Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 19:58

 

summer_wars.jpg

 

 

 

Eh oui, on ne peut pas échapper à ses goûts ! coeur.png

Un jour, je tombe sur cette affiche, je m'empresse de regarder la bande-annonce, c'est le coup de coeur. Je cherche partout ce film, introuvable !!! Brrrr et puis, et puis...enfin !!! Donc, à l'occasion d'un projet sur le campus, réaliser un site web sur les films sortis depuis 2009, je propose de m'occuper des animations japonaises : Ponyo sur la falaise, Arrietty et Summer Wars et de la section films fantastiques. N'ayant pas le temps à ce moment là, un week end pour présenter 30 films hein...bref, je copie colle un article (avec son auteur bien entendu) le voici donc :

 

L'ère des réseaux communautaires est plus que jamais d'actualité. En se connectant au monde de Oz depuis son ordinateur, son téléphone ou bien même sa télévision, vous avez accès à des millions d'avatars en ligne pour une expérience intense hors des limites de la réalité.
Durant l'été, Kenji, lycéen timide et petit génie des mathématiques, trouve un job au service maintenance de Oz. Mais ces tâches sont contrariées par la venue de Natsuki, la fille dont il est amoureux. Celle-ci lui propose de l'accompagner en famille pour jouer le rôle du "fiancé". Entre les sentiments, un virus informatique, et les soucis familiaux, les ennuis ne font que commencer ...

Nous avions quitté Mamoru Hosoda avec La Traversée du Temps, petite merveille de cinéma ludique sur fond de failles temporelles. Voici le cinéaste de retour avec une oeuvre originale imaginée par lui-même. Désertant les contrées verdoyantes de sa précédente création tout en poursuivant sur ses thématiques intimes, Mamoru Hosoda s'affirme en tant que réalisateur avec lequel il faudra compter, en témoigne son Summer Wars de haute volée. Entouré des talents communs de Yoshiyuki Sadamoto au chara-design et du scénariste Satoko Okudera, le studio Madhouse livre le film d'animation de l'été, une oeuvre capable de toucher tous les âges par l'intelligence de son propos ainsi que son énergie communicative. L'été s'annonce épique.

L'une des réussites rares de Summer Wars réside dans cette faculté de confronter virtuel et réel, le numérique au physique. Cette problématique à priori insoluble trouve pourtant ici une passionante incarnation. La famille de Natsuki, l'élement perturbateur dans la sage vie de Kenji, devient le centre de toutes les attentions alors que la catastrophe rôde autour d'eux. Les scènes avec la fratrie sont typiques des oeuvres japonaises avec des sentiments exacerbés, des rires, des pleurs. Tout le dispositif de mise en scène contribue à nous rendre acteur des destinés se déroulant sous nos yeux. Le procédé se montre payant, et nous sommes plus d'une fois touché par des péripéties très terrestres. La mort, l'amour, la naissance, les conflits intra-familiaux, le rire, la vie, la dépendance ... On a l'impression que Summer Wars aborde chaque grand thème avec une précision d'ethnologue sans jamais nous lasser, ne perdant pas de vue sa mission, divertir, emporter le spectateur au sein d'un récit vaste et simple à la fois. Osons le mot, grand-public, sans limiter la puissance de son propos universel.

Ainsi le fameux monde de Oz, super-réseau virtuel, est un lieu combinant bon nombre d'influence de la culture nippone. Cette gigantesque marmite rappelle parfois les visions oniriques d'un certain Paprika (de Satoshi Kon) avec lequel Summer Wars partage le goût pour la surenchère graphique, la perte des repères "réalistes". Loin d'être l'anti-thèse redoutée du monde réel, Oz est au centre de toutes les attentions. A la fois monde communautaire vertigineux et illimité (un Facebook puissance 1000), il devient naturellement le pendant de la tragédie familiale. L'équilibre de Oz est intimement lié à la réussite d'une modeste famille soudée. La plus belle des leçons du film ne résiderait-elle pas ici ? Avec de la tolérance et de la compréhension mutuelle, tous les possibles deviennent accessibles, et toute catastrophe ... surmontable.

...propos écrit par V. Martini du site CloneWeb.

 

...et ce qui est génial, c'est que le chef de projet m'a dit : "j'ai jamais accroché avec les animations japonaises mais tu as mis tellement de passion dans ta présentation que j'ai loué l'un de ses films (Summer Wars) et depuis...tu vas avoir du mal à me croire mais... je crois que ça va être un nouvel hobby."

 

Waouh ! Comme quoi, je peux changer le monde ! Enfin, les mentalités, et c'est déjà un grand pas.

 

Conclusion : c'est un film que j'adore et j'avais envie de vous le faire partager. Oz, le monde virtuel qui nous est présenté, c'est un peu facebook mais je ne crois pas que facebook ait autant de pouvoir... Mais peut-être est-ce l'avenir de cette plateforme, sait-on jamais. Bon film !

Partager cet article

Repost 0
Published by Caliope - dans CINEMA
commenter cet article

commentaires

Lina Carmen 05/05/2011 12:22


J'ai regardé Summerai war, génial ! J'ai beaucoup aimé, j'ai passé un bon moment. Merci Caliope !


Caliope 10/05/2011 00:24



:-)



Lina Carmen 29/04/2011 09:09


Bonjour Caliope ! Eh oui, ta passion est contagieuse ! J'ai envie de le voir maintenant ce film. Mais bon, je suis déjà fan des mangas.
Bisous
Lina


Caliope 02/05/2011 14:50



Je suis sûre qu'il va te plaire !



La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher