Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 14:55

 

Un nouveau de Jeri Smith-Ready en circulation, ça ne se rate pas !

 

Le sang du rock

 

 

Je suis totalement "Fall in love" de la trilogie Aspect of Crow de Jeri Smith-Ready. Aussi lorsque j'ai su que cette auteure serait traduit pour Le sang du rock, j'ai eu envie de la découvrir dans un autre registre : la Bit-lit. Je n'ai pas été déçue ! Bien sûr, ce roman de Bit-lit n'est pas comparable avec les autres titres. (et j'apprécie cela, un peu de sang neuf, ça fait du bien !)

 

Arnaqueuse depuis le biberon, Ciara Griffin a décidé de mettre ses talents commerciaux au service d’une radio dont les émissions nocturnes diffusent de vraies pépites. Le secret des DJ : ce sont des vampires, à tout jamais retenus dans l’époque à laquelle ils ont été convertis.
Quand un géant des médias tente de racheter WMMP Radio pour en faire un robinet à tubes, c’est la santé mentale des DJ vampires qui est menacée : sans la musique qui les lie à leur époque, ils risquent de faner. Ciara a alors une idée de génie : révéler l’identité des stars de la radio qu’elle a rebaptisée « WVMP : le sang du rock ! »

 

C'est un roman léger et intense à la fois qui se lit très bien. Il est intéréssant de voir que chaque titre de chapitre se réfère à un titre de chanson rock. Alors moi, je ne m'y connais pas du tout mais il m'a plu d'aller les taper dans Youtube et d'apprécier les musiques. D'ailleurs, on peut remercier l'auteure d'avoir placé une playlist en début du livre, c'est carrément plus pratique.

 

En ce qui concerne l'histoire, je ne vous dirai rien. Je préfère vous laisser découvrir.

 

Bref, un roman à lire et à écouter.  Let's Rock !

 

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 12:14

 

Enfin lu !

 

Les-contes-d-Amy.jpg

 

Quels secrets se cachent derrière les murs de ce vieil asile abandonné ? Pourquoi ne trouve-t-il pas d'acquéreur après tant d'années ? Quelles horreurs renferment les cellules désertées ? Ce recueil contient douze contes terrifiants magnifiquement illustrés par Kévin Biseau dans lesquels spectres et démons se livrent à une macabre sarabande. Ne soyez pas timide et entrez dans la danse ! Laissez Amy vous conter une petite histoire...

 

Je ne suis pas une adepte des recueils de nouvelles. J'en ai cependant quelques-uns sur l'étagère : Absinthe et démons d'Ambre Dubois, attend ma lecture, Le club des petites filles mortes de Gudule que je lis progressivement et Serpentine de Mélanie Fazzi en dépôt sur Priceminister.

 

Ce qui m'a surtout poussé vers cet ouvrage est une conversation entre Titia, la capitaine Chica et Cindy de la Porte des mondes. Je les rencontrais pour la première fois et elles se parlèrent d'un auteur, Frédéric Lyvins, qui venait de recevoir le prix Masterton pour son recueil de nouvelles fantastiques. Moi, grande fan de Masterton, me suis empressée de me tenir au courant. Quelques jours plus tard, j'ajoutais l'auteur à mes contacts Facebook afin de le féliciter et je découvrais par la même occasion qu'il était aussi fan de Graham Masterton et Serge Brussolo. "J-u-b-i-l-a-t-i-o-n" comme dirait Latouche dans le film Ducobu.

 

J'attendais précisément le moment opportun pour me procurer le recueil. Ainsi lorsque j'appris que Frédéric Lyvins serait présent aux Halliénnales, j'ai su immédiatement que Les Contes d'Amy irait rejoindre ma PAL sous peu. Et ce fut une très belle rencontre !

 

Très souvent, les recueils prennent la forme classique d'un enchaînement de récits ayant un fil conducteur. Ici, c'est différent ! En effet, les nouvelles sont secondaires et se tiennent encastrées dans un cadre fictionnel. Une autre histoire. 

 

Charles et sa femme Coralie vont visiter un bâtiment d'aspect lugubre afin d'établir un complex hôtelier. Le promoteur leur apprend alors que si le bâtiment est resté sans acquéreur de si nombreuses années, c'est à cause de sa particularité. Car, oui, dans les années 1940, c'était un établissement psychiatrique au passé lourd... Pendant la visite, Coralie fait la découverte d'un carnet remplit de récits écrit par une ancienne patiente, la jeune Amy qui recelait un don particulier et nous voilà embarqué dans le recueil.

 

Je ne sais pas vous, mais...la couverture me fiche la trouille ! "r-é-p-u-l-s-i-o-n" Cette petite vieille fille assise au visage âgée donne le frisson. Chapeau à l'illustratrice qui a su donné du relief à la petite Amy. Le sang sur le t-shirt et la poupée sans tête nous mettent en garde. Pourtant, le lecteur se jette sur son contenu...à ses risques et périls !

 

Le seul gros regret que je puisse faire est que ce ne soit pas plus long, plus étoffé. Mais c'est sans doute parce que j'ai trouvé ça très bien et que ça ne dépasse pas les 200 pages. L'écriture est fluide et imagée. Le suspens bien dosé. Bref, Frédéric Lyvins maîtrise la recette du thriller fantastique !

 

Je ne vais pas du tout raconter la trame de chaque récit, vous le découvrirez par vous-même, je l'espère. Mais plutot, faire une ressenti au fil de ma lecture.


Toutes les histoires sont effrayantes, à un moment on se dit..."Mais où l'auteur...où Amy va nous emmener ? Quelle va être la chute ?" Finalement, on entrevoit progressivement une fin possible, innatendue, déroutante. Je les ai particulièrement toutes appréciées et également les dessins qui les accompagnent, qui comme dans le jeu Question pour un Champion (remarquez mes comparaisons extraordinaires!) nous donne une piste sur le récit. Les titres également sont bien choisis. J'aime à le signaler car lorsqu'on écrit, on peut parfois, faire face à la difficulté de titrer. Comment nommer sans trop en dire tout en conservant l'intérêt du lecteur ?

 

Pour en revenir à Amy dont on ne sait finalement pas grand chose, on peut cependant observer que les histoires et les mots employés ne sont pas ceux d'une petite fille... Mais qui est Amy en vérité ?

 

Dans Amour éternel, je me suis posée la question de savoir si la créature qui apparaissait n'était pas un sucube. Probablement...

La présnce des longs cheveux noirs dans la chute m'ont fait penser à la nouvelle de Marguerite Yourcenar, "l'homme qui a aimé les néréides".

C'est l'histoire de Panégyotis, qui en cherchant un vétérinaire pour ses moutons, rencontre les Néréides. Ces fées sont belles, nues, rafraichissantes, mais néfastes. Quiconque les voit perd la parole et la faculté de penser. Panégyotis, séduit par les néréides, s'accouple avec elles et perd définitivement la raison, la vue, et la parole. Pourquoi cette nouvelle me fait écho avec ma présente lecture ? Tout simplement parce que le narrateur de Yourcenar met en doute la rencontre de Panégyotis avec les fées. Et pourquoi pas, puisque ce sont des créatures imaginaire. Mais, la  dernière phrase dément le tout, celle où il est dit que sur le vêtement du berger est accroché un fin cheveux blong, un cheveux de fées. Et alors dans la nouvelle présente, il est également question de cheveux comme preuve de l'existence de l'incroyable créature ! 

 

Clairement, je n'ai pas non plus besoin d'une réponse claire parce que Les contes d'Amy sont ainsi faits. Ils nous mettent devant le fait accompli sans explication possible. Et rien n'iterdit le lecteur à se faire lui-même sa propre idée ! Pareillement dans mes récits, j'aime laisser une part de mystère, ça ne fait pas de mal à l'imaginaire. 

 

Tout au long de ma lecture de Le village maudit, j'avais Un roi sans divertissement de Giono en tête. A cause du village un peu perdu dans la neige. Dans le livre de Giono, un meurtrier sévi et un jour, on tue un loup, on le rend coupable mais les meurtres continuent, d'une année sur l'autre, toujours pendant l'hiver. C'est mon roman préféré de Giono.

Ici, le suspense est vraiment bien dosé et on ne s'attend pas aux rebondissements. Bravo !

Seul bémol, parfois j'étais perdue dans les discussions. Qui parlait ? Certains villageois ont le droit à une bonne description et de ce fait, il est impossible de s'en mêler les pinceaux. Le grand Pierre, Bertrand qui est accepte plus facilement...l'inexplicable, le vieux Benoit...

Il y a également un passage que j'ai dû plusieurs fois relire. Au même titre que le journaliste de faits divers qui écrit "Un adolescent est mort électrocuté. [...] Ses jours ne sont pas en danger." Il est question d'un veau à deux têtes que les villageois décapitent. On apprend ainsi que la dépouille de la vache ainsi que celle du veau sont brulées puis enterrées. En fait, pour moi si les carcasses ont été mises au feu, elles n'avaient pas besoin d'être mise en terre. Mais passons, car c'est moi qui débloque certainement. Je pense que la dénomination "les restes" auraient été plus judicieux pour que mon cerveau ne médite pas autant sur ce passage.

 

Au revoir est sans doute le conte le plus doux du recueil, néanmoins effrayant. Une petite ellipse temporelle m'a gênée. Au moment où la fillette se lève pour prendre son petit déjeuner et que tout de suite après, elle parte prendre son bus scolaire. Car dans mon esprit, je l'imaginais en pijama et chaussons.

Bref, encore une fois, chapeau à l'auteur, moi je n'ai pas vu venir la chute avant la fin et j'adore quand je ne m'y attends pas !

 

Dans Réminiscences, le mot qui n'est pas passé innaperçu à mes yeux est l'emploi du verbe "deviser". Chaque auteur à son mot fétiche alors, est-ce que c'est celui de Frédéric Lyvins ou bien est-ce que c'est un terme courant en Belgique ?

Pour ma part, j'ai rencontré la toute première fois ce verbe à l'université dans l'étude du Décaméron de Boccace :

Afin de fuir l'épidémie de peste noire qui ravage la ville de Florence en 1348, dix jeunes gens se réunissent. Alors qu'elle s'échappe de Florence, la brigade se réfugie dans une campagne où tout semble être idyllique tel un Éden terrestre. Pour se divertir, les personnages instaurent une règle selon laquelle chacun devra raconter quotidiennement une histoire rejoignant un thème choisi par celui qui aura été nommé roi (ou reine) du jour. Le premier et le neuvième jour, pour donner plus de variété, ont un thème libre. Ainsi, dix jeunes gens, narrant chacun une nouvelle pendant dix jours, produisent un total de cent nouvelles.

Car en effet, ses dix personnages devisent, c'est le terme. Ils parlent, conversent, se racontent des histoires.

Note : le verbe est revenu dans une autre nouvelle. Ouiii, Frédéric aime ce mot !

 

Dans La véritable nature de l'homme, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Buffy contre les vampires, à cause du nom de la discothèque : le Bronze. Est-ce une coïncidence...ou un petit clin d'oeil ?

 

Je me complais encore dans mes associations, c'est vraiment étonnant et pour une fois, pour cet ouvrage, ça ne me gêne pas. Ce n'est pas comme lorsque vous lisez un livre et que l'auteur choisi pour nom de son méchant Voldemort...le nom vraiment dérangeant. Ou comme j'ai vu dernièrement, le nom Edouard C pour un vampire transi d'amour... Bref...

Dans La forêt, conte que j'ai adoré, ce petit passage m'a évoqué... : "Un bruit de passage attira mon attention. Je vis alors une calèche arriver au bout de la rue principlae. Les pas du cheval résonnaient dans le silence ambiant. Le conducteur de l'attelage m'adressa un signe de la main auquel je répondis après un moment d'hésitation." Je disais donc, ce passage m'a évoqué la vision de Jonathan Harker (Bracula de Bram Stoker) arrivé en Transylvanie qui attend le convoi qui l'emmènera au château du seigneur Dracula.

 

Pour finir, le lecteur retrouve le cadre dans lequel est inséré les contes puisqu'il faut bien conclure...

 

EDIT : Frédéric Lyvins m'a annoncé qu'il y aurait un T.2. Génial ! J'ai hâte. En attendant, je me procurerai bien son nouvel ouvrage : Le souffle des ténèbres. Le résumé me plaît beaucoup. J'aime les secrets, les villages maudits, les personnages qui se débattent pour s'en sortir...

 

Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 20:13

 

 

En parlant de vampire, j'ai enfin lu Les larmes rouges de Georgia Caldera !

 

Les-larmes-rouges.jpg

 

Laissez-moi vous dire que j'ai un...une faiblesse. Lorsqu'on fait trop de publicité ou qu'on parle trop de quelque chose, au lieu de courir voir, ça me fait plutôt l'effet inverse, je vais à rebrousse-chemin.

 

Et, on m'en a parlé de ce livre-là, qui a même reçu le prix Merlin 2012 !

 

C'est à l'occasion du salon littéraire Les Halliennales que j'ai rencontré son auteure, la très charmante et sympathique Georgia Caldera. Je ne lui ai pas acheté son ouvrage, puisque j'avais déjà fait un achat de plus que ce que j'avais prévu et le coup élevé de son livre n'était pas non plus pour me rassurer. Mais...je vous le dis : c'est un superbe ouvrage !

 

Non...en vérité, je l'ai emprunté à ma bonne amie Laëtitia de la Confrérie de l'Imaginaire puisqu'elle m'a dit qu'elle ne trouvait pas le temps pour le lire...ainsi que d'autres ouvrages. Mais si j'ai commencé par celui-là, c'est pour le lui rendre le plus vite. Les vacances de la Toussaint arrive, j'ai pensé que là, elle trouverait le temps.

 


 « Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…

Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?! 

 

 

Le jour même de l'emprunt, après avoir passé 2 jours géniaux, voir mon compte-rendu, je me suis retrouvée soudainement isolée, abandonnée... Eh oui, retour chez moi où personne ne m'attend...c'était donc l'occasion d'ouvrir Les larmes rouges.

 

Le premier chapitre commence vraiment mal pour l'héroïne, j'entends, puisqu'elle attente à ses jours. Mais je dois dire, que je suis encore et toujours impressionnée par la plume de l'auteure. Claire, agréable, dynamique et ce côté littérature classique mais pas du tout pompeux ! Si j'avais eu uniquement des livres écrits ainsi à l'université de Lettres, j'aurais prit à chaque fois un agréable plaisir !

 

Je n'avais pas vraiment d'idées sur ce que pouvait être un roman de littérature gothique, eh bien, s'en est un bel exemple. Et j'adore ce qu'on peut y lire sur le 4ème de couverture : "Les larmes rouges est une pure merveille. C'est une perle dans un écrin de velours sombre et doux. Une histoire qui est d'une élégance funeste et romantique." truebloodaddicte.posterous.com

 

L'héroïne s'appelle Cornélia et alors, j'ai eu bien du mal au début à ne pas lire Cordélia et à penser à l'univers de Buffy contre les vampires... A une lettre près ! Enfin, notre héroine ne lui ressemble pas et heureusement, ce qui m'a permit totalement de décrocher de cette confusion.

 

Je craignais que les rêves qu'elle fasse soient chiants car comment dire, parfois certains thèmes de la littérature quand ils sont repris ne sont pas originaux. Mais ça n'a pas été le cas. (Exemple, j'ai lu beaucoup de reprise du portrait de Oscar Wilde et la plus belle reprise qui réinvente le concept n'est autre que Le portrait du mal de Graham Masterton) et je me trompais puisque je me retenais d'aller au chapitre suivant découvrir la suite des rêves. 

 

Si vous observez bien, l'ouvrage a pour sous-titre Réminiscences et ce mot veut bien dire ce qu'il veut dire. Je n'aimerai pas me trouver dans la conscience de l'héroïne car il est dur de s'imaginer qu'on puisse avoir vécu il y a fort longtemps. En même temps, mes petites attentions me font dire que j'ai été un mec particulièrement galant alors finalement...

 

Je remercie Georgia pour ses vampires proches de l'univers d'Anne Rice. Dernièrement, j'ai lu tellement d'ouvrages concernant des vampires dénaturés que j'en avais oublié certaines caractéristiques comme :

 - le fait qu'ils ne peuvent pas entrer dans un pièce sans y avoir été invité.

Le vampire dans les larmes rouges n'a pas de reflet et a un besoin impératif de boire du sang afin de ne pas subir une dégénérésence mortelle. Il a quelques pouvoirs selon les individus, envoûtement, télékinésie et sont merveilleusement beaux pour les humains. L'aïl et quelques autres mythes pour en venir à bout sont inneficaces pour les vaincre. En fait, ils sont vraiment immortels et ne craignent pas le soleil.

Alors chouette et si je me vampirisais ? Que neni, après la lecture des larmes rouges, je n'ai pas finalement envie de passer d'humain à vampire sauf accident :-D vous comprendrez pourquoi.

 

Point que j'ai hautement apprécié, l'histoire se déroule en France. Une bonne partie se tient en tourraine, région natale de l'auteure ; on fait un petit voyage du côté de Londres et sur Paris. ça change des histoires qui se passent dans un contexte anglo-saxon.

 

Autre point, l'héroïne n'est pas de nature angélique et cela m'a plut. Eh oui, rien de plus chiant qu'un héros qui est blanc comme neige ou un méchant qui soit noir comme l'enfer. Je n'irai pas plus loin, ce serait spoiler le roman et il n'en est pas question !

 

Comme mon ami Thomas Hardy, je me suis demandée mais pourquoi le père de Cornélia n'est jamais prénommé ? Est-ce qu'il y a une surprise le concernant dans le tome 2. Je pense que ça m'aurait fait bien rire s'il s'était appelé Carlos...c'est proche de Charles ! (Cf pour comprendre l'allusion, ouvrez le livre!)

 

Mais ce qui m'a plus chiffonné que l'absence du prénom de Mr Williamson c'est plutôt que Cornélia qui a quand même une capacité extraordinaire ne pense pas une seule fois qu'il est possible de l'appliquer à celui qui la poursuit. Pourquoi ?

Exemple sans spoiler : si je découvrais que j'avais la capacité de ne pas rater les macarons, je m'en ferai des tonnes pour moi au lieu de n'en faire que pour mes amis. Bon, évidemment je prendrai plein de kilos mais ce n'est pas le problème.

 

Bon, eh alors juste comme ça, j'ai repéré 4 petites erreurs, oubli de mots, ce genre de chose.

 

Un passage cauchemardesque m'a évoqué la discussion gore que j'ai eu avec l'auteure aux Halliennales au sujet de Graham Masterton, maître de l'horreur. Des tripes qui se répandent hors du corps, hum miam...non beurk. C'est aussi une image que j'aime bien reprendre !

 

Enfin, je ne peux que revenir sur la couverture. Car l'auteure n'a pas simplement écrit son roman, elle l'a aussi illustré ! Quand elle m'a offert un marque-page, j'ai choisi tout simplement celui qui allait avec la couv' et celle-ci mérite notre attention.

 

On retrouve Cornélia dans une robe blanche d'antan magnifique. Mais qui l'épaule ? Est-ce son tendre ami protecteur ? Ou celui qui lui veut du mal ? Qu'en pensez-vous ?

J'ai tendance à penser à la seconde proposition à cause des mains ensanglantées.

 

En tout cas, pour finir cette chronique, mon ami Thomas Hardy de son véritable nom...Thomas Hardy (ah ah je vous ai eu!) a eu la gentillesse de me commander l'Art-Book que j'ai feuilleté aux Halliennales et qui m'avait bien plu. J'ai hâte de le recevoir et de le parcourir.

 

Ah et en dernier, dernier lieu. Je suis allée sur le blog de Georgia Caldera et en le parcourant, j'ai découvert un extrait (où serais-ce la totalité) du premier chapitre des Larmes rouges. Alors si vous n'êtes pas vraiment convaincu par le fait que je vous dise qu'il vaut le détour, jetez-y un oeil ou deux !

 

Hey, je ne vous ai pas dit...le roman ne sera plus édité par les éditions du Chat Noir donc courrez vite en librairie ! Mais sachez toutefois que l'amie Georgia sera réedité chez J'ai Lu et que le tome 2 paraîtra en 2013. Bref, vivement l'année prochaine. Parce que cette fois, je l'achèterai !


Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 13:45

Ooolala, j'adore cette photo, pas vous ?

 

Poulet-pane.jpg

 

Depuis le temps que j'ai vu cette recette sur le blog Les gourmandises de Titenoon, oui encore celui-là, il falait que j'essaie !

 

C'est ultra simple et méga-gourmand ! Par ici pour la recette et je vois une nouvelle recette intéréssant de nuggets maison aux cacahuètes. A essayer !

 

Pour ma part, j'ai utilisé de la salade Ice-berg et dès la mise-en-assiette, j'ai ajouté un filet d'huile de noisette. Absolument, délicious.   

 

 

Repost 0
Published by Calie - dans CUISINE
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 13:40

 

Un superbe film que j'ai eu envie de voir dès sa sortie !

 

la-cara-oculta.jpg

 

Adrian et sa petite amie Belen sont jeunes et très amoureux. Mais lorsque Bélen commence à douter de la fidélité d'Adrian, elle décide d’éprouver ses sentiments en lui faisant croire qu’elle a disparu. Elle s’enferme alors dans une pièce secrète de la maison dont elle seule connaît l’existence. Dans sa précipitation, elle oublie la clé à l’extérieur. Piégée derrière un miroir sans tain, elle va assister impuissante à la nouvelle vie d’Adrian sans elle... ou presque.

 

Je ne sais pas si je peux parler de coup de coeur, mais ce film a laissé des traces dans ma mémoire et j'ai vraiment envie de vous le faire découvrir. S'il a laissé des traces, c'est parce qu'il joue avec notre psychologie et la fin... La fin est terrible !

 

En français, le nom a été traduit par Inside (à l'intérieur) ou la face cachée... Bon, je préfère le titre original. Quand j'ai vu la bande annonce, je me suis tout de suite dit "Ce film, je veux le voir" pour savoir la finalité de l'histoire. Comment Belen se sortira du piège dans lequel elle s'est mise ?

 

la-cara-oculta--adrian.jpg

 

Adrian est un brillant musicien. Un jour, on lui propose de venir une année en Colombie afin de diriger un grand orchestre. Une aubaine pour sa carrière naissante, pleine de promesse. Belen sa compagne comprend qu'elle doit faire un choix : rester en Espagne, dans la ville qu'elle aime depuis toujours ou partir avec son compagnon. Quelques jours plus tard, le couple arrive en Colombie où Adrian prend rapidement ses fonctions. Belen se retrouve seule, toute la journée et se met en quête de trouver la maison idéale.

 

Elle trouve une maison dans un endroit paisible, sans voisinage, proche de la nature et sa propriétaire qui, elle aussi avait suivi son mari depuis l'Allemagne, devient son amie.

 

Lorsque Belen met en doute la fidélité d'Adrian qui est un éternel séducteur et qui ne peut se contenter d'une seule femme dans sa vie, son amie allemande lui montre une pièce secrète de la maison, un abri que son défunt mari a élaboré. On y accède par le grand miroir de la chambre à coucher qui fait office de porte.

 

Pensant donner une lecçon à son compagnon, Belen disparaît et oublie le plus important, la clé qui lui aurait permis de sortir...

 

la-cara-oculta--belen2.jpg

 

Adrian est inconsolable et pense que Belen est véritablement partie. Elle a pensé à retirer sa brosse à dent par exemple, objet symbolique dans une salle de bain... Il avertit la police et les deux enquêteurs qui se chargent de l'affaire pense qu'il a tué sa compagne car cette dernière n'est nulle part.

 

Adrian finit par aller se saouler dans un café, là où une des serveuses ne restera pas indifférente à sa tristesse et son charme. Fabiana entre ainsi dans sa vie et rapidement s'installe dans la maison campagnarde. Belen assiste impuissante aux ébats du nouveau couple et s'aperçoit qu'elle peut effrayer sa rivale. Fabiana pense alors que la maison est hantée jusqu'au jour où elle retrouve la clé que Belen a oublié...

 

Je vous laisse sur cette dernière révélation car autrement, vous sauriez tout.

 

J'ai adoré le triangle amoureux et le jeu des acteurs. Et la fin, la fin... Ah ! On pense entre-voir la fin et puis tout dérape. Le dénouement qu'on imaginait ne se fait pas et pourquoi ? Tout simplement parce que l'homme est humain et est égoïste. Parfois il préfère écouter son coeur plutôt que sa raison au détriment d'un autre. Dès l'instant où l'un des personnages a agi de la sorte, on se détache de lui. Je n'ai pas céssé de me dire "Ce n'est pas bien ça. Ce n'est pas bien et quelque chose me dit que tu vas le regretter amèrement." Forcément, on comprends la fin. Mais cette fin n'est-elle pas trop atroce ? Parce que même si elle laisse entrevoir une possibilité que la prisonnière puisse s'échapper, celui qui peut tout changer n'en a que faire !

 

On imagine très bien que l'un des enquêteurs puissent relancer l'affaire mais quelle sera l'issue pour la prisonnière ? S'il met k.o le possesseur de la clé...

 

Lien vers la bande-annonce

 

 

Si vous avez l'occasion de le voir, n'hésitez pas. De plus, j'ai bien une idée de challenge à proposer par rapport à ce film.

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 12:49

 

Un film qui m'a fait passé un bon moment !

 

Abraham_Lincoln_film-Affiche.jpeg

 

Lorsqu'Abraham Lincoln découvre que des vampires assoiffés de sang se préparent à envahir le pays, il jure de les éliminer les uns après les autres, à coups de hache. C'est alors que se révèle un chasseur hors pair, menant une guerre secrète sans précédent, avant même de devenir l'illustre figure de la guerre de Sécession.

 

 

Quand il est sortit au cinéma, je me suis demandée ce que Abraham Lincoln pouvait avoir du chasseur de vampire... Pourquoi lui ? Auriez vous une idée ? En plus, encore une fois, le titre n'amène pas grand chose à la trame puisque ça traduit bien le film. En même temps, Abraham Lincoln, président des Etats-Unis et chasseur de vampires, c'est peut-être trop long. Ou alors, le double-emploi..ah non, c'est trop nul ! Abraham Lincoln, la face cachée...

 

Abraham-1.jpg

 

Et puis bon, quand on s'ennuie, on va inévitablement vers le visionnage intensif de films et de séries télé et me voilà ayant vu celui-ci. Attention, vampires méchants !

 

Enfant, Abraham assiste impuissant au meurtre de sa mère. En grandissant, il ne perd pas l'idée de se venger du meurtrier qui n'est autre qu'une créature de la nuit. Il est sauvé in extremis par Henry Sturgess, un chasseur de vampire qui deviendra son mentor.

 

Henry...plutôt séduisant et il devait me plaire, forcément, puisqu'il n'est autre que Dominic Cooper qui a joué dans Captain América le rôle de Howard Stark, charmant inventeur de génie.

 

Abraham-3.jpg

 

On retrouve également Rufus Sewell infiniment plus beau dans le film La courtisane mais qui ici joue le rôle de Adam, un vampire âgé de 5000 ans et dont le désir est de faire des Etats-Unis une nation vampire.

 

Le film mêle donc à une chasse aux vampires effrénée, l'ascension historique d'Abraham Lincoln à la présidence des Etats-Unis, la guerre pour l'abolition de l'esclavage. ça fonctionne plutôt bien, il y a des rebondissements et les vampires sont plutôts bien faits.  Ces derniers ne craignent pas la lumière du jour mais ont horreur de l'aïl, de l'argent et n'ont pas de reflet.

 

Abraham-2.jpg

 

Les scènes de combat sont plutôt sympa avec des effets matrix ( Bullet Time) et le jeu des acteurs m'a plu.

 

A voir donc !

Repost 0
Published by Calie - dans CINEMA
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 12:04

 

les-halliennales.jpg

 

Tout comme environ 1399 personnes, 1500 selon les médias : j'y étais !

 

Cela s'est passé à Hallennes-Lez-Haubourdin, pâtelin dont je n'avais encore jamais entendu le nom. Le salon, dans le cadre de Lille 3000, a remporté un franc succès et c'est tant mieux car j'espère de tout coeur qu'une seconde édition verra le jour !

 

Organisateurs, vous avez été superbes ! Grâce à vous, j'ai passé une journée qui restera longtemps gravée dans ma mémoire. J'ai fait de belles rencontres. Une quarantaine d'auteurs tout autant plus sympathiques et accessibles les uns que les autres, l'un proposant même un verre de vin rouge... Une libraire géniale qui malgré l'affluence a su bien conseiller les lecteurs. Hip hip hip Hourra pour Cindy de La Porte des Mondes car son "stand" ne désemplissait pas. Un marché artisanal, chapeaux ornés magnifiques, bijoux fantastiques, conférences, défilés...

 

Le seul hic qui n'en est pas un pour moi : le thème restreint du vampire. Pourquoi est-ce que je le souligne ? Tout simplement parce que la veille, j'étais avec un groupe d'amis et quand je leur ai parlé de ce salon, ils ont fait la moue prétextant que c'était dommage de se restreindre aux vampires.. Mais...personnellement, j'aime ce thème. J'aime la diversité de ces créatures de fiction...fiction...vraiment ?

 

Bien, bien et donc, je remercie de tout coeur Cali "iiiiii" du Calidoscope qui est venue à mon secours quand j'ai lancé l'appel pour un co-voiturage puisque mon chéri avait autre chose de prévu. Première rencontre d'auteur : Adeline Dias, la blogosphère parle beaucoup de son roman En rage de toi, elle m'a covoituré joyeusement dans sa titine bleu. Puis, c'est avec la tribu de Cali et Adeline que nous avons fait notre entrée, vêtus à la mode "pirate".

 

Eh pourquoi en pirate ? Il y a quelques mois, j'abordais le blog A l'abordage de la culture de la très grande capitaine Chica, puis me suis enrôlée dans le groupe facebook du même nom. Une semaine avant, Chica avait lancé l'idée évènement d'un repas pirate pour le midi des Halliennales, puis d'une soirée où coulerait le rhum et pour nous reconnaître, elle a confectionné des badges mais si je me souviens bien, c'est avant cela que nous avions décidé de venir en pirates !

 

Je suis donc allée dans mon magasin préféré me chercher une tunique blanche façon marinière et j'ai trouvé un foulard aux motifs symboliques, tête de mort. Je venais juste d'avoir le long manteau. J'avais les bottes, la ceinture, les bijoux. Héhé...

 

Calie--Laeti---Cali-pirates--.jpg

 

Et c'est donc la capitaine Chica que nous cherchâmes en premier dans le salon pour récupérer nos badges et être enfin identifiable. Parce que sur facebook, il n'y a pas forcément de photos de nos bouilles, moi la première. Bon, maintenant, je suis fichée, mdr, mais il faut parfois dévoiler un peu de mystère. Lâcher du leste.

 

Qui ai-je rencontré ensuite ? Oh...Enkil !  Titia est arrivée en compagnie d'un gars et elle me dit : c'est T.H et je bug...la nouille que je fais et Cali qui dit "On va peut-être lui faire la bise/se faire la bise/faire la bise" Oui...euh...c'est vraiment T.H ? Eh pourquoi sur son badge c'est écrit Enkil ? Surnom que personne sur facebook ne connaît. Ah ah...T.H a voulu nous chambouler, me retourner l'esprit, comme ça c'est fait !  MDR !

 

Je n'ai hélas pas de photos à proposer. Il faut que j'en rachète un...un jour...un jour.... (note à moi-même : ton tel fait des photos potables!)

 

 Mais autrement, j'ai fait la rencontre de Sklaerenne Baron (j'adore ce prénom, qui, elle nous l'a dit, est un véritable prénom médiéval). C'est drôle, parfois il y a des gens qu'on imagine et ça tombe juste et cette auteure est telle que je me l'étais imaginée. Cheveux noirs, longs, robe médiévale, peut-être à cause de son nom tout simplement. Son stand était aussi très chouette, avec le petit coffre fort, elle faisait très pirate lool... bon je m'égare.

 

L'auteur a qui j'ai acheté un livre n'est autre que Frédéric Lyvins avec qui j'ai deux intérêts communs : Graham Masterton et Serge Brussolo. Lorsque j'ai su qu'un auteur avait reçu le prix Masterton, je me souviens l'avoir ajouté à mes amis facebook pour le féliciter et lui dire que j'adorais Masterton et Brussolo. Quelle joie de découvrir que lui aussi ! Vous vous doutez bien que nous en avons discuté. Il m'a donc dédicacé Les Contes d'Amy, le livre qui a reçu le prix M. Bientôt sort son nouveau roman dont le résumé m'a plu : Le soufle des ténèbres.

 

Je m'étais dis un seul livre et c'est tout...mais puisque Cindy avait Absyntes et Démons d'Ambre Dubois, livre que je voulais acheter depuis toujours, eh bien...héhé....

 

Halliennales--achats.jpg

Mes petits achats sur le salon des Halliennales

 

J'ai discuté très brièvement avec Stéphane Soutoul, Claire Wallaert-Muller et Emilie Witwicki, ainsi que Abracadina, une conceptrice de bijoux que j'apprécie. Je suis passée chez Fleurine, une illustratrice dont les toiles étaient exposées au centre du salon et je lui ai pris un marque-page. Georgia Caldera m'en a offert un ce qui m'a fait très plaisir. Elle n'arrêtait pas de m'adresser des grands sourires, ouep, elle est adorable et j'aime beaucoup son stye vestimentaire et les dessins de son art-book. Je lui ai dit qu'un jour...un jour... Un livre a 23.90 euros quand on a des doutes... Mais finalement...

 

Et le salon s'est terminé et les pirates qui le pouvaient ainsi que moi-même ont fini leur soirée au Flam's au coeur de Lille. Waouh, j'ai mangé à côté de Sklaerenne et nous avons entonné ensemble la chanson des pirates : "Yoho, quand sonne l'heure, hissons nos couleurs / Hissez haut, l'âme des pirates, jamais ne mourra !" Il faut dire qu'il y avait de l'ambiance au deuxième étage du resto. Note à moi-même : la parmentière est ta flamenkuch préférée ! et le crumble aux pommes reste un de tes desserts préférés.

 

On notera Manu (les pirates présents sauront de qui je parle) a été un expert en roulette et T.H aussi.

 

Titia, T.H et moi nous sommes rentrés. Pour finir, Titia a bien voulu que je lui emprunte quelques livres comme...L'enfant du cimetière de Pierre Brulhet, Le requiem d'un soupir de Tiffany Shneuwly, De fièvre et de sang de Sire Cédric ET...Les larmes rouges de Georgia Caldera et je l'ai commencé et je compte ne pas le lâché et je passe vraiment un bon moment de lecture.

 

Emprunt-n-1.jpg

Livres empruntés à Titia de la Confrérie de l'imaginaire, tel est son nom !

 

Pour en revenir au salon, vivement la seconde édition ! et...

 

Le prochain salon qui devrait bien promettre n'est autre que le salon de l'imaginaire au Val Joly, rien que le nom, ça promet, donc voici la superbe affiche :

 

Val-Joly-Imaginaire.jpg

 

Vous savez donc où aller !


Repost 0
Published by Calie - dans On NORTH
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 10:56

 

 

IMMB-.jpg

 

"In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque."

 

Je change le concept pour ma part, ce sera par mois. A moins que je ne m'inscrive dans une bibliothèque, il m'est impossible de faire l'acquisition de livres chaque semaine.

 

 

Janvier 2013

 

 


 

 

 

Octobre 2012

 

La-guerre-des-elements.JPG

 


Je m’appelle Avril, j’ai dix-sept ans et la vie d’une adolescente normale. J’ai un petit ami qui s’appelle Mickaël et ma meilleure amie Aline est en Terminale avec moi. Chose qui pourrait paraître étrange, j’ai un animal de compagnie qui s’appelle Lux, c’est une luciole. Le jour où je découvre un monstre sous mon lit, je me précipite chez Mickaël mais y découvre un autre garçon du nom de Snow qui me vole un baiser. Qui est-il ? Et comment peut-il savoir tant de chose sur moi et mon amitié particulière avec Lux ?


J’ai atterri sur le blog de Perrine Rousselot suite à une fantastique idée sur la page fan facebook du Calidoscope. De fil en aiguille, je suis arrivée sur le blog de Perrine et ait découvert son livre. Je venais de lui demander comment l’obtenir quand soudain, je me suis aperçue que c’était le « bloganniversaire » et qu’elle mettait en jeu son livre dédicacé, des marque-pages, porte-clefs… Le hasard a bien fait les choses puisque La guerre des éléments se retrouve dans ma boîte aux lettres. Merci Perrine, j’adore la dédicace !


 

 

Septembre 2012

 

 

L-enfer-c-est-a-quel-etage.jpg

 

Modèle nu, Jeanne doit poser pour un sculpteur dont l'atelier est installé au cœur de la maison Van Karkersh. Un hôtel particulier dont le propriétaire fut jadis retrouvé coupé en morceaux dans la cage des fauves, au jardin zoologique voisin. Là, tout n'est qu'angoisse, malédictions, obscurité. La bâtisse semble abriter mille crimes impunis, et tout autant de secrets. Chaque fois qu'elle commet l'erreur de s'y endormir, Jeanne est visitée par des rêves angoissants et son corps se couvre de blessures inexplicables. Est-elle folle, ou victime d'un jeu dont les règles lui échappent ? Qui complote contre elle, les locataires ou... les fantômes ? Une plongée terrifiante dans le monde de l'occultisme et des sectes satanistes.

 

 

Graal.jpg

 

Les deux novices étaient empalés sur des piquets plantés de part et d'autre de l'autel. Des mouches bourdonnaient autour des cadavres...
Dans la seconde rangée de bancs, Mathieu découvrit les corps des quatre autres frères. On les avait décapités et on avait mis des têtes de chèvres et de moutons sur leurs épaules...
C'était en l'an de grâce 926. Ceux qui avaient massacré les prêtres de St Gallen n'avaient pas trouvé ce qu'ils cherchaient. Un calice d'or... Le Saint-Graal ?

Un siècle et demi plus tard, le Vatican exhume la relique pour l'exposer à travers le monde ! Et dès que le calice arrive à Boston, on retrouve le corps sauvagement mutilé d'une jeune fille à côté du musée. Simple coïncidence ? Mais bientôt, l'horreur se déchaîne...
Quel est l'ennemi? Un tueur fou, ou bien quelque chose d'infiniment plus puissant, venu du fond des âges ?

 

 

 

Flammes-d-enfer-j.caroll.jpg

 

Walker Easterling ne sait rien de son passé, si ce n'est qu'il a été retrouvé dans une poubelle, et que depuis toujours un monstre le poursuit, un diablotin dont les frères Grimm parlaient déjà : le très célèbre Outroupistache, qui ne vous laisse tranquille que si l'on arrive à lui faire dire son propre nom.
Pour échapper à cette malédiction, Walker entreprendra un long voyage qui l'emmènera jusque dans son passé...



Août 2012

 

Le-corps-de-reve-des-paresseuses.jpg

 

Vous êtes trop paresseuse pour vous bouger mais vous avez du mal à accepter vos rondeurs ? Sachez que rien n'est jamais perdu, ce livre est pour vous ! Un guide pour toutes celles qui veulent retrouver la forme et la ligne et être belles sans toutefois passer tout leur temps libre à faire des exercices. Chacune y trouvera son compte. Les plus pressées (et les plus sérieuses !) n'auront qu'à suivre le programme de 6 semaines destiné aux paresseuses qui veulent, sans complexe, se promener en maillot deux pièces sur la plage. Celles qui ne comptent plus leurs bourrelets remodèleront et affineront leur silhouette grâce, entre autres, à la méthode Pilates. Et pour les irréductibles paresseuses qui n'arriveront jamais à lire ce livre en entier, le dernier chapitre offre un rattrapage. Alors courage ! Dans quelques temps, vous nous direz merci.

 

Contes-fantastiques-de-Noel.jpg

 

Noël ! Noël ! C'est la neige et les guirlandes, les commerces joyeusement éclairés et le sapin couvert de cadeaux... C'est aussi les histoires terrifiantes racontées lors de la veillée... Celle du marin Cloarec perdu en pleine mer, la nuit, dans le silence et la brume, avec un inconnu au bord de sa barque. Celle de la mère Vatinel qui hurle : " Je l'ai dans le corps ! Je l'ai dans le corps ! " après avoir mangé un oeuf encore chaud, mystérieusement trouvé sur un chemin. Celle encore de Jean Lubin qui voit errer devant lui, dans les tranchées, d'étranges soldats à la bouche cousue ! Alphonse Allais, Maupassant, Stevenson, Dickens, Daudet ou Nathaniel Hawthorne, entre autres, nous offrent ici douze contes terrifiants de Noël. A les lire par une nuit étoilée porteuse d'espoir, petits et grands ne trembleront pas que de froid...

 

 

les-enfants-du-crepuscule.jpg

 

Curiosité locale, la maison de poupées géante de la famille McGregor attire les touristes de tous les coins de la Floride. Interminable labyrinthe, elle abrite des poupées d'une beauté étrange. On dit que le fantôme d'une petite fille y aurait trouvé refuge. Depuis quelque temps la mort guette tous ceux qui s'y intéressent d'un peu trop près. Quelqu'un se décidera-t-il enfin à aller voir ce qui se cache derrière cette façade rose bonbon ? Et si oui, en reviendra-t-il vivant ? Prix du roman d'aventures 1994 avec Le Chien de minuit, Serge Brussolo restitue, avec un insurpassable sens du suspense et de l'angoisse, l'atmosphère lourde et vénéneuse des marais de Floride.

 

 

La-mort-leur-va-si-bien.jpg

 

"Cher Monsieur Bryce, Hier soir, vous avez accédé à un site que vous n'étiez pas autorisé à visiter. Vous avez de nouveau essayé d'y accéder ce soir. Nous n'apprécions pas les visiteurs non sollicités. Si vous parlez à la police de ce que vous avez vu ou si vous essayez encore d'accéder à ce site, ce qui va arriver à votre ordinateur arrivera à votre femme, Kellie, à votre fils, Max, et à votre fille, Jessica. Regardez et réfléchissez bien. Vos amis de Scarab Productions". S'il avait eu le moindre soupçon de l'effet dévastateur qu'un CD, trouvé sur la banquette d'un train de banlieue, allait avoir sur sa vie, Tom Bryce l'aurait sans doute laissé là où il était...

 

 

Le-5eme-regne.m.chattam.jpg

 

Il sont cinq adolescents emmenées par Sean-le-rêveur, des gamins sans histoires. Ils vivent à Edgecombe, une petite ville de Nouvelle-Angleterre bordée de forêts séculaires. Il ne s'y passe pas grand chose, jusqu'au jour où ces cinq-là trouvent un vieux livre dans un grenier poussiéreux. La tempête aurait dû les avertir, ils auraient dû se douter que ça n'était pas bon signe. Mais ils l'ont ouvert. Et le Mal est apparu !
D'abord les yeux rouges et menaçants, tapis dans les recoins sombres de la ville, ensuite ces hommes au charisme effrayant, semblables à des vampires. Et puis il y a ces enfants qui disparaissent inexorablement, les uns après les autres, on ne retrouve que leurs corps mutilés. L'automne se profile, les orages se multiplient, tandis que Sean et ses amis cherchent dans le grimoire une solution à cette terreur qui s'abat sur Edgecombe.

Et si ce livre détenait la réponse au plus grand mystère de l'Homme... ? Ce qui se cache après la mort... Et s'il ne fallait en aucun cas tourner ces pages... ? Et si...

 

 

L-empire-du-mal-a.folsom.jpg

 

Un chirurgien américain retrouve par hasard - à Paris - l'assassin de son père... Un détective génial et anticonformiste enquête pour Interpol sur sept cadavres sans tête, découverts en divers points du monde... Une organisation secrète, dirigée par un riche industriel d'origine allemande, vise à la restauration du nazisme sur fond d'expériences médico-chirurgicales inédites... Quel rapport existe-t-il entre ces trois histoires? C'est ce que le lecteur découvrira peu à peu, conduit par un suspense d'une exceptionnelle intensité vers un dénouement à couper le souffle. Véritable coup de tonnerre dans le monde du thriller, L'Empire du mal a imposé dès sa parution un nouveau maître du genre, à l'égal des Follett, Ludlum ou Le Carré.

 

Juillet 2012

 

Cecile-Guillot---Hecate.jpg

 

"Je croyais n'être qu'une étudiante ordinaire et sans doute trop renfermée. Et puis, il a eu cette expérience étrange, la découverte de mon don... Maintenant je dois apprendre à m'accomplir en tant que sorcière, développer mes pouvoirs et trouver ma place en ce monde. Tout aurait-été parfait s'il n'y avait pas eu ces cauchemars et ces malaises. Quelqu'un cherche à me nuire ! Mais qui pourrait bien me harceler ainsi ?
Et, pour ne rien arranger, j'ai aussi un mémoire à écrire pour valider ma dernière année de psycho. Ma vie n'est vraiment plus de tout repos !"

Maëlys nous ouvre les portes d'un univers étrange et déroutant, celui de la Wicca. La quête spirituelle qui est sienne va l'exposer à des menaces insoupçonnées. Surtout que le destin pourrait bien placer sur son chemin, les clés qui l'aideront à résoudre les mystères d'une existence parsemée d'ombres… Car, une sorcière peut-elle s'épanouir coupée de ses racines, ignorante d'un passé dont pourrait dépendre l'avenir ?

 

J'ai acheté ce livre à la librairie La Portes des Mondes de Roubaix après avoir lu la chronique de la libraire Cindy. Elle conseille très bien. Son blog, c'est par  ici !

 

 

Sanctus-simon-toyne.jpg

 

La Citadelle, fort mythique du sud de la Turquie, abrite depuis l'aube de l'humanité des communautés religieuses, dont l'ordre des Sancti, les "soutanes vertes". Après avoir été initié, un jeune moine s'échappe pour se jeter du haut de la montagne. La scène est filmée par un touriste et diffusée sur les écrans du monde entier. Cet événement marque le début d'une lutte à mort entre la communauté des Sancti et celle des Mala, pour qui l'heure de la prophétie a sonné. Liv Adamsen, la soeur de la victime, venue sur place pour l'identifier et tenter de comprendre son geste, se retrouve alors au centre de cette guerre sans merci. Quel est le mystérieux Sacrement que les Sancti protègent depuis la nuit des temps ? Le découvrir peut sauver Liv, ou lui coûter la vie. Avec Sanctus, Simon Toyne s'inscrit dans la lignée des plus grands auteurs de thrillers mystiques, tels que Raymond Khoury ou Dan Brown.

 

Juin 2012

(une très bonne broquante dans la Somme et 4 livres en poche pour 2 euros l'un)

 

  Tess Gerritsen - Mephisto Club

 

Ecrite en lettres de sang, une inscription latine - j'ai pêché - est découverte sur la scène du crime effroyable d'une jeune femme retrouvée démembrée. Beau présent en cette nuit de Noël pour le médecin légiste Maura Isles et l'inspectrice Jane Rizzoli ! Très vite, leur enquête les mène à une éminente psychiatre à la réputation controversée, membre d'une société secrète dont le but avoué est l'étude et la chasse du démon. Mais alors que les meurtres macabres se succèdent et que l'horreur s'intensifie, une question se pose : entre des érudits férus de symbolisme religieux et l'auteur de crimes monstrueux, qui représente réellement le mal ?

 

 

Michael Robotham - Traquées

 

Une femme nue chaussée de talons rouges se tient sur le parapet du pont suspendu de Clifton, le dos collé à la barrière de sécurité. Elle pleure au téléphone. À quelques mètres d'elle, Joseph O'Loughlin, psychologue, s'efforce de la dissuader de sauter. « Vous ne comprenez pas », chuchote-t-elle avant de s'élancer dans le vide. Plus tard, Joe reçoit la visite de la fille de la victime, qui est convaincue que sa mère n'aurait jamais attenté à ses jours. Joe voudrait la croire... Thriller psychologique terrifiant, Traquées explore les recoins les plus sombres de l'esprit humain. C'est à ce jour le roman le plus puissant de Michael Robotham.

 

 

 

Michael Byrnes - Le secret du dixième tombeau

 

Vendredi, jour de prière, sur le Mont du Temple à Jérusalem. Un commando d'hommes masqués lance une attaque meurtrière et s'empare d'un trésor archéologique dissimulé dans une crypte sous la mosquée. Alors que cette profanation échauffe les esprits, faisant planer la menace d'un conflit imminent, Charlotte Hennesey, une brillante généticienne américaine, est convoquée au Vatican dans la plus grande discrétion. Sa mission : analyser de mystérieux ossements... Pourquoi le Vatican tient-il absolument à cacher cette découverte ? Quel rôle viennent jouer les factions juives et musulmanes dans cette affaire ? Quel incroyable secret recèlent ces reliques ? Avec l'aide de Giovanni, un séduisant anthropologue italien, Charlotte va mettre au jour une stupéfiante découverte qui pourrait faire trembler les fondements mêmes des religions et de l'histoire de l'humanité...

 

 

 

Linwood Barclay - Cette nuit là

 

Cynthia a quatorze ans. Elle a fait le mur pour la première fois, telle une adolescente rebelle devant l'autorité familiale. Sauf que, le lendemain, plus aucune trace de ses parents et de son petit frère. Et aucun indice. Vingt-cinq ans plus tard, elle n'en sait toujours pas davantage. Jusqu'à ce qu'un coup de téléphone fasse resurgir le passé... Une intrigue magistrale qui se joue de nos angoisses les plus profondes.

 

 

 

Immb - Juin Mango Fleurus

Les titres parlent d'eux-mêmes !

 

Mai 2012

 

Le cri du loup - Alpha et Oméga de Patricia Briggs

 

le-cri-du-loup.jpg

Anna n’avait pas idée que les loup-garous existaient jusqu’à cette nuit où elle a survécu à une attaque et en est devenue un elle-même. Après 3 ans passé au bas de l’échelle sociale de la meute, elle a appris à garder la tête baissée et ne jamais faire confiance à un mâle dominant. Mais Anna est un loup-garou très rare : elle est un omega. Et l’un des loup-garous des plus puissants du pays va se rendre compte de sa valeur en tant que membre de la meute mais aussi en temps que femelle.

 

Avril 2012

 

 

Reflets de Miroir de Lina Carmen

 

Reflets-de-miroir.JPG

 

« Reflets de miroir » regroupe trois nouvelles autour du thème de l’apparence, de notre relation à notre corps ainsi que le regard que nous portons sur nous-mêmes. Lina Carmen utilise ainsi la science fiction pour nous faire réfléchir sur la construction de notre identité.

A Mira, le ministère de l’esthétisme règne en maître. Les adolescents sont bien obligés de travailler pour obtenir l’argent nécessaire à leur chirurgie esthétique. S’ouvriront alors pour eux les portes de l’université et du monde du travail. Bien entendu, tout le monde n’est pas prêt à se soumettre…

Dans l’univers de Vera Kops, on veut aussi lui imposer un physique et un destin tout tracés. Deviendra-t-elle cette grande star désirée par son père ? Où suivra-t-elle sa propre voie ?

Quant à Mireille Derroga, sa vie s’est arrêtée le jour où sa fille est décédée dans un accident. Boulimique, son corps reflète son état d’âme. Mais elle aura l’opportunité de se retrouver face à un « autre moi ». Une Mireille dont les décisions auront été bien différentes…"


 

Le Sang Du Rock de Jeri Smith Ready

 

Le-sang-du-rock.jpg


Arnaqueuse depuis le biberon, Ciara Griffin a décidé de mettre ses talents commerciaux au service d’une radio dont les émissions nocturnes diffusent de vraies pépites. Le secret des DJ : ce sont des vampires, à tout jamais retenus dans l’époque à laquelle ils ont été convertis.
Quand un géant des médias tente de racheter WMMP Radio pour en faire un robinet à tubes, c’est la santé mentale des DJ vampires qui est menacée : sans la musique qui les lie à leur époque, ils risquent de faner. Ciara a alors une idée de génie : révéler l’identité des stars de la radio qu’elle a rebaptisée « WVMP : le sang du rock ! »

 

Tome 1 : Wicked Game
de Jeri Smith-Ready
Éditeur Milady
Collection Bit-lit

 

 

 

Ravens - 1 L'aubemort de James Barclay

 

ravens---aubemort---james-barclay.jpg

 

Les Ravens sont des mercenaires de légende…
Ils ont acquis leur réputation de mercenaires dans les terribles guerres qui ont déchiré Balaia.  Ces guerriers redoutables ont toujours respecté leur code d’honneur. Mais en acceptant d’escorter un mage du Collège de magie pour une sinistre mission, ils s’engagent dans une quête qui va bouleverser leur vie. Ils doivent à tout prix trouver AubeMort : un sort qui, s’il est lancé, provoquera la fin du monde.
Isolés, trahis, au bord du chaos, les Ravens n’ont d’autre choix que de faire confiance à un homme qui a un démon pour familier...

 


Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 21:22

 

L'enfer c'est à quel étage

 

Alors celui-là c'est un Coup de coeur ! A chaque fois, je sais que je peux compter sur un S.Brussolo pour me délecter de l'histoire et ça ne trompe pas.


Modèle nu, Jeanne doit poser pour un sculpteur dont l'atelier est installé au cœur de la maison Van Karkersh. Un hôtel particulier dont le propriétaire fut jadis retrouvé coupé en morceaux dans la cage des fauves, au jardin zoologique voisin. Là, tout n'est qu'angoisse, malédictions, obscurité. La bâtisse semble abriter mille crimes impunis, et tout autant de secrets. Chaque fois qu'elle commet l'erreur de s'y endormir, Jeanne est visitée par des rêves angoissants et son corps se couvre de blessures inexplicables. Est-elle folle, ou victime d'un jeu dont les règles lui échappent ? Qui complote contre elle, les locataires ou... les fantômes ? Une plongée terrifiante dans le monde de l'occultisme et des sectes satanistes.

 

Il est très fort cet auteur pour instillé au fil de ses pages une ambiances particulièrement folle ! Nous faisons ainsi la connaissance de Jeanne, trentenaire paumée qui répond à l'annonce d'un sclupteur résidant à la maison Van Karkersh, difficilement représentable. L'immeuble est décrit comme n'ayant pas de ligne droite, tantôt s'apparentant à un champignon, tantôt à une baleine hideuse ou encore :  "J'ai dû me tromper d'adresse, pensa Jeanne. Il ne peut s'agir d'un immeuble, on dirait une église dessinée par un malade mental...ou par un chimpanzé."

 

Elle pénètre dans l'étrange maison où elle ne rencontre que le concierge, un vieil homme étrange du nom de Tienko qui la renseigne pour trouver le sculpteur qui va devenir son employeur. Et puisque Jeanne ne sait pas où résider, pourquoi ne dormirait-elle pas dans la maison ? Justement, au sixième, il y a une chambre de libre. Tienko la conduit au sixième et lui déconseille à aucun prétexte de monter ou descendre par les escaliers. Jeanne réalise qu'au niveau du quatrième et cinquième, l'ascenseur traverse une zone exempte d'électricité. Tout y est noir. Tout y est froid. Lugubre. 

Enfin ils arrivent au sixième et elle découvre sa chambre qui donne sur le zoo fantôme qui jouxte la maison. L'odeur putride des fauves qui se meuvent dans les cages en bas est à vomir. Ces fauves... ce sont eux qui ont dévoré le vieux van Karkersh, n'est-ce pas ? ...ou bien est-il réellement tombé de la rambarde ?  Une chose est sûre, le propriétaire de la maison s'est fait dévoré par les fauves le 10 novembre 1935 à 9h. C'est aussi le 10 novembre 1930 à 9h que trois soeurs se sont suicidées...au sixième étage...

 

Jeanne ne peut s'empêcher de se ressouvenir des rumeurs qu'on racontait autrefois. La famille du vieux Van Karkesh était réunie à son chevet attendant sa mort. Sa mort ne venait pas mais sa fin était proche. Les membres de la famille s'étaient saisie de haches et de scapels pour découper en morceau leur aieul qu'ils donnèrent ensuite en pâture aux carnaciers du zoo...

D'autres mystères bien aussi étranges entourent cette étrange maison et Jeanne en est mordue ! Fascinée, elle ira plus loin que sa raison ne le voudrait à la recherche de la vérité. Et quelle vérité s'il vous plaît ?

 

"Le battant pivota, démasquant un bloc de nuit compacte.

- Maintenant, quelque chose va jaillir des ténèbres, songeat-elle, et je ne pourrais plus m'arrêter de hurler."

 

Encore une fois, Brussolo m'a coupé le souffle ! Chaque personnage a sa propre version de l'histoire. Comme d'habitude, en compagnie du protagoniste, le lecteur essaie de démêler le vraie du faux. Jeanne cependant continuera de douter mais en est-il de même pour le lecteur ? Qu'en penser véritablement ? Hallucination collective ? Dépravation de l'âme ?

 

Le fantastique est complet. Van Karkesh, meunier de la mort. La maison serait bâtie sur les ruines d'un... arf non, je ne dirai rien mais je vous conseille vraiment ce titre. 

 

Et un titre de Brussolo de plus a mon actif ! +1


Repost 0
Published by Calie - dans LECTURE
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 23:02

 

J’ai déjà parlé de ce sujet douloureux sur ce blog et encore une fois, j’éprouve le besoin de le partager sur la toile. Aujourd’hui, je me sens complètement perdue. Paumée. Je ne sais plus. Que faire ? Quoi faire ? Qui aller voir ? Peut-être quelqu’un se retrouvera dans ces mots.

 

fibromyalgie-diagnostic-18points.gif

 

J’avais treize ou quatorze ans, j’étais au collège et je détestais l’athlétisme en cours d’EPS. Car, dès que je me mettais à courir, j’éprouvais une sensation de raidissement froide au niveau de mes mollets comme si ces derniers se changeaient en pierre ! Généralement, ça se terminait par une crampe.


Plus tard et à tout moment de la journée, des douleurs allaient et venaient dans mes mains et mes bras sitôt que j’écrivais. En français et en histoire-géographie.


Mon médecin de l’époque ne s’embêtait pas. Paracétamol à tout va et bon débarras ! D’un traitement à un autre, il augmentait les doses comme je souffrais toujours.

 

Et puis à 15 ans, j’ai eu une paralysie faciale. Je suis à peu près sûre que cela vient d’un comprimé qu’il m’a prescrit, interdit des années plus tard. On (les médecins) a  dit que la raison de cette paralysie venait du fait que je me douchais tous les matins. Evidemment, c’est bien connu, se doucher tous les matins entraînent des paralysies faciales… Bref, cet état me conduisit à l’Hôpital Nord d’Amiens où j’expliquais aux praticiens pourquoi toutes ces farandoles de médicaments avaient été nécessaires.


Un an plus tard, un éminent professeur, un docteur à la "Grégory House" peu aimable m’affirmait « J’ai pensé à la fibromyalgie mais ces patients, ils souffrent vraiment, eux ! » D’accord. Eh moi, je fais semblant ? Bref. Il m’a redirigé vers un centre de la douleur où le directeur m’a dit : « Si vous souffrez, c’est parce que vous êtes grosse, faites du sport et ça passera. »


Waouh ! Grosse moi ? Oui, je l’étais devenue et à cause de quoi ? Toutes ces prises de médicaments. Surtout qu’on ne m’a jamais dit qu’il ne fallait pas consommer de sel avec la morphine. J’ai gonflé comme un ballon…


Faire du sport, c’est important pour l’hygiène de vie mais ça n’a rien changé. Mon médecin de famille a écrit dans mon carnet « susceptible d’être fibromyalgique ». De toute façon, peut-on affirmer qu’on l’est à 100% ? La plupart du temps, on se dit qu’on l’a quand on n’a pas toutes les autres. Une logique d’exclusion.


J’ai fini par changer de médecin parce que ce dernier ne s’embarrassait pas. Peu importe ce que j’avais, son refrain était toujours le même : « C’est la fibro » Elle a bon dos de la fibro ! Aussi le jour où je me suis foulée la cheville, et qu'il m’a renvoyé avec du paracétamol, j’ai changé et le nouveau qui est très compétent, je l’adorai jusqu’à ce qu’il me dise : « La fibro, ce n’est pas une maladie. C’est simplement que tu es plus sensible à la douleur que les autres personnes. » Waouh et je dois accepter ça ? Quand je souffre, quand mon corps me brûle, quand je pense que ma tête va exploser, quand la fatigue me cloue sur place, quand je ne dors pas, je dois me contenter de ça ?

 

Lui aussi me donne des paracétamols, je ne vois pas vraiment l’efficacité. Et surtout, je n'ai pas l'impression de me sentir comprise, de me sentir épauler par ce médecin en qui j'ai placé ma confiance...

 

Maintenant je vis à 150km de lui  et quand j’éprouve le besoin de le voir, je réfléchis : « Est-ce que je dois me payer un aller-retour de 50 euros pour qu’il me dise que je me fais des idées ? »  Du sport, une bonne alimentation et un bon sommeil, la clé d’une bonne santé. Tu parles !


Je suis perdue car je ne sais plus qui aller voir, quoi prendre pour me soulager. Participer à des séances de développement personnel favorise-t-il un bien-être que je peux atteindre ? De même, mon ami a vu que la fibromyalgie influençait sur la vie du couple.


Me suis-je convaincue que j’ai la fibromyalgie ?


Oui, j’ai des douleurs musculaires diffuses, le cou, les bras, les épaules, le dos, bas du dos, jambes. J’ai remarqué que ces douleurs s’aggravaient en faisant des efforts physiques tels que porter un lourd cabas de course ou marcher longuement ; le froid, l’humidité, le manque de sommeil.

En parlant de sommeil, parfois le mien est léger, très fatiguée je ne parviens pas à m’endormir. En ce moment, je tourne dans mon lit, je m’endors enfin vers 2h30 du matin pour me réveiller au moindre bruit ou vers les 6h46 et là, morte, épuisée, il m’est impossible de me rendormir. Alors, soit je patiente, soit je lis, j’allume le pc, je fais le tour des blogs, facebook et vers 9h enfin, l’endormissement se fait sentir et voilà pourquoi à 11h40, j’ai la voix enrouée comme quelqu’un qui vient de se réveiller.


La fatigue est persistante, tout comme les douleurs, toujours présents ce duo-là ! Même si je dors, je ne me repose pas vraiment. Et parfois, la fatigue est si intense, qu’elle me cloue littéralement sur place. J’ai des tous petits yeux, j’ai du mal à émerger, sortir de cet état d’épuisement total. Je déteste ce genre de moments et si ça m’arrivait au boulot ?


2012 a malheureusement débuté sous le signe du malaise avec des maux de tête que je n’avais jamais eu auparavant, douleurs au niveau du cou, maux dans le bas du crâne. Ça s’appelle des céphalées de tensions. J’ai cru que c’était à cause du changement de mes lunettes de vue mais même lorsque je ne les portais pas… Les céphalées étaient là. Et puis, il y a aussi le syndrome du côlon irritable, nommé aussi colopathie fonctionnelle. Une petite merveille. JE vais deux cent fois par jour au cabinet…


Certains de mes sens sont très développés. Je dirai même une augmentation de l’acuité de deux de mes sens : l’odorat et l’ouïe. Ce qui est extraordinaire! Je ne vais pas détecter forcément l’odeur des chaussettes qui pue mais des infimes senteurs avant qu’elles ne soient bien présente. La décomposition des roses que m’a offertes mon chéri alors que lui ne sent rien. La cuisine infecte que pratique mon voisin du rez-de-chaussée (je suis au troisième) C’est vraiment minutieux. Et pour les sons, ce sont les voix que me dérangent, me déstabilisent, me font mal…trop perçantes à mes oreilles…

 

Mon médecin m'a confié que certaines personnes naissaient avec des sens plus ou moins développés. Je n'en doute pas. Seulement, je sais pourquoi il a ce discours. Tout ce que moi je peux rattacher à cette fibro, il le détache pour me dire "ce sont des choses différentes, elles n'ont rien à voir." Cependant, je vois la fibro comme un démon qui prend possession de mon corps et qui me parasite avec une acuité de mes sens, des céphalées, des maux de ventre, un syndrome de fatigue chronique.

 

Au fond, je suis peut-être bonne à enfermer ! Mais pas complètement, j'ai envie de vivre ma vie. Trouver un travail, fonder une famille, voir mes enfants grandir...

 

Il est venu pour moi le temps de chercher des réponses, je n’en peux plus de combattre seule cet état invisible. Je cherche un bon médecin qui ne me verra pas comme une vache à lait où une patiente de plus. Eh bien sûr, prendre le conseil à contrepied de mon médecin, et faire les démarches pour rencontrer d’autres fibromyalgiques. Je ne pense pas que ça va m’enfermer dans un cercle maudit. Je pense au contraire que cela va m’aider à progresser.

 

Depuis bientôt une semaine, des nouvelles choses se sont ajoutées. Boule dans la gorge, sensation d'étouffement, de ne plus respirer assez d'air. Conséquence d'un refoulement de quelque chose. D'un mal être, c'est certain. C'est pourquoi, je dois agir. Maintenant. Pour moi et aussi pour mon ami, car même si nous ne vivons pas sous le même toi, il partage ma souffrance.

Repost 0
Published by Calie - dans BAZAR & CIE
commenter cet article

La suite, par ici :

Chers internautes,

Ce blog a été une belle aventure de 6 ans. Pour diverses raisons liées à la plate-forme, je vous annonce que je ne publierai plus ici. Cependant, je n'ai pas le coeur à supprimer ce qui a été fait.  C'est pourquoi, il demeurera.

Vous pouvez me retrouver dans un nouveau blog que j'ai intitulé Mes petits bonheurs. A tout de suite !

 

Rechercher