Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 00:06

 

S'il est une activité que je n'ai pas su/pu mettre de côté, c'est bien celle de la lecture   Il y a quelques mois, je me suis enfin décidée à acheter une liseuse électronique de la marque Kobo, une Glo plus précisément, car j'apprécie la lecture le soir et je suis vraiment très satisfaite de ce coup de folie !

 

Pour autant, cela ne signifie pas que j'ai abandonné le livre papier. Mais, je m'efforce de faire quelques économies de place et d'argent et la Kobo m'y aide beaucoup. Certes, quand je me compare avec mes camarades dévoreuses de livres, bien entendu, je ne fais pas le poids. Néanmoins ayant compté combien de livres j'ai écoulé cette année, mon challenge perso de l'année 2014, sera de doubler dépasser ce chiffre.

 

 

Titre Auteur Coup de cœur Pages lues
Amulettes  Véronique Ajaraag coeur.jpg 362
Anno Dracula Kim Newman coeur.jpg 432
Au sortir de l'ombre Syven coeur.jpg 421
Avis de tempête Jim Butcher   384
Danse de Sang Frédéric Livyns coeur.jpg 150
Exercice de style Raymond Queneau   158
La guilde de nod Cecilia Correia coeur.jpg 368
La messagère des deux mondes Jeri Smith Ready coeur.jpg 584
Le secret du 10ème tombeau Michael Byrnes   597
Le syndrome E Franck Thilliez coeur.jpg 512
Les anges mordent aussi Sophie Jomain   300
Les chasseurs de rêves Sherrilyn Kenion coeur.jpg 376
Les chroniques d'Oakwood Marianne Stern coeur.jpg 199
Les maléfices du temps Michel  coeur.jpg 218
L'oracle de feu Jeri Smith Ready coeur.jpg 583
Mémoires d'un maître faussaire William Heaney   333
Oxanna Frédéric Livyns   149
Queen Betsy T..5 Mary Janice Davidson   224
Rebecca Kean T2 Cassandra O'Donnel   574
Rebecca Kean T3 Cassandra O'Donnel   479
Rebecca Kean T4 Cassandra O'Donnel coeur.jpg 448
Soraya Vamp Danica   262
Succubus T5 Richelle Mead coeur.jpg 405
Succubus T6 Richelle Mead coeur.jpg 405
T1 Les soupirs de Londres Ambre Dubois coeur.jpg 260
Une héritière à Valencienne Adeline Dias coeur.jpg 160
Vent Noir Brussolo   254
Vivants Isaac Marion   320
TOTAL :  28 livres    

9917

 

 

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 10:51

cdc

 

Danse-de-sang.jpeg

 

 

Un décès accidentel.
Une présence persistante par-delà la mort.
Une cérémonie dangereuse qui tourne mal.
Autant d'éléments qui vont mener à l'horreur.
En cherchant des réponses à ses questions, Véronique va libérer "Le Dévoreur", un démon aussi ancien que le monde lui-même.
Elle seule peut mettre fin à la vague de meurtres, aussi violents que cruels, qui s'abat sur la ville.
Mais le temps lui est compté car, à chaque âme absorbée, le monstre devient plus puissant.
Entraînée malgré elle dans un maelström de souffrances, elle devra affronter cette abomination avant que l'horreur ne s'étende au monde entier.

 

 

Ayant dû prendre le train un week-end, j’ai embarqué Danse de Sang, que l’auteur, Frédéric Livyns m’a gentiment offert et je l’en remercie.

Il y avait longtemps que je n’avais pas lu un  aussi bon thriller fantastique.


L’histoire commence comme je les aime, « in media res » dans le feu de l’action et c’est ainsi jusqu’à la fin. Le suspense est bien dosé, ainsi que les révélations faites aux personnages en quête de vérité et par la même au lecteur. Côté chapitre, ils sont courts et bien tournés. J’ai eu l’impression d’être dans un de ses thrillers à la Graham Masterton. Eh oui, j’ai reconnu son style de démons : maître dans l’art de la peur et dans l’art de tuer dans la souffrance. Je ne sais pas pour autant si toutes les infos que j’ai lues sont vraies, mais en tout cas, j’y ai cru !
Le réalisme de l’histoire est a coupé le souffle. Bravo maître Livyns.

Ayant lu les autres romans de l’auteur et pouvant les comparer, je dirai que ce dernier est le plus abouti. Je reste impressionnée par le style de l’auteur, clair, concis et très représentatif. Personne n’est intéressé pour porter le scénar sur grand écran ?

On, eh bien, me voilà de retour sur Lille et sincèrement, j’aurai souhaité ne pas l’avoir lu trop vite pour en garder encore un peu pour les jours à venir, comme on le fait avec un paquet de chocolats… Mais l’histoire est tant prenante que je ne me suis pas rendu compte des chapitres parcourus.

Autre point que j’ai apprécié, la typographie de la pagination et du chapitrage. Ces grands chiffres qui tirent sur leur hauteur, ça me donne un effet de vertige, de démesure qui colle bien à l’atmosphère présente dans le livre.

Le seul bémol que je peux faire, un sacré bémol mais une source sûre m’a dit qu’il serait corrigé à la prochaine édition : les coquilles présentes.  C'est bien parce que le suspense m'a happé sinon je ne suis pas sûre que j'aurai continué la lecture. Suis intransigeante !

Remarque, Frédéric, je me porte volontaire pour te relire :-D Avec plaisir !

J’y repense, des petites choses qui m’ont faites sourire, les petites expressions différentes du français au belge. Une salle d’eau/une salle de bain et le fait de sonner quelqu’un pour l’appeler au téléphone.

Enfin, une dernière remarque ou plutôt une prière. *ferme les yeux un instant* « Frédéric Livyns, présente-nous à nouveau un roman du même acabit, continue de nous faire frissonner de plaisir » Bon, ça fait deux prières… Ah ah.

Amateurs du genre thriller fantastique, précipitez-vous à la découverte de ce roman. Perso, moi, je le verrai bien remporter le prix Masterton.

 

;-)

 

Site de l'auteur

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 08:55

 

Un magnifique premier roman à découvrir absolument !

 

cdc

 

Amulette_Veronique-Ajarrag.jpg

 

 

Lorsque le docteur Ian, psychiatre, reçoit pour la première fois sa mystérieuse patiente Agrippine et qu'il cède à sa requête de ne se consacrer qu'à son cas personnel pendant toute une semaine, il est loin d'imaginer qu'il ne sera pas simplement le témoin du récit fantastique de la jeune femme mais également l'un de ses principaux acteurs. Car, tel qu'elle le déclare, Agrippine est l'objet de réincarnations successives qui remontent jusqu'à la Mésopotamie ancienne, où son bien-aimé et elle, citoyens du royaume d Uruk, furent condamnés pour l'éternité. Devant les arguments et la précision de son histoire, le docteur commence peu à peu à douter et ses certitudes vacillent. Et si depuis l'Antiquité, tous les amants maudits n'avaient été qu'un seul et même couple ?

 


Voilà, je viens enfin de le terminer. Si j’ai dit il y a quelques mois que je n’accrochais pas, c’était certainement parce que j’avais la tête ailleurs… Ces derniers jours, j’ai bien eu du mal à en décrocher et je pense que cela m’a sauvé d’un état hautement dépressif.


Je faisais partie des personnes qui ont acheté le livre en prévente aux Editions du Chat Noir et de ce fait eu le marque-page dédicacé. C’est la lecture d’un extrait du roman par Vanessa Terral et d’un autre extrait qui m’ont poussé à me le procurer. Je trouvais cela « vachement » bien écrit.


J’ai lu que c’était le premier roman de Véronique Ajarrag, professeur de français dans un collège et qu’Amulettes était issu d’une longue gestation. L’auteure a une très belle et fine plume qu’il m’a rarement été donné de côtoyer et de ce fait, son roman rejoint mes coups de cœur de l’année.


Le thème ici est la réincarnation successive d’amants maudits. Dès le départ, en lisant la quatrième de couverture, on devine la véritable identité du docteur Ian mais ça ne m’a pas gêné. J’ai apprécié la peinture et le cheminement psychologique du personnage, ainsi que les petits apartés sous forme de listes. Le roman est écrit selon deux points de vue différents : à la première personne, c’est le docteur Ian, qui se situe dans le présent de narration et à la troisième personne, un conteur omniprésent nous présente partiellement les prémices de cette extraordinaire aventure.


Au fur et à mesure, j’ai flairé le fait que les proches du docteur puissent eux aussi appartenir à l’Histoire mais je n’aurais jamais imaginé qu’ils fussent ce qu’ils sont. Ensuite, il y a du mouvement. Le héros n’attend pas que les choses se passent. Il n’hésite pas à sauter dans l’avion rejoindre un pays riche en légendes. Pour avoir passé quelques vacances là-bas, la manière dont se passe les choses sont vraiment proches de la réalité. J’ai senti au travers des lignes, une grande maîtrise de tous les sujets abordés, ce qui est vraiment plaisant à lire. Bravo !


Pour tout autre chose, je vous renvoie à la lecture. Non, je vous commande d’aller découvrir ce roman et j’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi.

 

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 11:23

Hier, fin d’après-midi, besoin de décompresser de la semaine et surtout de la journée que je venais d’éprouver. J’ai eu envie de me changer les idées et de me faire un cinoche. Direction l’UGC de Lille pour voir… The Mortal Instruments : La cité des ténèbres.

 

Et voici mon court avis :

 

Cette production, adaptation littéraire d’une saga de Cassandra Clarke m’a plu. Je ne connais pas l’univers du livre mais j’en ferai peut-être une prochaine lecture. Beaucoup d’effets spéciaux qui sont plus fun  à voir sur grand écran que sur mon petit 17 pouces.


L’histoire est plutôt sympa et le visuel vraiment plaisant. Gentils et Méchants sont presque agréables à regarder. Il y a de la magie, utilisation des runes par exemple, qui change un peu de l’emploi de la baguette ou du cercle tracé à la craie. Apparaissent quelques créatures telles que les sorcières, les démons, les vampires et les loups garous. Ces derniers m’ont un peu déçu au niveau métamorphose : on dirait ceux de Twilight.


De temps en temps, j’ai eu l’impression d’être de retour à Poudlard. Exemple, pour l’agencement de l’infirmerie ou le bureau du maître de l’institut. D’autres fois, il m’a manqué certaines liaisons… Par exemple, Bane le ténébreux et sexy sorcier qui n’aime pas les chasseurs de l’ombre vient au secours de l’un d’eux, touché au combat, dont le temps est compté. Mais… Comment a-t-il su qu’il devait magner son train ?


J’ai apprécié les musiques du film, également. J’ai moins estimé les petites scènes de flirt…mais ça va, il n’y en a pas non plus des masses.

 

Pour finir, quelques images piochées ça et là :

 

The-Mortal-Instruments-La-Cite-des-tenebres-Affiche-Fran.jpg

 

 

 

The-Mortal-Instruments-La-Cite-des-tenebres.jpg

La Team des chasseurs de l'ombre new-yorkais avec tout à la gauche, un Terrestre, nom commun pour humain et meilleur ami de l'héroïne. Il est plus mignon sans ses lunettes ^_^ --> là, il fait trop intello...ce qu'il est un petit peu quand même.

 

mortal-instruments-la-cite-des-tenebres-la-bande-annonce.jpg

 

Utilisation d'une rune. Je trouve ça super cool ! Cette dernière immobilise les ennemis. Top !

 

Je crois que je vais me procurer le Tome 1 :-)

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 12:15

 

WWZ.jpg

 

Un jour comme les autres, Gerry Lane et sa famille se retrouvent coincés dans un embouteillage monstre sur leur trajet quotidien. Ancien enquêteur des Nations Unies, Lane comprend immédiatement que la situation est inhabituelle. Tandis que les hélicoptères de la police sillonnent le ciel et que les motards quadrillent les rues, la ville bascule dans le chaos...

Les gens s’en prennent violemment les uns aux autres et un virus mortel semble se propager. Les êtres les plus pacifiques deviennent de redoutables ennemis. Or, les origines du fléau demeurent inconnues et le nombre de personnes infectées s’accroît tous les jours de manière exponentielle : on parle désormais de pandémie. Lorsque des hordes d’humains contaminés écrasent les armées de la planète et renversent les gouvernements les uns après les autres, Lane n’a d’autre choix que de reprendre du service pour protéger sa famille : il s’engage alors dans une quête effrénée à travers le monde pour identifier l’origine de cette menace et trouver un moyen d’enrayer sa propagation…

 

world_war_z2.jpg

 

 

Ça ne me disait rien d’aller voir ce film au ciné…(d’ailleurs, j’ai réduit ma consommation de cinéma d’au moins 80% depuis juin). Bref… Il y a eu tellement de publicité avant la sortie. J’ai compris bien plus tard que c’était une production de zombie et… ce n’est pas vraiment original : l’histoire est toujours la même, avec des scènes d’enfants terrorisés qui pleurent et qui vont se faire croquer. Mais alors, pourquoi est-ce que je vous en parle ?!

Eh bien, ce film m’a eu ! J’ai eu la trouille. Les scènes paraissent réelles. Dès le départ, quand Gerry Lane est avec sa famille dans les embouteillages et que quelque chose se produit ; il descend de voiture pour voir ce qu’il se passe. Soudain, une vague de terreur monte sans qu’on n’y comprenne rien. Les gens paniquent, sortent de leur véhicule, se mettent à courir et là, dans la foule, il y a des personnes qui s’attaquent… c’est la débandade ! J’ai eu l’impression d’y être !

Le scénario ainsi que le dénouement m’ont plu, ça sort de l’ordinaire.

 

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 09:19

 

Attention, comédie ultra ridicule où les zombies ne font presque pas peur mais les humains en revanche...

Fido_affiche.jpg

 

Il y a bien longtemps, la Terre traversa un nuage stellaire de poussière radioactive qui sema le chaos sur notre planète en déclenchant un effroyable appétit de chair humaine. La terreur dura jusqu'à ce que la toute-puissante compagnie ZomCon mette au point un collier qui domestique littéralement les zombies.

 
Devenues jardiniers, livreurs de lait ou même véritables animaux de compagnie, ces créatures sont désormais partout, sous le parfait contrôle de leur collier, dans un monde réglé comme du papier à musique.
 

 

Pour le jeune Timmy, tout cela est aussi stupide qu'illusoire et lorsque sa mère achète l'un de ces zombies, Fido, pour l'aider dans les tâches ménagères, il va avoir l'occasion de mesurer à quel point. Parce que Fido va le sauver, une belle amitié va naître entre le jeune garçon et la créature, mais lorsque son collier tombe en panne, les voisins ne tardent pas à en faire les frais...

 

 

Pour en savoir plus, je vous laisse apprécier l'article sur Films-Horreur.com ;-)

Pour le coup, Carrie-Anne Moss, qui jour la mère de Timmy m'a totalement fait oublié le personnage de Trinity dans Matrix. 

 

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 07:41

breves-d-un-chat-noir-bann.jpg

 

Le chat noir a encore frappé et cette fois, il s’est décarcassé !


Je me rends au Furet du Nord, une enseigne de librairie du nord pour céder à mon désir de posséder …enfin lire La couleur des sentiments de Kathryn Stockett. Comme une grande, je cherche dans les rayon…pas de Stockett, ça s’arrête à Bram Stocker…

 

Je demande à l’une des libraires qui m’indique que le livre est sur une des tables d’exposition. Bah oui, c’est logique ! et mettre quelques tomes dans le bon rayon, non ? Heureuse d’avoir mis la main dessus, me voilà en caisse.

 

En sortant de la librairie, un coup de vent fait s’envoler le ticket de caisse. Je me dis : "c'est pas grave, j’ai payé en espèces, pas de risque qu’on remonte jusqu’à mon compte bancaire". C’est pas que je suis paranoïaque mais aujourd’hui quand même, on vit dans un monde dangereux !

 

Bref… Quelques heures plus tard, me voilà dans mon lit à lire les premières pages quand soudain, je perds ma page. Naturellement, je laisse quelques pages défiler sous mes doigts et là…LE CHOC ! Et là…je comprends que le ticket perdu, c’est aussi un coup du chat noir. AHHHHHH !!!!

 

Livre-vendalise.jpg

 

Un anonyme à vandaliser consciemment ce livre et l’a re-placé sur le marché… C’est pas comme une page d’arrachée, ou un coin replié… Ce trou là, au cuteur et à la perforatrice ou fait avec des ciseaux spéciaux. Pfff…

 

Note : d'un certain angle, on dirait la Corse... Bizarrerie quand tu nous tiens....

Repost 0
Published by Calie - dans BREVES...
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 09:29

 

Dimanche-Challenge.jpg

Bienvenue dans ce nouveau rendez-vous que je mettrai en ligne deux ou trois dimanches par mois.

 

Ces derniers temps, j’ai vu cette recette un peu partout dans la blogosphère culinaire. Alors, j’ai eu envie d’essayer. De cette découverte au passage à l’acte, il s’est quand même déroulé plus de deux mois. Pas de temps à y consacrer, plus de tablettes de chocolat dans les placards ou tout simplement plus de courgette à ce moment-là. Et puis, un jour de course, en y pensant fortement, (car oui, cela m’y arrive) j’ai acheté les deux principaux ingrédients et me suis attelée à la recette.

  2912154849 1 5

 

Verdict : Eh bien, ce n’est pas "dégueu", comme dirait une très chère amie, ce qui signifie que c’est pas mal. Le mariage de la courgette et du chocolat se marie très bien. Pour ma part, j’avais déjà essayé des cupcakes chocolat - betterave et le goût très prononcé de cette dernière m’avait beaucoup dérangé.


J’ai suivi la recette sur le site Chef Nini en mettant de la farine de blé à la place de la farine de quinoa employée par elle-même. Peut-être cette différence apporte-t-elle au gâteau quelque chose de plus. A essayer mais plus tard.


Ce qui m’a étonné : il n’y a pas de matière grasse. La courgette apporte tout le moelleux au gâteau ! Décidément, on l’aime cette courgette ! Et elle ne dénature pas le goût du chocolat.


Bref, cette recette, pour moi, c’est une révélation !

 

Ingrédients :
3 oeufs
200 g de chocolat noir à cuisiner
85 g de sucre
50 g de farine de quinoa (ou farine de blé T45)
200 g de chair de courgette (poids épluché)

(il m'a suffit d'une seule courgette de taille moyenne)

 

1 - Râpez la courgette sur une râpe à fins trous. Vous allez obtenir une sorte de purée de courgette.

Moi, j'ai utilisé les gros trous par étourderie !

2 - Faites fondre le chocolat au bain-marie.

Moi, j'ai utilisé le micro-onde, c'est pratique.

3 - Séparez les blancs des jaunes dans deux saladiers.

4 - Versez dans les jaunes le sucre et fouettez jusqu’à obtenir un mélange mousseux.

5 - Ajoutez la farine et le chocolat fondu. Commencez à mélanger puis ajoutez la purée de courgette. Utilisez une spatule pour obtenir un mélange homogène.


6 - Montez les blancs en neige bien ferme.

7 - Ajoutez les blancs délicatement dans la pâte à gâteau en soulevant la masse.

8 - Versez dans un moule à manquer.

9 - Faites préchauffer votre four à 180°C et enfournez pour 25 min de cuisson. Lorsque vous appuyez légèrement sur le gâteau, il doit vous sembler tendre et moelleux.

Tiens, elle avait mis ça : je me suis servie du Principe du couteau. Enfoncer une lame, si elle ressort sèche, le gâteau est cuit.


10 - Laissez complètement refroidir avant de démouler.

 

2912154849 1 5

 

Je n’ai pas de photo à vous présenter ; une prochaine fois, promis. Ce qu’on voit d’aspect, c’est un gâteau au chocolat incrusté de filaments verts.

 

J’ai partagé ce gâteau avec des amis. Tout le monde a apprécié et surtout, personne n’a trouvé à quoi faisait référence ce vert. La couleur leur a fait penser à de la pistache. Forcément ! Voilà une manière sympathique de faire découvrir la courgette aux enfants ou de convaincre les réfractaires. Moi, je n’ai jamais aimé le brocolis. Il a fallu que je goûte à une purée mousseline de brocolis accompagné d’un pavé de saumon et le tour était joué.

 

A vos fourneaux !

Régalez-vous

Repost 0
Published by Calie - dans CUISINE
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 07:56

 

oxana

 

Je viens de terminer Oxana, un titre de Frédéric Livyns, publié aux Editions Sharon Kéna. J'en profite pour remercier l'auteur pour ce présent offert à Noël.

Oxana raconte l'histoire d'un jeune garçon qui vit au sein d'un orphelinat en Espagne et de sa rencontre avec une mystérieuse jeune fille qui va le propulser dans un monde extraordinaire.

 

"Claudio est un jeune orphelin placé dans un institut en Espagne. Alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage, il rencontre une jeune fille mystérieuse nommée Oxana. L'attirance mutuelle qui les lie va se transformer en amour. Mais quel est le terrible secret que cache Oxana ? Elle entraîne Claudio à sa suite dans une quête tragique et effrayante pour fermer les portes donnant sur un autre monde, cruel et terrifiant. Un monde où les humains n'ont pas leur place."

 

Si le livre ne compte que 130 pages, je peux vous assurer que l'univers créé par l'auteur est vaste et bien ficelé. Tout se tient bien. Malgré tout, Oxana n'est pas parvenu à me séduire. Je suppose qu'on ne peut pas toujours tout aimer. 


Je suis curieuse de connaître le choix de l'emplacement géographique de l'histoire : l'Espagne. Je trouve dommage de nous (les lecteurs) dépayser et de ne pas insister sur ce déplacement. Mis à part les noms des enfants, des soeurs qui entretiennent l'établissement et le nom du village abandonné, il n'y a pas d'autres indications. Cela aurait pu être des jurons dans les dialogues des soeurs. Bon, c'est vrai qu'elles ne doivent pas jurer, mais quelque chose dans le parler, des expressions... 


Les changements de points de vue, même si ces derniers sont bien délimités m'ont dérangé.Tantôt, nous suivons Claudio en focalisation interne, tantôt les soeurs et les autres enfants d'un point de vue extérieur, omniscient. Ce n'est pas idiot, car Claudio ne peut pas toujours être au courant de tout. 


Ensuite, il me semble que si Claudio et Oxana avaient quelques années de plus,  des adolescents, j'aurais mieux accepté :


- leurs dialogues : ils sont beaucoup trop adultes vis-à-vis de leur âge. Oxana s'exprime trop bien, avec parfois des mots complexes que moi-même j'ai eu besoin de chercher dans le dictionnaire. Okay, elle vient d'un monde à la technologie plus avancée mais en vrai, ce n'est pas son monde de naissance ! Claudio utilise des mots qui ne correspondent pas à sa nature. A 11ans, on est un petit homme, pas un homme... et ses hormones ne le travaillent pas encore.


- leurs sentiments : être amoureux/s'amouracher et dans un délai si court me paraît plus probable pendant l'adolescence, ce qui expliquerait leurs incertitudes ou la croyance en ce véritable amour qui les touche. 


Autres soucis, le suspens n'est pas très bien géré. Les informations arrivent comme des avalanches. C'est tout ou presque rien. Et je préfère nettement que ce soit presque rien pour laisser le lecteur se faire des idées. 


Mais au delà de ces remarques qui me sont propres, je tiens tout de même à féliciter l'auteur pour le scénario sur lequel je ne peux pas dire grand chose, car vous n'auriez plus grand chose à découvrir. J'ai apprécié également le point de vue du personnage de la Mère Carula, un personnage décrit comme sévère mais dont le caractère est justifié. Sûrement parce que j'adore les ambivalences. 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 08:01

cdc à2mie

 

Le-Secret-du-dixieme-tombeau.jpg

 

Vendredi, jour de prière sur le Haram esh-Sharif (le Mont du Temple), à Jérusalem. Un mystérieux commando lance une attaque meurtrière sur le site sacré, et s'empare d'une relique, un ancien ossuaire, caché dans une crypte secrète située sous la mosquée.
Alors que le vol échauffe les esprits et fait planer la menace d'une guerre imminente, Charlotte Hennesey, une brillante généticienne américaine, est convoquée au Vatican dans le plus grand secret. Sa mission : analyser d'étranges ossements dont la provenance reste inexpliquée…
D'analyse en découverte, Charlotte, aidée de Giovanni Bersei, un anthropologue italien, ose à peine y croire.
 

 

Ce pavé de 625 pages se lit assez rapidement.

- Avis aux amateurs de voyage puisque j'ai pu découvrir comme si j'y étais la belle ville de Rome et le domaine du Vatican.

- Avis aux amateurs de la série Les Experts, puisque nous sommes lancés sur une curieuse enquête qui requiert des techniques technologiques dernier cri. L'étude m'a d'ailleurs fait penser à l'expertise de la tête de Henry IV.

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article

La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher