzheimer et l'autre est souvent à l'hôpital et risque de ne pas en sortir... On a pas vraiment de complicité, on discute toujours de choses très générales et très vagues. Enfin, j'ai les mêmes rêves que Stéphanie pour ce coup là.

Et ce qui m'a également plu ce sont les listes que Stéphanie dresse des choses à ne pas faire, des choses à faire, de tout ce qu'elle fait pour qu'on s'occupe d'elle (celle là, c'est une de mes préférées) et voilà que j'ai un peu attrappé le virus de la liste et je me rends compte que ce n'est pas si facile de dresser une liste car il faut penser à tout, la liste ne se fait pas en cinq minutes, des choses viennent s'y ajouter avec le temps.







.+.+.et maintenant, des extraits du roman.+.+.


" De toute façon, à la Ferme, ce matin-là, tout m'a dépouillée. On ne peux pas dire que ce soit jamais drôle à la Ferme mais franchement ce matin-là, on a beau l'appeler la Ferme entre nous parce qu'on trouve que c'est plus vrai que Lycée (je vais expliquer : à la Ferme il y a des animaux, il y a des chèvres et des oies, c'est nous, et on nous traite comme ça et tout le monde beugle et tout le monde fait meuh ! meuh ! tout le monde caquette cot cot cot codet, il y a des débiles et des simples d'esprit, on nous met en rang comme des vaches et on nous nourit. La seule différence c'est qu'on nous trait pas, mais à part ça c'est pareil, on est des veaux et les profs, à part un ou deux, ils sont comme des fermiers, ils nous regardent tous ensemble, mais jamais une par une. Jamais dans les yeux, toujours le troupeau)."


Extrait sur les grands-parents "Mon problème en fait, en dehors du fait que je ne suis pas bien dans ma peau, c'est que je n'ai pas de Mamie ni de Papi. Je le vois bien avec mes copines. C'est pas tellement que leurs parents s'occupent mieux d'elles que mes parents de moi, c'est qu'elles ont toutes au moins une Mamie. Parfois, elles en ont même deux. Et celles qui sont vraiment  des veinardes intégrales, elles ont deux Mamie et deux Papi, c'est à dire, quatre personnes qui n'ont pas d'autre occupation dans la vie que de les aimer."


Quelques exemples de " Une liste de tout ce qu'Elle fait pour qu'on s'occupe d'Elle :
- Elle laisse la fenêtre de sa chambre ouverte toute la nuit pour bien attraper la crève et pas aller en classe le lendemain.
- Elle lit le même livre à la même page pendant plus d'une heure pour se concentrer et avoir les yeux rouges et très fatigués.
- Elle hurle de douleur quand elle frôle une meuble alors qu'elle s'est pas fait mal du tout."


Présentation de son compagnon " Quand j'écris que Garfunkel est complètement fou et fêlé, je n'exagère pas. Il fait des choses extraordinaires ce chat, comme par exemple grimper sur les murs et monter au plafond à une vitesse supersonique et redescendre aussi vite et s'arrêter d'un seul coup au milieu de la pièce et me regarder d'un air de dire que je ne peux pas en faire autant. [...] Quand il ronronne dans mes bras, on dirait un gros poussin à qui on aurait mis un moteur dans le ventre, mais un moteur de voiture de luxe, c'est à dire, les moteurs qu'on n'entend presque pas. Je l'aime. Il me manque beaucoup quand je suis dehors. Garfunkel, c'est pratiquement la seule raison pour laquelle je rentre à la maison. Sinon, il y a longtemps que je ne rentrerais plus."


Quelques exemples de " Une liste de choses à faire jamais sous aucun prétexte"
- Jamais écouter les informations à la télé ou à la radio parce qu'ils disent toujours la même chose toute l'année, tous les jours. Si encore ils nous disaient qu'on a découvert une autre forme de vie humaine dans l'espace, ça, ça serait un évènement. ça serait cosmique et sidèral. Mais ils racontent que des trucs qu'ils ont déjà raconté la veille et qu'ils raconteront le lendemain.
- Jamais tuer des animaux. Aucun animaux.
- Jamais les mettre en cage.
- Jamais écraser les pigeons quand on conduit dans les rues de Paris, ce qui n'est pas mon cas puisque je n'ai pas encore l'âge de conduire, mais je dis ça plutôt comme un Principe Absolu De La Vie.
- Jamais penser à l'idée qu'un jour Garfunkel pourrait mourir
- Jamais désespérer"


Le passage de "Est-ce que t'as déjà essayé de téléphoner sans téléphone ?" m'a beaucoup plus, mais je ne me sens pas le courage de le recopier, là, il est long !!! Mais il est super. Un petit bout aller, juste le début du passage.

" J'ai trouvé que c'était une expérience formidable. Et que si on y arrivait, alors ce serait super super. On a compté un deux trois, exactement en même temps, il a raccroché et moi aussi. J'ai regardé le téléphone très fort et j'ai essayé d'entendre ce que disait l'Autre, mais j'ai rien entendu. Alors je me suis dis que peut-être il m'écoutait et je me suis mise à parler."




J'espère que je vous aurais donné envie de lire cette ouvrage qui m'a vraiment bluffé !


Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 13:19

Dur dur de faire un top 10 alors je vous propose un top à moi, un top de films et un top de livres. Ne vous m'éprenez pas, ce n'est pas parce que je commence avec Mimzy ou les livres de la collection haute tension de chez Hachette que ce sont mes préférés. Il n'y a pas d'ordre de préférence mais j'ai essayé de rassembler ceux qui ont eut un impact dans mon esprit, ceux que je pourrais re re et revoir ou re re et relire, ce qui m'ont énormément plus. (Me suis rendu compte que faire un top c'était très dur alors chapeau à tous ceux qui y arrivent :-)




Mon top à moi des FILMS




Synopsis : lorsque Noah et sa petite soeur Emma ouvrent l'étrange boîte qu'ils ont trouvée sur la plage, ils y découvrent quelques bizarreries et un lapin en peluche, que la petite fille baptise Mimzy. D'où viennent ces mystérieux objets, et à quoi peuvent-ils servir ?
Peu après, les enfants commencent à développer d'extraordinaires capacités. Emma possède désormais d'inexplicables pouvoirs psychiques et Noah, qui n'a jamais été très fort à l'école, devient un génie scientifique. Il est même capable de déplacer des objets par sa seule volonté. Larry, le professeur de Noah, comprend que les enfants sont en train d'être transformés dans le but d'accomplir quelque chose qui les dépasse...
Face aux adultes, face au FBI et aux scientifiques qui s'intéressent à eux et à leurs mystérieux jouets, Emma et Noah vont devoir s'en sortir seuls et protéger leur trésor...


C'est ici que j'ai découvert pour la première fois ce qu'était un mandala. Il y en a un très beau à la fin fait de fleur. Je ne peux pas voir ce film sans être émue. Et dire que Mamy m'avait raconté que c'était l'histoire d'un lapin tueur dans une piscine...heureusement que j'ai su dépassé ça car c'est un de mes films préférés !














Synopsis : Holly et Jerry sont un couple amoureux menant une vie parfaite. A la suite de la mort soudaine de Jerry, Holly sombre dans une dépression. C'est alors qu'elle reçoit une lettre, la première d'une série de dix, rédigées par Jerry avant sa mort. Ces lettres, agencées tel un jeu de piste, lui donnent des instructions de choses à faire pour, à terme, tourner la page et enfin réapprendre à vivre.


Vous pensez que ce film est triste à mourir, eh bien pas du tout!  C'est un merveilleux film plein d'émotions mais aussi d'éclats de rire.

C'est dans ce film que j'ai enfin compris que Gerard Butler était celui qui a interprêté le rôle du Fantôme dans le Fantôme de l'Opéra. En plus il chante ici et il y a Spikee, alias James Master mais lui ne chante pas ;-)
















Synopsis : Au XIXe siècle, dans les fastes du Palais Garnier, l'Opéra de Paris, Christine, soprano vedette, est au sommet de sa gloire. Son succès est dû à sa voix d'or et aux mystérieux conseils qu'elle reçoit d'un "Ange", un fantôme qui vit dans les souterrains du bâtiment.
L'homme, un génie musical défiguré qui vit reclus et hante l'opéra, aime la jeune fille d'un amour absolu et exclusif. Lorsque Raoul entre dans la vie de Christine, le Fantôme ne le supporte pas...



Je parlais justement de Gerard Butler, eh bien...


Le souvenir de ce film m'a hanté de longues années. J'étais petite et le fantôme allait ôter son masque quand Tita a jugé que c'étaut trop affreux et m'a empêché de voir la fin. Bon, je ne lui en veux pas car j'ai fini par retrouvé ce film et il est MA-GNI-FIQUE !










Synopsis : Ellie Arroway, passionnée depuis sa plus tendre enfance par l'univers, est devenue une jeune et brillante astronome. Avec une petite équipe de chercheurs elle écoute le ciel et guette un signe d'intelligence extraterrestre. Un jour, ils captent un message.


Jodie Foster est une actrice que j'adore ! Ce film, c'est un rêve qui se réalise pour la scientifique qu'elle incarne...
Contact imagine la réaction de l'humanité à la découverte d'une intelligence extraterrestre, de façon la plus réaliste possible. Il décrit les émotions, individuelles et collectives, qu'une telle découverte produirait si elle se réalisait demain.

L'originalité du film est de ne pas jouer sur la menace que pourraient représenter des extraterrestres présents sur terre, comme l'ont fait beaucoup d'autres, mais sur le bouleversement provoqué par la découverte qu'une autre civilisation cherche à communiquer avec nous, à plusieurs années lumières de distance.
















Synopsis : Sur une Terre ravagée par la folie des hommes durant les sept jours de feu, une poignée d'humains a survécu. Menacée par une forêt toxique qui ne cesse de prendre de l'ampleur, cette poignée de survivants attend le salut de la princesse Nausicaä, capable de communiquer avec tous les êtres vivants.


Cette affiche ne représente pas uniquement Nausicaä mais toutes les autres animations du grand Miyazaki. Je me suis jurée un jour de les avoir tous en dvd ! Chihiro, Kiki, Totoro, Mononoké, Porco Rosso, Ponyo et tous ceux que j'oublie. (Ah moi les Miyazaki!!)

Egalement les films comme Origine, la légende de Cristanya, le royaume des chats. Toutes ces merveilleuses animations asiatiques.

















Synopsis : Une jeune et jolie jeune femme, Vivian, tente de protéger son secret tout en vivant une vie normale... Mais tout se complique lorsque la jeune femme, à moitié loup-garou, tombe amoureuse d'un humain. Vivian doit alors choisir entre l'amour qu'elle porte à sa famille et à son petit ami et sa condition de loup-garou. Choisira-t-elle le sang ou le chocolat ?

J'ai découvert ce film par hasard alors que je cherchais des films sur les loups garous. Il vient juste de sortir en dvd sous le nom : le goût du sang. Mais vous comprendrez que le nom anglais est plus symbolique.

Je ne sais pas pourquoi tant de gens le trouve pourri. C'est un excellent film fantastique bien mené. Il y a de la transformation, des codes, du combat, de la course poursuite, les loups sont beau (contrairement à underworld ou harry potter 3..) de l'action et une histoire d'amour impossible. En plus, Hugh est vraiment mignon...

Bref, j'aime ce film et j'en suis fière !











Synopsis : Pour assurer sa domination dans le domaine des télécommunications, une société américaine envoie une équipe d'explorateurs à la recherche d'un gisement de diamants, situé dans la mythique cité de Zinj au coeur de la chaîne des Virugnas, à la frontière du Zaïre et du Rwanda. Apres l'échec tragique de la premiere expédition, une nouvelle équipe, plus performante, est dépêchée sur place.


Je me souviens très bien de la première fois où j'ai vu ce film, c'était sur TF1 et Tita avait mangé avec nous puis était partie et elle m'avait dit, ce film est bien. Non, il n'était pas bien. Il était génial !!!! Et je l'adore toujours sauf que la casette ne passe plus bien, impossible de le revoir.


Je me souviens de plusieurs scènes que je connaissais par coeur.
















Synopsis : Benjamin et Hannah forment un couple modèle, uni depuis plusieurs années par un amour solide et profond. Ensemble, ils ont une fille de 16 ans : Samantha.
Sensible à la crise que semble traverser sa fille, Hannah décide de partir quelques jours en tête à tête avec elle. Mais au détour d'un virage, leur voiture quitte la route. Aussitôt appelé au chevet de sa famille, Benjamin doit affronter l'indicible : sa femme et sa fille ont toutes deux sombré dans un profond coma. Hannah ne reprend conscience que quelques instants, le temps de serrer une dernière fois la main de sa fille. Au moment même où celle-ci ouvre enfin les yeux, Hannah s'éteint.
Déchiré entre la douleur d'avoir perdu sa femme et la joie de retrouver sa fille, Benjamin s'aperçoit bientôt que l'esprit d'Hannah semble s'être glissé dans le corps de Samantha ...

Dès que j'ai vu la b-a, j'ai spu que j'irai le voir au ciné eh là, deg, il n'est resté qu'une seule semaine, il n'était nulle part ailleurs et puis j'ai réussi à le trouver et... il est à la hauteur de mes espérances !

Je n'avais jamais vu Dacid Duchovny ailleurs que dans X-files.










Synopsis : Une histoire d'amour dans les années 60, au coeur des manifestations anti-guerre, des voyages spirituels et du rock'n roll, qui part des docks de Liverpool vers le psychédélique Greenwich Village, des émeutes de Détroit aux champs de bataille du Vietnam.
Jude et Lucy sont plongés, avec des groupes d'amis et de musiciens, dans le tumulte des années anti-guerre et des révolutions culturelles, guidés par "Dr Robert" et "Mr Kite". Jude et Lucy sont la proie des forces tumultueuses qui secouent l'époque et vont les obliger à se trouver eux-mêmes pour se retrouver l'un l'autre...


J'ai craqué d'abord pour la soundtracks car je ne connaissais pas du tout le film, j'ai vu la b-a et me le suis procurée. Je n'ai pas encore tout visioné mais wouah. C'est une comédie musicale en anglais sous-titrée français. On voit Bono et Salma Ayek, pour l'instant je n'ai vu que Bono.



Je pense que si j'avais vécu dans ces années là, j'aurai été une hyppie. C'est sûr !!! Peace and love !
















Synopsis : L'histoire à la fois drôle et poignante d'Edward Bloom, un père débordant d'imagination, et de son fils William. Ce dernier retourne au domicile familial après l'avoir quitté longtemps auparavant, pour être au chevet de son père, atteint d'un cancer. Il souhaite mieux le connaître et découvrir ses secrets avant qu'il ne soit trop tard. L'aventure débutera lorsque William tentera de discerner le vrai du faux dans les propos de son père mourant.



Une fois encore, ce n'est pas seulement Big Fish, mais tous les films de Tim Burton sauf peut-être Mars Attack... Mais L'étrange Noël, les Batman, Beetlejuice, Edward aux mains d'argent...

















Synopsis : De nos jours, en Alabama, Evelyn Couch, femme au foyer, mène une existence monotone jusqu'à ce qu'elle rencontre Ninny Threadgood, une vieille dame extraordinaire, qui va lui redonner goût à la vie. Celle-ci lui raconte sa jeunesse, 60 ans plus tôt, à Whistle Stop, petite bourgade du sud des Etats-Unis. L'histoire que raconte Ninny est celle de l'amitié entre deux femmes : Idgie, forte tête, véritable garçon manqué, et Ruth, douce et remarquable cuisinière. Mariée à Franck Bennett, un homme violent, Ruth finit par appeler Idgie au secours, et s'enfuit avec elle. Les deux femmes décident d'ouvrir un restaurant. Mais Bennett n'a pas dit son dernier mot...


Il passait autrefois sur M6. J'aime bien les films retraçant une vie. Je me souviens par exemple d'un film sur les"colored" adapté d'un livre de Anne Rice jamais traduit en France.

Beignets de tomates vertes me touche beaucoup.


















Synopsis : A sa naissance, la petite Ella reçoit le don d'obéissance. En raison de cette malheureuse circonstance, elle ne peut s'opposer à aucune demande et vit souvent à la merci de personnes sans scrupules.
Afin de retrouver le contrôle de sa vie, Ella part en quête de liberté, seule face à sa mystérieuse malédiction. Ella doit affronter un royaume pleins d'ogres, de géants, de malicieuses belles-soeurs, de livres qui parlent et de complots diaboliques. Et, avec un peu de chance, elle trouvera l'amour sur son chemin.


Petit coup de coeur récent. Anne Athaway, super actrice, enfin super choix de film et puis une comédie fantastique j'en connaissais pas vraiment. Vraiment sympa, très musical également. On y rencontre, elfe, troll, fée et livre qui parle...













Synopsis : Nicky, un jeune homme ordinaire, plutot gentil, prefere jouer de la guitare plutot que de s'investir dans de sombres affaires familiales. Ses deux freres sont en revanche devores d'ambition, sans scrupules, et n'attendent qu'une chose: prendre la place de leur infernal papa, le diable lui-meme. Mais celui-ci n'est pas pret a passer la main. Depites et furieux, les deux Belzebuth juniors quittent la maison pour New York et condamnent la porte des enfers, privant leur pere des nouvelles recrues du purgatoire qui assurent sa survie. Nicky va devoir sauver le diable.


Oulala, j'ai entendu un tas de commentaire comme quoi c'était un film pourri, que les producteurs auraient dû jouer au lotto...et des critiques qui disaient seulement : 1h30 nase à souhait.

Ce n'est pas une superproduction, mais c'est un bon film très rigolo qui alie humour et romance. Nicky ne se prend pas du tout au sérieux. Un chien qui parle, des amis déjantés...










Il est temps de clore mon top à moi des films avec celui-là et tous les fantastiques. Vous vous doutez bien que j'en regarde.

Un homme d'affaires américain loue une maison de campagne dont le jardin est peuplé de Leprechauns...



Il y a aussi L'histoire sans fin, La guerre des invisibles, Le 10ème Royaume, La caverne de la rose d'Or, Désidéria et le Prince rebelle, Willow...

Je ne citerai pas les matrix, pirates des caraïbes et aliens que tout le monde aime. Les retours vers le futurs, les Shwarzeneger, les Stalones, les vieux Jim Carey, Galaxie Quest, Dorothy, The Ring, Starchip troopers, The Holydays et autres chronique de Riddick...




Et maintenant passons aux livres !



Mon top à moi des LIVRES





Ici je parle de la collection Hachette, Haute Tension, datant de l'année de ma naissance qui coûtait environ 15 francs. Eh oui, c'était le temps où les livres ne coûtaient pas cher et la vie était plus ou moins rose. Bref. J'ai quelques titres de cette collection, écrite pour les ados, des récits qui font peur mais pas trop. Quand j'en trouve dans une brocante, j'en achète sinon, il y en a de dispo sur ebay ou price, à moins d'un euro encore faut-il qu'un vendeur en ait une grosse quantité, pas qu'un, ça fait cher du port. Je ne sais pas où on peut se procurer une liste de tous les livres publiés dans cette collection. Mais enfin voilà, des livres qui m'ont beaucoup plu.








Eh oui, un vieux livre, comme c'est étrange !!! Il n'y a pas que du fantastique dans ma bibliothèque...enfin si, puisque le conte du graal est un récit fictif et imaginaire, eh oui.

Perceval, un jeune Gallois, ignore tout du monde qui l’entoure. Jusqu’au jour où il rencontre cinq chevaliers dans la forêt. Aussitôt il veut devenir à son tour chevalier. Malgré la grande tristesse de sa mère, il rejoint la cour du roi Arthur  pour y être armé comme un chevalier.

Perceval va dans le pays à la recherche de prouesses à accomplir et dignes d’être célébrées. Il  délivre Beaurepaire, un château assiégé, en défiant Anguingueron, le chef de ses assiégeants. Puis il s’en va vers le château du roi pêcheur où il est accueilli comme un roi. Après un bon repas, le roi pêcheur fait amener le Graal et la lance qui saigne mais Perceval ne pose aucune des deux questions (pourquoi cette lance saigne ? A qui est destiné ce Graal ?). Il quitte le château le lendemain.

Pendant cinq ans  Perceval défie des chevaliers au combat. Chaque fois il gagne. Les années passent et il oublie Dieu. Un jour, il voit un prêtre et se rappelle de son péché. Il lui demande le pardon, celui-ci lui accorde. Il lui dit aussi qu’il doit retourner au château du Graal récupérer le Graal et la lance qui saigne.

Dans un de mes récits, je fais un clin d'oeil au Roi Pêcheur. (cf Les avathars du Khaos 2 (pas encore  tout à fait écrit)










Dans la foulée, un livre sans magie que j'aime toujours. Livre lu au lycée qui soulève des questions philosophiques, c'est sûrment pour ça qu'il m'a charmé.

Vers 1845, dans un village isolé du Trièves, non loin du col de la Croix-Haute, des habitants disparaissent sans laisser de traces, l'hiver, par temps de neige. Le capitaine de gendarmerie Langlois arrive au village pour tenter d'élucider le mystère de ces disparitions. Un jour brumeux d'hiver, Frédéric, propriétaire d'une scierie, observe un curieux manège : de la fourche d'un hêtre planté en face de la porte de la scierie, il voit descendre un inconnu, qui s'éloigne dans la neige en direction de la montagne. Monté à son tour dans l'arbre, Frédéric découvre, au creux d'une maîtresse branche, déposé sur un monceau d'ossements, le cadavre de Dorothée, une jeune fille qu'il avait aperçue bien vivante vingt minutes avant.


Les pensées de Pascal : "Un roi sans divertissement est un homme plein de misères. Rien n'est si insupportable à l'homme que d'être dans un plein repos, sans passions, sans affaire, sans divertissement, sans application. Il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide. Incontinent il sortira du fond de son âme l'ennui, la noirceur, la tristesse, le chagrin, le dépit, le désespoir."

L'ennui nous laisse seuls face à la misère de notre existence terrestre. Fuir l'ennui dans le divertissement, c'est refuser d'affronter la vérité de notre condition -- prise de conscience pourtant nécessaire si nous voulons travailler dès cette vie à gagner notre salut.









Un harlequin ? Non !! Eh bien si, collection Luna, les portes de l'imaginaire. Je l'aurai su avant de l'acheter, je ne l'aurai probablement pas pris et maintenant, j'attends que le 3e tome sorte.

Je pensais que tous les Luna était aussi merveilleux eh bien non. Un autre qui m'a plu est la saga l'élue d'Epona de P.C Cast mais les autres, je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire, c'est pourquoi, je les mettrais en vente sur le net bientôt.

En apprenant qu elle est habitée par l Esprit du Corbeau, la jeune Rhia commence par refuser sa destinée. Car le Corbeau est le messager de la mort : qui l a pour gardien peut prédire les décès et se doit d accompagner les âmes vers l Autre monde. Mais lorsque sa mère meurt sans l aide de quiconque, Rhia, rongée par la culpabilité, accepte de débuter son apprentissage. Pour cela, elle se rend auprès de son mentor, dans le village voisin de Kalindos.
Là, elle rencontre le beau Marek, qui devient son compagnon et grâce à qui elle aura le courage de surmonter des rites de passage, de supporter la méfiance que suscite son étrange pouvoir, et d affronter la menace de guerre qui pèse sur leurs deux peuples.

On ne connait rien de l'auteur. Sachez qu'il y a un un tome 2 : L'enfant de la Prophétie.











J'avais vu la b-a mais je voulais absolument lire le livre avant de le voir. Ma première lecture de fantasie, magnifique, merveilleuse, superbe, je suis tombée amoureuse de ce récit, cette plume...

Il était une fois un petit village anglais si tranquille qu'on aurait pu le croire endormi. Niché au creux d'une vallée, il devait son nom inhabituel - "Wall" - au mur d'enceinte qui depuis des siècles dissuadait ses habitants de s'aventurer dans le royaume voisin, peuplé de lutins, sorcières, pirates volants et autres engeances malfaisantes. Un jour, un candide jeune homme, Tristan, qui convoitait la plus jolie fille de Wall, s'engagea à lui rapporter en gage de son amour... une étoile tombée du ciel. Pour honorer sa promesse, il fit ce que personne n'avait encore osé : il escalada le mur interdit et pénétra dans le royaume magique de Stormhold...


...mais je n'ai pas retrouvé cette plume dans les autres oeuvres de Neil Gaiman. Comme quoi on peut adoré un livre d'un auteur mais pas ses autres.

L'adaptation est magnifique. De Niro est super !












Encore une bonne trouvaille dans une brocante. Ma cousine l'avait lu et vu le prix, c'est bien c'est bien c'est mauvais on revendra plus tard.

Eh bien, j'ai adoré. Je n'ai pas pu m'arrêter, enfin sauf pour manger boire et tout le tralalala.


Lyra est une jeune fille élevée au sein d'une prestigieuse université anglaise. Elle possède un dæmon comme toutes les personnes vivantes dans son monde. Un dæmon est une partie d'elle-même, une créature animal,e qui avant l'âge adulte peut prendre toutes les sortes de formes animales qu'il veut et son dæmon se prénomme Pantalaimon.

Mais de quelle mission est-elle investie ? Lorsque les Enfourneurs arrivent dans sa ville et que son meilleur ami Roger disparaît, Lyra n'hésite pas à se lancer à sa poursuite. Ce périple l'entraînera vers le grand Nord où son destin se jouera.

Adapation superbe une fois de plus. Les acteurs collent parfaitement aux personnages. Si ce n'est que je préfère le livre car même si on n'est touché par l'émotion que dégage le jeu des acteurs, c'est cent fois mieux dans le bouquin.








Un autre coup de coeur, écrit par Franck Beddor, réalisateur de Mary à tout prix. Je flânais dans la librairie où je travaillais quand mes yeux se sont posés sur l'ouvrage...    

A l'âge de sept ans, Alyss sait déjà qu'elle sera reine du Pays des Merveilles. Mais le conte de fées vole en éclat ! Sa démoniaque tante Redd, adepte de l'Imagination Noire, déclanche une guerre sans merci pour reprendre le pouvoir.

Pour échapper à son tueur, le Chat, elle saute dans l'étang des Larmes et trouve refuge dans notre monde. Personne ne la croit quand elle dit venir d'un pays merveilleux. Un homme profite même pour sortir une oeuvre littéraire :Alice au Pays des Merveilles. Agacée d'être prise pour une folle, pensant même l'être, Alyss se résout à tout oublier.

Alyss deviendra Alice, une sage jeune fille promise à un prince. Mais le jour de ses fiancailles, un inconnu vient la chercher et la supplie de revenir. Alice n'écoute pas. Ainsi le jour de son mariage se transforme en bataille général, le Chat, les cartes de Deux et de Trois, lesTtrèfles, les Carreaux et les Piques !

Alyss retournera dans son monde et découvrira son pays dans un triste état. Alors elle se lancera à la conquête de son trône, avec l'aide du Chapelier, du précépteur Bibwit Harte, de la Tour Blanche et de Dodge, son ami d'enfance, assoifé de vengeance...

Un tome 2 est sorti. Je ne peux pas vous dire s'il est aussi génial que le premier car je ne l'ai pas encore lu. Il attend patiemment dans ma bibliothèque. Mais je pense, je suis sûr qu'il me fera rêver.





Aaah, je ne pouvais pas ne pas le mettre ici ! Les quatre tomes sont géniaux, je les ai rapidement dévoré et le film sorti le 7 janvier au ciné d'Amiens a été l'occasion de retrouver Presci, une grande copine du lycée !

Isabella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petite ville pluvieuse dans l'Etat de Washington, pour vivre avec son père. Elle s'attend à ce que sa nouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la ville elle-même. Or, au lycée, elle est terriblement intriguée par le comportement d'une étrange fratrie, deux filles et trois garçons. Bella tombe follement amoureuse de l'un d'eux, Edward Cullen. Une relation sensuelle et dangereuse commence alors entre les deux jeunes gens : lorsque Isabella comprend que Edward est un vampire, il est déjà trop tard.


J'ai toujours aimé les histoires de vampires. Ceux d'Anne Rice sont nobles mais pour certains ce ne sont que des bêtes. J'aime les voir comme Anne Rice et ceux de Stéphanie Meyer s'en rapprochent. Ils ressemblent à des humains et peuvent aimer.












Anne Rice la spécialiste des vampires. J'aime les trois premiers des chrniques des vampires, je cite : Entretiens avec un vampire, Lestat le vampire et la reine des damnés. J'ai lu les autres mais j'en ai vite fait une overdose si bien que certain n'ont jamais été ouvert.

Sous le porche dune vieille demeure à l'abandon de La Nouvelle-Orléans, une femme frêle et muette se balance dans un rocking-chair : Deirdre Mayfair est devenue folle depuis qu'on lui a retiré, à la naissance, sa fille Rowan pour l'envoyer vivre à San Francisco. Et derrière la grille du jardin, un homme, Aaron Lighter, surveille inlassablement Deirdre, comme d'autres avant lui, pendant des siècles, ont secrètement surveillé la famille Mayfair. Car ils savent que, de génération en génération, les femmes du clan se transmettent leurs maléfiques pouvoirs et que la terrifiante et fabuleuse histoire de cette lignée de sorcières ne fait que commencer...

Et j'aime la trilogie des sorcières : le lien maléfique, l'heure des sorcières, Taltos. Ensuite, l'histoire entre les sorcières et les vampires se sont croisés et je n'ai pas aimé les revirements de situations. Je les ai lu mais je n'arrêtais pas de penser : ça n'aurait pas dû se passer comme ça...














Eh bien sûr, les Mastertons. Je vous présente ici Sang Impur, je ne sais pas si c'est mon préféré mais je pense souvent à celui-là.

Par un après-midi d'orage, Terence Pearson arrête sa voiture en pleine campagne et massacre deux de ses enfants à coups de faucille. Appréhendé peu après, le père meurtrier refuse de répondre aux questions.
Peu à peu, le policier chargé de l'enquête finit par comprendre que l'homme croit que sa lignée est contaminée par les gênes du "Voyageur Vert" créature mi-humaine, mi végétale des légendes tchèques.
C'est pour empêcher le retour de celui-ci qu'il a préféré tuer ses enfants.
Mais ni le père, ni le policier ne peuvent se douter qu'un chercheur en génétique sans scrupule a récupéré le cerveau d'une des petites victimes pour...


Je crois qu'on ne trouve plus ce livre que dans les greniers. Je l'avais trouvé dans une brocante, j'ai mis du temps à le lire car la première fois je trouvais les premières pages longues. Mais une fois dedans...c'était fini.




Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 16:13


MA DECOUVERTE DE GRAHAM MASTERTON :

J’ai découvert Graham Masterton tout à fait par hasard. Avant je lisais Stephen King, je n’avais jamais entendu parlé de cet auteur écossais et lorsqu’on me demande de citer mon auteur favoris de terreur, je réponds « Graham Masterton » et les gens me disent « Ah et c’est qui ? » :-S « Ben, le maître de l'horreur écossais, pfff...» Je n'ai pas envie de comparer Masterton à King car ils sont différents. Après, c'est une affaire de goûts si j'aime l'un plus que l'autre ^-^


J’ai fait des recherches sur lui mais je n’ai pas trouvé grand-chose, c’est donc avec un grand plaisir que je me lance dans la construction de cet article !

Il y a toutes sortes de livres dans les brocantes et toutes sortes de prix aussi.
A Rollot j’ai trouvé une collection Terreur parue en 1986, l’année de ma naissance et qui a cette époque était vendue quatorze francs.

Je marchais tranquillement à la recherche de livres fantastiques quand j’arrive sur un étalage de livres classés par genre. Je vois des Anne Rice, que j'ai lu à une époque et finalement des titres attirent mon attention. Le démon des morts – Le Djinn -  Le trône de Satan... Je lis le résumé, ça me paraît bien, je lis les premières pages comme je le fais toujours. A 2euros l'unité, je les prends et…le désastre…

J’ai commencé à lire "Le démon des morts", page après page après page…je sentais que l’histoire allait être bien mais je m’ennuyais. Au bout d’un certain temps, même en me forçant…j’ai préféré arrêter en me disant que Masterton, ça ne devait pas être mon truc.

Affaire classée ? Ben pas du tout. Dans un moment d’ennuie, j’ai sortie de la bibliothèque "Le trône de Satan" et là, ça a été la grande révélation ! Bien sûr, j’avais déjà lu des histoires à propos d’objets sataniques qui reviennent même après que l’on s’en soit débarrassé mais…

Le récit était si bien ficelé que je n’arrêtais même pas ma lecture pour manger, boire ou aller aux toilettes. J’étais complètement absorbée par ce bouquin !

Super !

Et depuis, chaque année, je ne manque pour rien au monde la brocante de Rollot ! Je trouve mes Masterton au même endroit. D’ailleurs, cette année la vendeuse ma reconnue, je lui ai même lancé :
« L’an prochain, si vous en avez encore, je reviens ! »

J’adore son humour particulier qui me fait toujours sourire et même rire ! J’espère qu’un jour je pourrais faire éditer mes Seven Witches et leur insuffler un peu de Masterton. J’étudie ses descriptions, elles sont vraiment bien faites.

Il reprend pas mal de thèmes visités et revisités mais lui, lorsqu’il les visite, il redonne un nouveau souffle. Si vous avez lu Le Portrait du mal…vous m'aurez comprise !


QUI EST GRAHAM MASTERTON :

Rédacteur pour le magazine 'Penthouse', Graham Masterton commence par publier des guides sexuels aux titres évocateurs, comme par exemple 'How to drive your wife wild in bed' (' Comment pousser votre femme à devenir sauvage au lit'). Il se met à écrire des livres d'horreur lorsque la vente des guides sexuels commence à décliner.Il trouve son public dès son premier roman, 'Manitou', écrit en 1974, publié en 1975 et aussitôt adapté au cinéma. Il reçoit dès lors de nombreux prix : le 'Special Edgar from mystery writers of America', la médaille d'argent de 'la critique des livres de la côte ouest', et, en France, le prix 'Julia-Verlanger 1988' pour 'Le portrait du mal'. Auteur prolifique de plus de quarante romans, Graham Masterton a imposé d''emblée un style rapide et haletant et un sens de l'intrigue qui en ont fait un des écrivains anglo-saxons les plus populaires.




BIBLIOGRAPHIE :

- 2010 : Peur aveugle (paru Bragelonne)
- 2008 : La cinquième sorcière (paru Bragelonne)
- 2009 : Wendigo (paru Bragelonne)
- 2006 : Rook : Magie des Flammes
- 2006 : Descendance

- 2005 : Du sang pour Manitou

- 2004 : Le diable en gris

- 2003 : Katie Maguire

- 2002 : Corbeau

- 2002 : Le glaive de Dieu

- 2002 : Les papillons du mal

- 2001 : Rook : Magie des neiges

- 2001 : Rook : Magie des eaux

- 2000 : L'enfant de la Nuit

- 1999 : Rook : magie maya

- 1999 : Les gardiens de la Porte

- 1999 : Rook : magie indienne

- 1998 : Magie vaudou

- 1996 : Les visages du cauchemar

Recueil de nouvelles

- 1995 : Les escales du cauchemar

- 1995 : Hel

- 1994 : Whallala

- 1993 : Sang impur

- 1992 : Le maître des mensonges

- 1992 : L'ombre du manitou

- 1991 : Le fléau de la nuit

- 1990 : La nuit des salamandres

- 1990 : Apparition

- 1989 : Démences

- 1988 : Rituel de chair

- 1988 : Les rivages de la nuit

- 1988 : Le miroir de Satan

- 1986 : Transe de mort

- 1985 : Le portrait du mal

- 1985 : Les guerriers de la nuit

- 1984 : Condor

- 1983 : Le démon des morts

- 1983 : Tengu

- 1982 : Le trône de Satan

- 1982 : Le diamant de Kimberley

- 1981 : Famine tome 2

- 1981 : Famine tome 1

- 1979 : La vengeance de Manitou

- 1979 : Les puits de l'enfer

- 1978 : La maison de chair

- 1978 : Le jour J du jugement

- 1978 : le Sphinx

- 1977 : La Mort Noire

- 1977 : Le Djinn

- 1975 : Manitou




En couleur, les livres non lu. 


LECTURE ET COMMENTAIRE DES OEUVRES SUIVANTES :









Les Editions Bragelonnes ont flairé le talent et ont entrepris de réediter les oeuvres de Masterton.

Aujourd'hui, la collection Milady compte : Le Diable en Gris et Rituel de chair.
Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 02:28


Une jeune femme brutalement taillée en pièces dans sa maison de Virginie… avec une arme vieille de cent ans.
Un officier à la retraite éviscéré… par un assaillant invisible. Un jeune homme, les yeux crevés dans sa baignoire… puis bouilli vif. Qu’ont ces victimes en commun ? Quel être de cauchemar les a traqués ?
Le mystère s'épaissit lorsque la police, jusque là impuissante, reçoit l'aide d'une petite fille qui semble être capable de voir l'assassin. Mais pourront-ils capturer une tueur qui n'a peut-être jamais été humain ?
Qui arrêtera le Diable en gris ?
Ma lecture : Une fois de plus je me suis retrouvée prise au piège par la plume de Masterton. 8h presque d'affilées pour venir à bout de cette oeuvre magnifiquement ficelée, découvrir la vérité et l'issue pour Decker McKenna.

Comme toujours, le roman commence par cette phrase qui vous fait sentir que les personnages qui vont vous être présenter ne vivront pas longtemps. " Au rez-de-chaussée, l'horloge de parquet sonna trois coups. Un, silence, deux, silence, trois, comme si elle comptait tristement combien de vies se termineraient avant qu'elle sonne de nouveau"

Je ne vais pas faire de SPOILER ! Mais l'histoire est carrément géniale ! Encore une fois ! Masterton Gé-NI-AL





J'étais éfarré de constater qu'il y ait une Rhoda dans l'histoire. Une Rhoda possédant des dons spéciaux... Bon  je passerai donc à mes passages préférés car je préfère que vous découvriez l'histoire par vous même. Edit : Très heureuse que Allkey s'y soit mit !!



Passages préférés :

" Il frissonnait, et il avait l'expression engourdie, désespérée de quelqu'un qui sait que sa mort est imminente."

" ... il y avait une sensation quasi palpable que quelqu'un s'était trouvé ici, était allé de pièce en pièce, avait perturbé l'air."

" - Je n'avais jamais pensé que les intestins étaient aussi résistants, fit remarquer Decker. (Il ouvrit les battants en verre du vaisselier et jeta un coup d'oeil à l'intérieur.) D'un autre côté, on doit faire bouillir les tripes pendant des heures."

" - C'est complètement dingue, non ?
- Je ne sais pas. Toute cette histoire est complètement dingue. La seule façon de combattre la folie consiste peut-être à se comporter d'une manière encore plus folle."

Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 02:26





Lloyd Denman apprend que sa fiancée, Célia, vient de s’immoler par le feu. Un suicide incompréhensible, aberrant, qui n’est que le premier d’une longue série. Le lendemain, c’est Marianna, l’une des meilleurs amies de Célia, que l’on découvre morte, brulée vive. Et un autocar dont on retrouve tous les passagers carbonisés, tranquillement assis à leur place.
Bientôt, au détour d’une rue, Lloyd croit apercevoir Célia. Hallucination, ou celle-ci serait-elle revenue d’entre les morts ?

Lloyd, u
n restaurateur de la baie de La Jolla, Denman, Original Fish Depot, va être transporté dans un aventure hors du commun. A ses côtés, nous son récent veuvage. On le voit tirailler entre désespoir, colère, incompréhension. Et à mesure, qu’il engrange les incroyables indices de tous ces décès, il déchiffre le complot dans des partitions méconnues d’un grand compositeur allemand du 19ème siècle, Richard Wagner.



Une oeuvre originale sans conteste !
Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 02:23

 

 

Un portrait de douze personnages au visage en décomposition... La toile est de l'oeuvre est d'un certain Waldegrave, ami d'Oscar Wilde et passionné d'occultisme, mais elle est sans valeur et plutôt médiocre. Alors pourquoi la mystérieuse Cordélia Gray veut-elle à tout prix sans emparer ? Quel est le secret du portrait ? Qui sont ces douze personnages ?

Vincent Pearson, l'actuel propriétaire du tableau, découvre un lien entre cette oeuvre et une série de meurtres particulièrement abominables qui secouent depuis quelques mois la Nouvelle-Angleterre...



Voici les premières lignes de ce livre totalement génial :


"Dès qu'il la vit sous les tilleuls, le pouce levé, son sac à dos en nylon rouge appuyé contre le parapet à côté d'elle, il sut qu'elle était une victime idéale. Il continua de rouler une vingtaine de mètres, puis gara l'immense limousine Vanden Plas noire sur le bas côté de la route"

 

Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 02:20




Chaque nuit, Karen faisait d’épouvantables cauchemars. Chaque matin, la tumeur qui déformait son cou était un peu plus grosse. Une tumeur inopérable qui laissait les médecins perplexes et qui bougeait imperceptiblement, comme s’il y avait quelque chose de vivant sous la peau…quelque créature diabolique qui ne rêvait que d’effroyables massacres.



Ma lecture :


Une jeune femme nommée Karen vient consulter le médium Harry Erskine au sujet de rêves cycliques, un peu plus réels et précis chaque jour et elle pense que ses cauchemars ont un lien direct avec la tumeur qu’elle porte à la nuque. A la clinique des Sœurs de Jérusalem, le médecin spécialiste de la tumeur, qui la prise en charge est décontenancé par la forme de celle-ci : un mélange d’os et de cartilage…

A la suite d’une opération visant à ôter cette excroissance, Karen tombe dans un coma tandis que grossit de jour en jour la tumeur…qui bouge, s’anime, se convulse…

 

« La tumeur était si grosse qu’il était difficile de croire qu’elle faisait vraiment partie de la jeune fille qui gisait sous elle »

 

Grâce à la description du rêve de la jeune femme, Harry Erskine découvre un lien avec le XVIIes. Il fait part de sa découverte à une amie, Amélia Crusoé, médium plus expérimentée que lui et accepte de lui venir en aide pour percer le mystère de Karen. Lors d’une séance de spiritisme dans la maison où habite Karen, la tête d’un indien peau rouge prend forme dans une table en bois… A partir de là, Harry va consulter un professionnel en matière d’indien et découvre que c’est un guérisseur indien qui prend forme dans le corps de Karen et que pour la sauver et renvoyer le sorcier, il faudra l’aide d’un indien des temps modernes...

 

Je ne dévoile plus rien de l’histoire…
 

Personnellement, elle ne m’a pas effrayé…car l’histoire écrite n’a pas de contexte dans ma réalité. On n’est pas à New York et je n’ai pas d’excroissance… Ce que je veux dire par là, c’est que parfois en lisant des histoires terreur, on a du mal à s’endormir le soir… Ici, pas la moindre difficulté…

 

Ce que j’ai remarqué d’amusant, c’est l’expression « se carrer » autrement dit, s’asseoir et se blottir dans le siège, au moins six fois dans le texte. Je ne sais pas si à cette époque où il a écrit son livre, il ne connaissait que cette expression pour cette action ou si c’est une répétition fantaisiste du traducteur !

 

J’ai appris que manitou signifiait esprit et que toute chose crée de la main de l’homme ou de la nature avait un manitou. Et je me faisais une comparaison entre le titre anglais The Manitou et le titre français Manitou. Je trouve qu’avec le The, ça renforce l’esprit… Bref….

 

Et je me suis surprise également à zapper certains passages qui me semblaient trop longs ou ennuyeux. C’est un droit et cela me faisait penser à ma cousine qui parfois me disait qu’elle zappait des passages que j’écrivais… Eh bien, je crois que tout le monde à droit de zapper et puis voilà !!! Bref… :-D !!!!

Passages préférés :

« - Vous pouvez utiliser la table de la salle à manger, dit Mme Karmann. Du moment que vous ne la marquez pas. C’est de l’authentique merisier, très ancien.

Elle nous conduisit jusqu’à la salle à manger. La table était en bois foncé et poli ; son éclat était tel qu’on aurait pu se noyer dedans. »

« La respiration se fit plus profonde, plus forte et plus proche, à croire que quelqu’un respirait vraiment tout contre mon oreille. »

« Je peux me tromper, mais j’eus la nette impression que les lèvres de bois foncé esquissaient un sourire tranquille et satisfait. Le visage demeura ainsi un instant, puis le bois parut se liquéfier et se tordre, les traits fondirent et se dissipèrent… Et bientôt il n’y eut plus rien sinon le plateau de la table poli et lisse. »


« A  cette heure de la nuit, vous avez l’impression que le monde entier est désert et que vous êtes tout seul dans une dimension temporelle étrange et secrète – votre pouls diminue et disparaît, votre respiration lente et sourde vous entraîne alors vers le gouffre sans fond des rêves et des cauchemars monstrueux. »

« J’éprouvais soudain une sensation étrange et métallique, comme si j’avais respiré de l’éther. Toute la scène me semblait singulièrement irréelle. Je me sentais détaché et étranger à tout ce qui se passait, comme si je regardais à travers mes yeux depuis l’obscurité de quelque autre endroit »

- J’aime ce passage, car parfois il me rappelle moi où je me sens étrangère à moi-même, je ne suis plus moi mais une autre, j’agis différemment et tout me semble égal…

« Son visage formait un masque de haine impassible »

« Ses yeux jaunâtres s’ouvrirent tout à coup et nous fixèrent avec une méchanceté flamboyante. »

« Sa magie auto protectrice avait réussi à détourner la plupart des scalpels et des sondes que Misquamacus avait fait voler dans sa direction. La plus part étaient fichés dans le mur, enfoncés jusqu’au manche ! »

« - Il est plongé dans un coma profond, je le crains. Quoi qu’il lui soit arrivé, son esprit s’est réfugié en un endroit inaccessible, pour ainsi dire, il n’est pas prêt de refaire surface. »

- Ce passage m’a rappelé une de mes histoires non achevées, où l’héroïne perd son âme à jamais, effacée…

L’ombre du Manitou et la vengeance du Manitou suivent, mais je les lirai plus tard ou peut-être tout de suite… Je ne sais pas encore…

EDIT :              Bragelonne a flairé l'écrivain de génie et a entrepris de sortir Masterton de l'ombre. Du sang pour Manitou raconte un New York est ravagé par une étrange et terrible épidémie, face à laquelle la médecine semble impuissante. Les victimes succombent toutes à un dérèglement sanguin. Elles n'arrivent plus à ingérer d'aliments solides, deviennent hypersensibles à la lumière du jour, et sont prises d'une irrésistible envie de boire du sang humain. Tandis que la panique gagne la ville, Harry Erskine, le célèbre médium, décide d'entrer dans un royaume ténébreux situé à mi-chemin entre le monde des morts et celui des vivants et d'avoir recours, pour sauver les habitants, aux grands esprits des Amérindiens. Malheureusement pour lui, tous les esprits n'ont pas pardonné à l'homme blanc !
Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 02:15




Martin Williams, un scénariste, fait l’acquisition d’un miroir ayant appartenu à Boofuls, enfant star d’Hollywood, assassiné en 1939 dans des circonstances aussi tragiques que mystérieuses.

Les miroirs, c’est bien connu, peuvent être des portes sur d’autres mondes. Celui-là est une porte sur l’enfer, sur un « Hollywood à l’envers » où, sous des dehors de petit garçon angélique, Boofuls va se révéler la plus diabolique des créatures…

 
Ma lecture :

 
Tout commence avec Martin, obsédé par la tragédie de l’enfant star Boofuls. Durant trois ans, il s’y intéressa et écrivit le scénario d’une comédie musicale. Mais son producteur et le tout Hollywood refuse de le produire. Le souvenir de la tragédie…cet enfant star découpé en morceaux par sa grand-mère…

Un jour son ami, Ramone lui fait qu’une dame vend du mobilier ayant appartenu à la star défunte et Martin ramène un grand miroir qu’il installe dans sa salle de séjour… Tout commence à déraper peu à peu…
 

Après ce livre, vous ne vous regarderez plus dans un miroir comme avant…


Passages préférés :

 
« Ce que l’on voit ressemble fort à notre couloir, à nous, mais plus loin, vois-tu, il est peut-être tout différent. »

 

« Il prit une profonde respiration, puis une autre et ensuite, l’adrénaline déferla dans ses veines  comme la circulation de nuit sur autoroute. »

 

« Il se rappela de ce que Mrs. Capelli lui avait raconté au sujet de sa grand-mère : elle brisait tous les miroirs dans la maison lorsque quelqu’un mourrait, parce que les miroirs prenaient une petit parcelle de votre âme chaque fois que vous vous regardiez dedans. »

 

« Je n’ai pas envie de faire ça plus que n’importe quelle autre chose qui me vienne à l’esprit, mais je dois le faire parce que cela me terrifie tellement que c’est à peine si je peux penser à quel point cela me terrifie. »

 

« Ils se promenèrent sur la plage. Une forte brise soufflait au large, et faisait voleter leurs vêtements. Lugosi les suivait, se maintenant à une distance hautaine, levant la tête de temps à autre pour humer le vent.

- J’ignorais que les chats aiment le bord de mer, fit remarquer Martin.

- Oh, Lugosi adore ça. Tous ces poissons, tous ses oiseaux. Il irait nager s’il trouvait un maillot de bain à sa taille. »

 

« Mr. Capelli se retourna immédiatement.

- On vous a laissé sortir de l’hôpital ? Seigneur, tous ces pansements ! On dirait la malédiction de la tombe de la momie ! »

 

« - Qu’y a-t-il, tu n’aimes pas la cuisine espagnole ?

- Chaque plat, prit individuellement, est parfait, mais apparemment, ils ne parviennent pas à cohabiter dans mon estomac. J’entends les saucisses se disputer avec le calmar. Qu’est-ce que tu fous ici, poulpe à la mangue, cet estomac n’est pas assez grand pour nous deux ! »


Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article

La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher