Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 00:00


Lorsqu’on est critique gastronomique et que l’on a fini par se lasser de la cuisine médiocre que proposent les auberges américaines, on se sent plein d’appétit en apprenant l’existence, au fin fond du Connecticut, d’un restaurant français très fermé qui, attrait supplémentaire, ne figure sur aucun guide.
Aussi Charlie McLean n’aura-t-il de cesse de s’y faire admettre. Mais pour la secte qui tient le Reposoir, la cuisine n’est pas seulement un art, c’est une véritable religion à laquelle on se dévoue…corps et âmes.
Et chacun doit donner du sien.


Tout d’abord, le commentaire que je fais est en fait un genre de résumé, accompagné de citations. Même si mon résumé est bien, achetez le livre car je n’ai pas tout mis, je passe sur beaucoup de choses que je préfère vous laisser découvrir par vous même.

Charlie McLean et Martin, son fils âgé de treize, quatorze ans dînent dans un restaurant, le Chaudron de fer. Il fait dire que Charlie est là pour goûter car il est critique gastronomique. Dans le même temps, il discute avec son fils, tentant de se justifier des absences dues à son travail. En effet, Charlie est le père de Martin, mais il n’a jamais été qu’un étranger, passant quelques fois à la maison. Et voici une chance pour Charlie de se montrer paternel, son ex femme laisse son fils une quinzaine de jours avec lui.

La serveuse répondant au nom de Harriet, comprend vite ce qu’est Charlie et avoue que les plats sont tout à fait sans goût surtout depuis l’arrivée de la nouvelle directrice, Mrs Foss.

Harriet lui parle du Reposoir, un établissement concurrent. « Vous vous rendrez un sacré service si vous en restez à l’écart » assure Mrs Foss.
« Le Reposoir serait tenue par des français et leurs clients se feraient rares ».
Intrigué, Charlie se lance sur les traces de ce fameux établissement. Il apprend qu’il siège à Allen’s Corners et est tenu par un certain Mr Musette et sa femme, Mais les habitants d’Allen’s Corners n’entendent rien au Reposoir, ils ne savent même pas qu’il y a un établissement gastronomique dans leur ville !

ATTENTION SPOILER

(Je n’ai pas lu ce livre depuis longtemps et je n’ai pas le temps de le relire, aussi, je passe sur de nombreux évènements, c’est pourquoi je vous dis : Achetez ce livre et lisez-le !)

J’aime beaucoup le personnage de Charlie qui enquête sur le restaurant français « Mais Charlie resta intraitable. Il commençait à bien jauger ces gens et il voulait savoir ce qui se passait exactement » Pour avoir garer sa voiture à un mauvaise endroit, il est interpellé par un deputy, sorte de policier et il lui demande des informations sur le lieu où se situe le Reposoir. Malheureusement, la petite discussion ne rime à rien. Charlie remonte dans sa voiture et se rend compte que son fils, Martin, connaît l’emplacement du restaurant français grâce à une carte de visite.  « En haut de la carte se trouvait un blason gaufré d’or, dépeignant un couple de sangliers sauvages, avec la légende « Célestins ». Au dessus, étaient inscrits les mots suivants : « Le Reposoir. Société de la cuisine exceptionnelle. 6633 Quassapaug Road, Allens’s Corners, Connecticut » Au moment de partir, Charlie vit « une silhouette avec un corps d’enfant mais avec une tête aussi développée que celle d’un adulte » mais la vision avait été si rapide, qu’il doutait de l’avoir vu.
Sur la route du restaurant français, Charlie veut savoir où Martin a eut la carte de visite. Celui-ci dit l’avoir trouvé au Chaudron de fer, par hasard. Son père doute qu’il dise la vérité, ils se chamaillent, Charlie fini par dire « D’accord, je l’avoue, je n’ai pas été un bon père pour toi. Mais je n’ai jamais raconté un seul mensonge à ta mère, et je ne lui ai jamais été infidèle, et j’ai toujours envoyé de l’argent. Toujours » Auquel Martin répond pour se moquer « Saint Charlie McLean » Bref, ils arrivent au Reposoir, Charlie sonne au portail, c’est une voix masculine qui lui répond et l’informe que ce restaurant est en fait une société gastronomique et qu’on ne peut y entrer que par invitation.

Charlie fait demi tour et va à la pension de Mrs Kemp. Tandis que Martin va se coucher, Charlie discute avec la vieille femme à propos du Reposoir. « Ce n’est pas le genre de personnes qu’on aimerait avoir comme voisin. Ils restent entre eux, c’est tout. Ils vivent ici, pourtant, on ne peut pas dire qu’ils fassent partie de la communauté » Mrs Kemp ajoute que l’établissement promettait d’amener des gens à Allen’s Corners mais qu’au final, il n’y a rien eut de bon. « Cette ville était heureuse dans le temps, mais regardez-là aujourd’hui. Triste, perdue et angoissée » Ils continuent à discuter, puis c’est l’heure de dormir.

Dans la nuit, Charlie se réveille et découvre que Martin a disparut. Il descend et le trouve dehors dans la cour. Il le questionne mais Martin refuse de dire avec qui il parlait, cet individu que son père a cru identifier comme un nain… S’en suit une violente dispute. Charlie refuse qu’il lui parle sur ce ton, il était inquiet de sa disparition parce qu’il est son père. Martin lâche violemment « Tu es juste un type qui a baisé ma mère ! » « Charlie resta debout dans la cour au milieu des ténèbres, se sentant plus isolé qu’il ne s’était jamais senti isolé »

Peu de temps après, (désolée de passer si vite) Martin disparaît et son père soupçonne qu’il soit au Reposoir. Il s’y rend donc et parvient à pénétrer au Reposoir. Il fait la rencontre d’une jeune femme qu’il connu plus tôt (si vous achetez le livre, vous comprendrez mieux) et elle lui montre une dévote, une jeune fille assise, qui n’a plus d’orteils. Et elle se les aurait arraché et mangé.

Charlie est abasourdi, je crois qu’on peut l’être. Alors il fait la rencontre de monsieur Musette, le chef du Reposoir et celui-ci lui narre les origines des Célestins, des religieux cannibales qui se mangent eux-mêmes afin de ressusciter le Christ. « Dévorer le corps même le corps que Dieu vous a donné est ma façon la plus sure d’approcher une authentique sainteté » Vous apprendrez tout sur les Célestins, les niveaux de dévotions…

Pour finir, Charlie ne parvient pas à récupérer son fils qui est bien là et qui s’est joint à la société religieuse.
Charlie qui ne s’était jamais occupé de son fils va lui prouver qu’il est bien son père. Il va trouver une journaliste et une personne pour l’aider à récupérer Martin.
Les Célestins quittent le Reposoir pour la Nouvelle Orléans. Charlie les suit et se fait passer pour une personne désirant entrer dans le cercle de barbarie. Il se coupera un doigt et se verra forcer de le manger. Mais monsieur Musette descend d’un escalier, approuve son geste mais le fait mettre dehors (approximativement).
Il ne reste plus qu’à Charlie et ses compagnons pour se rendre au festin final des Célestins. Car il apprend que Martin est le dernier dévot et qu’il doit être offert en sacrifice au Christ pour sa résurrection. Mais les Célestins ont commis une faute depuis le début, ce ne serait pas de Christ qu’il ressusciterait mais l’entité du mal la plus néfaste…



Il y a un renversement de situation prodigieux à la fin mais martin est heureusement sauvé. On apprend alors que Charlie se met en quête de brûler chaque église des Célestins afin qu’ils soit rayé du monde cependant…

Mes passages préférés :

« - Comment est ta tourte ? voulut savoir Charlie. Je ne savais pas que tu aimais la tourte.
- Je n’aime pas ça, dit Martin. Mais je n’avais pas le choix. Regarde ce poisson, on dirait qu’il est mort de vieillesse. »

« La nuit s’écoula aussi lentement que l’avancée de l’immense roue noire du char de l’Apocalypse. Chaque fois que Charlie consultait sa montre, ils lui semblaient que ses aiguilles avaient à peine bougé depuis la dernière fois. Il ne parvenait même pas à se souvenir de ce qu’il faisait habituellement pour parvenir à s’endormir. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Caliope321 - dans LECTURE
commenter cet article

commentaires

La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher